Kémi Séba porte plainte contre l’État burkinabè à la Cour de justice de la CEDEAO


Video player

Après avoir subi des arrestations, des détentions policières et des déportations de divers pays africains, le militant Kemi Seba n’a pas bronché et a décidé de pousser sa stratégie à une autre étape pour faire face aux violations de sa liberté de mouvement.

C’est par le Burkina Faso, où il a été récemment arrêté puis expulsé, que le militant a entamé une offensive judiciaire devant le tribunal de la CEDEAO.

Une semaine après l’arrestation et l’expulsion du Burkina Faso vers le Bénin, Kemi Seba a décidé d’intenter une action en justice contre l’État du Burkina Faso.

En effet, vendredi 6 novembre, l’avocat de l’activiste franco-bénin a occupé le tribunal de la CEDEAO pour condamner la détention arbitraire du Burkina Faso, les atteintes à la liberté de circulation, à la liberté d’expression, aux droits de la défense et à la dignité de la personnalité du client.

Dans la requête adressée à la Cour de la CEDEAO, le groupe d’avocats du Président de l’ONG Organisation panafricaine d’urgence-Me Juan Branco du Barreau de Paris, Me Cheikh Khoureysi Ba du Barreau de Dakar et du Barreau du Burkina Me Prosper Farama de Faso-condamnant le traitement de leur client Kémi Séba, a violé de manière flagrante le texte en vigueur dans la communauté.

« Dans le cadre de la conférence internationale et des activités de mobilisation organisées par l’Association panafricaine d’urgence contre le néocolonialisme, M. Kemi Seba a prononcé une série de discours publics sur le néocolonialisme à travers le continent africain, mais ne l’a jamais signalé.

Tout incident ou incident violent, malgré grand public », ont déclaré les avocats dans leur plainte, puis ont passé en revue le parcours du leader panafricain au Burkina Faso. A l’invitation de l’Union patriotique du Burkina Faso (COPA-BF), Kémi Séba a d’abord “enquêté avec attention sur la régularité des conditions de son arrivée. Les organisateurs lui ont indiqué que les autorités savaient qu’il était arrivé sur le territoire. , Et ont établi un contact permanent avec eux.

» Mieux encore, le 18 octobre 2021, l’arrivée du militant en terre burkinabè fait l’objet d’une annonce publique. Dix jours plus tard, l’accueil chaleureux qui lui a été réservé par les militaires burkinabè à l’aéroport de Ouagadougou l’a finalement convaincu de venir au Burkina.

Arrestation sans motif et détention dans des conditions inhumaines Bien qu’ayant reçu un accueil chaleureux à l’aéroport, Kémi Séba, qui a également été interviewé par Savane TV et 3TV le vendredi 29 octobre, sera arrêté le même jour.

Le militaire qui l’a interrogé a expliqué que “l’arrestation était le résultat d’un ordre de son supérieur et a refusé de lui en fournir la raison, bien que le militaire ait une obligation procédurale dans ce cas”. « M. Kémi Séba