Voici comment l’obésité peut affecter votre santé reproductive


Video player

L’épidémie silencieuse de santé publique du XXIe siècle est l’obésité et le surpoids. Il s’agit d’un problème de santé publique majeur dans les pays développés.

Le surpoids et l’obésité sont définis comme une accumulation anormale ou excessive de graisse qui peut nuire à la santé.

Outil de mesure du poids corporel

Pour qualifier une personne de surpoids, il faut définir la fourchette normale de poids, qui est objectivement normalisée par l’utilisation de l’indice de masse corporelle (IMC). L’IMC est un outil permettant d’estimer dans quelle mesure une personne est en bonne ou en mauvaise santé. L’indice de masse corporelle (IMC) est calculé en divisant le poids d’une personne en kilogrammes par le carré de sa taille en mètres. Un IMC élevé est un indicateur d’un taux élevé de graisse corporelle. Des calculateurs ou des tableaux d’IMC sont disponibles en ligne. Les femmes dont l’IMC est compris entre 25 et 29,9 sont considérées comme étant en surpoids. Les femmes dont l’IMC est de 30 ou plus sont obèses.

Le tour de taille (la distance autour de la taille) est une autre norme qui peut être utilisée pour mesurer l’adiposité. La mesure d’un tour de taille supérieur à 35 pouces chez une femme est considérée comme une surcharge pondérale.

Lire aussi : Comment l’obésité affecte-t-elle la santé générale ?

La répartition excessive de la graisse dans la partie centrale du corps, c’est-à-dire le ventre, les hanches et la poitrine, augmente le risque de résistance à l’insuline et libère une source excessive d’œstrogènes qui peut déclencher un déséquilibre hormonal. Ces changements contribuent largement au développement du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) chez les femmes de tous âges.

La santé reproductive

La santé reproductive d’une femme comprend ses menstruations, sa fertilité et la santé liée à la grossesse.

Santé menstruelle : Un déséquilibre hormonal est à l’origine de règles irrégulières, de symptômes similaires au syndrome prémenstruel et de règles abondantes et prolongées. Il peut entraîner une anémie, des troubles psychologiques ou de l’humeur et des problèmes d’image corporelle dus à la forme du corps ou à une pilosité excessive. On les rencontre fréquemment dans le SOPK.

Fertilité : Certaines femmes ayant un IMC élevé peuvent avoir besoin d’un traitement médical pour concevoir car elles peuvent souffrir de subfertilité et mettre plus de temps à concevoir spontanément. Cela est dû à une ovulation peu fréquente. Le syndrome des ovaires polykystiques est associé à l’ovulation (non-production d’un ovule). Les résultats des traitements de fertilité sont médiocres chez une femme en surpoids par rapport à une femme à l’IMC normal.

Grossesse : Le surpoids et l’obésité peuvent exposer des femmes par ailleurs en bonne santé à un risque plus élevé de développer un diabète gestationnel, une hypertension artérielle ou une pré-éclampsie. Il a été démontré qu’ils augmentent le risque de fausse couche, d’accouchement prématuré, de retard de croissance chez les bébés et d’accouchement par césarienne. Un IMC élevé augmente les risques anesthésiques, le risque de formation de caillots sanguins pendant la grossesse et après l’accouchement. Si une femme présente des problèmes de santé avant la grossesse, comme une hypertension artérielle, une maladie cardiaque, un diabète de type 2 dû à l’obésité, la grossesse est considérée comme à haut risque et l’issue maternelle et fœtale est compromise.

Lire aussi : Voici pourquoi il est essentiel de prévenir l’obésité chez les enfants

Les soins et les conseils préconceptionnels sont très importants pour les femmes ayant un IMC élevé et il convient de mettre l’accent sur l’identification des conditions médicales sous-jacentes cachées, leur traitement et l’optimisation de la santé des mères. Cela permet de réduire les interventions médicales pendant la grossesse et donne aux femmes le maximum de chances d’accoucher naturellement.

Les mesures de santé publique sont cruciales pour gérer cette pandémie d’obésité, car une petite perte de poids (3 à 5 % du poids corporel ou moins) contribue à réduire le risque de ces problèmes de santé. La réduction du poids est donc d’une importance capitale pour les femmes en surpoids

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire