Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
CEDEAO: ALASSANE OUATTARA DÉSAVOUÉ PAR EMBALLO ET KABORÉ
26/08/2020 à 01h30 par La redaction
Ouattara, le dictateur ivoirien désavoué au sommet de la CEDEAO sur le Mali. Notre enquête.
SOMMET EXTRAORDINAIRE DE LA CEDEAO :
KABORÉ ET EMBALÓ DÉSAVOUENT ADO ET SE RANGENT DU CÔTÉ DU PEUPLE MALIEN.Le sommet extraordinaire des chefs d’État de la CEDEAO, qui s’est tenu ce jeudi 20 août 2020 par visioconférence, a été suscité, voire aiguillonné par deux chefs d’État : l’Ivoirien Alassane Dramane Ouattara et le Guinéen Alpha Condé. Par un bien curieux hasard, ces deux chefs d’État ont en commun le projet de faire un troisième mandat, en violation de la Constitution de leurs pays respectifs et de la Charte de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance.
En réalité, cette communauté de projets de présidence à vie entre Alassane Ouattara et Alpha Condé, les porte à vouer un soutien sans faille au Président malien déchu, Ibrahim Boubacar Kéita dit IBK. La crainte qu’un soulèvement populaire identique à celui qui a poussé l’armée malienne à balayer le régime d’IBK, les effraie au plus haut point. Chacun d’eux a été apeuré par la détermination du peuple malien et l’audace de son armée. Ils ont donc caressé le rêve et l’espoir insensé d’un retour d’IBK au pouvoir, pour couper l’herbe sous les pieds des militaires. Les deux présidents sont restés de longues heures au téléphone, se nourrissant de propositions aussi farfelues les unes que les autres, avec un dénominateur commun : la réinstallation d’IBK à la tête du Mali, coûte que coûte. Ils ont convenu de convaincre leurs homologues pour les rallier à leurs vues, avant cette réunion cruciale. Alassane Ouattara et Alpha Condé s’étaient partagés les chefs d'État à appeler, chacun devant le faire sur la base de ses affinités.
Alpha Condé devait se charger des chefs d’État socialistes :
- Muhammadu Buhari ;
- Mahamadou Issoufou ;
- Roch Marc Christian Kaboré.

Alassane Ouattara lui devait se charger de rallier :
- Macky Sall ;
- Akufo-Addo ;
- Patrice Talon ;
- Faure Gnassingbé.

Ceci fait, ils se sont autorisés à effectuer le décompte des chefs d’État favorables à leur thèse de la fermeté extrême vis-à-vis du Mali. C’est tout heureux qu’ils ont estimé qu’en cas de vote, ils étaient sûrs de l’emporter. C’est donc avec une certaine assurance qu’ils ont abordé la réunion de ce matin.
Mais, quelle ne fut leur surprise quand les choses ont pris une tournure imprévue, après la présentation de la situation. En effet, dès l’entame des discussions, Alpha Condé et Alassane Ouattara ont ouvert les hostilités contre la junte et le peuple malien. Ils ont eu des mots particulièrement durs à l’endroit des militaires maliens et de l’imam Mahmoud Dicko. Ils ont demandé des sanctions sévères, ciblées contre les membres de la junte, les leaders de la coalition M5-RFP, qui soutiennent le coup d’État. Ils sont allés jusqu’à demander un renforcement des sanctions prises récemment contre le Mali par la CEDEAO.

Deux chefs d’État se sont particulièrement illustrés lors cette réunion : le Bissau-guinéen Umaru Sissoco Embaló et le Burkinabè Marc Christian Kaboré.
C’est Umaru Sissoco Embaló qui le premier a riposté en délivrant les premières salves contre Alassane Ouattara et Alpha Condé. Il a estimé qu’un coup d’État est forcément condamnable. Mais, a-t-il poursuivi, si on doit condamner un coup d’État, il faut condamner tous les coups d’État, sans exception. À cet effet, les projets de troisième mandat anticonstitutionnel sont aussi des coups d’État et on ne peut pas les laisser prospérer impunément. Donc, si on doit condamner la junte malienne du CNSP pour avoir fait un putsch, il faut également condamner Alpha Condé et Alassane Ouattara.
Les présidents Buhari et Sall ont éclaté de rire, tandis que Condé et Ouattara sont devenus vert de rage, face à l’audace du jeune président bissau-guinéen.

Alassane Ouattara, mal à l’aise, voulant reprendre la main, s’est permis un paternalisme mal placé en appelant le Président Embaló « fiston ». Ce dernier répliqua sèchement : « il n’y a pas de fiston ici, il n’y a pas de petit pays ici. Il y a des chefs d’État, qui sont tous égaux et j’entends assumer pleinement la souveraineté de mon pays ».

Cela a cloué le bec à Alassane Ouattara, qui n’en revenait pas devant tant d’audace.
Le Président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a été particulièrement remarquable dans l’analyse qu’il a faite de la situation au Mali. Il a dit, pour désavouer Alassane Ouattara et Alpha Condé, qu’il est illusoire, voire utopique de penser qu’il est possible de rétablir IBK au pouvoir. Diplomatiquement, c’est infaisable. Militairement, c’est aventureux et politiquement, ce serait une agression contre la souveraineté du peuple malien. Il a déclaré que lui, Roch Kaboré, ne s’inscrirait jamais dans cette dynamique. Plutôt que de faire pleuvoir les sanctions sur le Mali, il a proposé qu’on aide le peuple malien à s’inscrire dans un schéma de sortie de crise pour le rétablissement rapide des institutions, dans l’intérêt de ce pays et de la sous-région.

Tous les autres chefs d’État ont commencé à s’aligner sur la position réaliste exprimée par le président du Burkina Faso, à commencer le président du Nigeria. Il a été rejoint par les présidents togolais et sénégalais. Macky Sall a même demandé qu’on allège les sanctions déjà décidées. Le jeune Président Sissoco Embaló a été mordant. Il a proposé au Président Mahamadou Issoufou de continuer à présider la CEDEAO jusqu’à la fin de l’année parce que lui au moins n’a pas de problème de troisième mandat dans son pays.

La réunion a donc fini par tourner au désavantage des deux larrons qui, la veille, se gargarisaient d’un prétendu soutien de leurs homologues et s’imaginaient triomphants.
La déculottée a été particulièrement sévère pour Alassane Ouattara, qui s’imaginant peut-être le leader de la CEDEAO, pensait qu’il pouvait mener ses autres collègues à la baguette. L’envoi d’une mission au Mali a été décidée pour rencontrer les nouvelles autorités et discuter du sort d’IBK et des ministres. Tous les chefs d’État ont estimé que pour des raisons stratégiques, il ne fallait pas associer Alassane Ouattara et Alpha Condé à cette mission de médiation.

Cependant, après la réunion le Président Issoufou a reçu un coup de fil inattendu d’Alassane Ouattara. Il a insisté, il veut être de la délégation qui se rendra à Bamako. Il considère que ne pas y aller serait faiblir. Or, il veut que la ligne et la posture que lui et Alpha Condé ont incarné ne soient pas lésées. Il entend aller sermonner les bidasses et l’opposition malienne. Il assure qu’il faut être ferme avec les militaires comme il le fait avec les soldats ivoiriens. Bien que préoccupé, le Président Issoufou n’a eu d’autre choix que de marquer son accord. De sorte que demain la délégation qui ira à Bamako, sauf changement de dernière minute sera composée comme suit : Les Présidents Mahamadou Issoufou, Alassane Ouattara, Nana Akufo-Addo et Macky Sall.

La cause du peuple malien a été épousée par les présidents Embaló et Kaboré, au grand déshonneur des tripatouilleurs de constitutions que sont Alassane Ouattara et Alpha Condé.

CHRIS YAPI NE MENT PAS.

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 499 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Ouattara, le dictateur ivoirien désavoué au sommet de la CEDEAO sur le Mali. Notre enquête.
SOMMET EXTRAORDINAIRE DE LA CEDEAO :
KABORÉ ET EMBALÓ DÉSAVOUENT ADO ET SE RANGENT DU CÔTÉ DU PEUPLE MALIEN.Le sommet extraordinaire des chefs d’État de la CEDEAO, qui s’est tenu ce jeudi 20 août 2020 par visioconférence, a été suscité, voire aiguillonné par deux chefs d’État : l’Ivoirien Alassane Dramane Ouattara et le Guinéen Alpha Condé. Par un bien curieux hasard, ces deux chefs d’État ont en commun le projet de faire un troisième mandat, en violation de la Constitution de leurs pays respectifs et de la Charte de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance.
En réalité, cette communauté de projets de présidence à vie entre Alassane Ouattara et Alpha Condé, les porte à vouer un soutien sans faille au Président malien déchu, Ibrahim Boubacar Kéita dit IBK. La crainte qu’un soulèvement populaire identique à celui qui a poussé l’armée malienne à balayer le régime d’IBK, les effraie au plus haut point. Chacun d’eux a été apeuré par la détermination du peuple malien et l’audace de son armée. Ils ont donc caressé le rêve et l’espoir insensé d’un retour d’IBK au pouvoir, pour couper l’herbe sous les pieds des militaires. Les deux présidents sont restés de longues heures au téléphone, se nourrissant de propositions aussi farfelues les unes que les autres, avec un dénominateur commun : la réinstallation d’IBK à la tête du Mali, coûte que coûte. Ils ont convenu de convaincre leurs homologues pour les rallier à leurs vues, avant cette réunion cruciale. Alassane Ouattara et Alpha Condé s’étaient partagés les chefs d'État à appeler, chacun devant le faire sur la base de ses affinités.
Alpha Condé devait se charger des chefs d’État socialistes :
- Muhammadu Buhari ;
- Mahamadou Issoufou ;
- Roch Marc Christian Kaboré.

Alassane Ouattara lui devait se charger de rallier :
- Macky Sall ;
- Akufo-Addo ;
- Patrice Talon ;
- Faure Gnassingbé.

Ceci fait, ils se sont autorisés à effectuer le décompte des chefs d’État favorables à leur thèse de la fermeté extrême vis-à-vis du Mali. C’est tout heureux qu’ils ont estimé qu’en cas de vote, ils étaient sûrs de l’emporter. C’est donc avec une certaine assurance qu’ils ont abordé la réunion de ce matin.
Mais, quelle ne fut leur surprise quand les choses ont pris une tournure imprévue, après la présentation de la situation. En effet, dès l’entame des discussions, Alpha Condé et Alassane Ouattara ont ouvert les hostilités contre la junte et le peuple malien. Ils ont eu des mots particulièrement durs à l’endroit des militaires maliens et de l’imam Mahmoud Dicko. Ils ont demandé des sanctions sévères, ciblées contre les membres de la junte, les leaders de la coalition M5-RFP, qui soutiennent le coup d’État. Ils sont allés jusqu’à demander un renforcement des sanctions prises récemment contre le Mali par la CEDEAO.

Deux chefs d’État se sont particulièrement illustrés lors cette réunion : le Bissau-guinéen Umaru Sissoco Embaló et le Burkinabè Marc Christian Kaboré.
C’est Umaru Sissoco Embaló qui le premier a riposté en délivrant les premières salves contre Alassane Ouattara et Alpha Condé. Il a estimé qu’un coup d’État est forcément condamnable. Mais, a-t-il poursuivi, si on doit condamner un coup d’État, il faut condamner tous les coups d’État, sans exception. À cet effet, les projets de troisième mandat anticonstitutionnel sont aussi des coups d’État et on ne peut pas les laisser prospérer impunément. Donc, si on doit condamner la junte malienne du CNSP pour avoir fait un putsch, il faut également condamner Alpha Condé et Alassane Ouattara.
Les présidents Buhari et Sall ont éclaté de rire, tandis que Condé et Ouattara sont devenus vert de rage, face à l’audace du jeune président bissau-guinéen.

Alassane Ouattara, mal à l’aise, voulant reprendre la main, s’est permis un paternalisme mal placé en appelant le Président Embaló « fiston ». Ce dernier répliqua sèchement : « il n’y a pas de fiston ici, il n’y a pas de petit pays ici. Il y a des chefs d’État, qui sont tous égaux et j’entends assumer pleinement la souveraineté de mon pays ».

Cela a cloué le bec à Alassane Ouattara, qui n’en revenait pas devant tant d’audace.
Le Président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a été particulièrement remarquable dans l’analyse qu’il a faite de la situation au Mali. Il a dit, pour désavouer Alassane Ouattara et Alpha Condé, qu’il est illusoire, voire utopique de penser qu’il est possible de rétablir IBK au pouvoir. Diplomatiquement, c’est infaisable. Militairement, c’est aventureux et politiquement, ce serait une agression contre la souveraineté du peuple malien. Il a déclaré que lui, Roch Kaboré, ne s’inscrirait jamais dans cette dynamique. Plutôt que de faire pleuvoir les sanctions sur le Mali, il a proposé qu’on aide le peuple malien à s’inscrire dans un schéma de sortie de crise pour le rétablissement rapide des institutions, dans l’intérêt de ce pays et de la sous-région.

Tous les autres chefs d’État ont commencé à s’aligner sur la position réaliste exprimée par le président du Burkina Faso, à commencer le président du Nigeria. Il a été rejoint par les présidents togolais et sénégalais. Macky Sall a même demandé qu’on allège les sanctions déjà décidées. Le jeune Président Sissoco Embaló a été mordant. Il a proposé au Président Mahamadou Issoufou de continuer à présider la CEDEAO jusqu’à la fin de l’année parce que lui au moins n’a pas de problème de troisième mandat dans son pays.

La réunion a donc fini par tourner au désavantage des deux larrons qui, la veille, se gargarisaient d’un prétendu soutien de leurs homologues et s’imaginaient triomphants.
La déculottée a été particulièrement sévère pour Alassane Ouattara, qui s’imaginant peut-être le leader de la CEDEAO, pensait qu’il pouvait mener ses autres collègues à la baguette. L’envoi d’une mission au Mali a été décidée pour rencontrer les nouvelles autorités et discuter du sort d’IBK et des ministres. Tous les chefs d’État ont estimé que pour des raisons stratégiques, il ne fallait pas associer Alassane Ouattara et Alpha Condé à cette mission de médiation.

Cependant, après la réunion le Président Issoufou a reçu un coup de fil inattendu d’Alassane Ouattara. Il a insisté, il veut être de la délégation qui se rendra à Bamako. Il considère que ne pas y aller serait faiblir. Or, il veut que la ligne et la posture que lui et Alpha Condé ont incarné ne soient pas lésées. Il entend aller sermonner les bidasses et l’opposition malienne. Il assure qu’il faut être ferme avec les militaires comme il le fait avec les soldats ivoiriens. Bien que préoccupé, le Président Issoufou n’a eu d’autre choix que de marquer son accord. De sorte que demain la délégation qui ira à Bamako, sauf changement de dernière minute sera composée comme suit : Les Présidents Mahamadou Issoufou, Alassane Ouattara, Nana Akufo-Addo et Macky Sall.

La cause du peuple malien a été épousée par les présidents Embaló et Kaboré, au grand déshonneur des tripatouilleurs de constitutions que sont Alassane Ouattara et Alpha Condé.

CHRIS YAPI NE MENT PAS.

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 499 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire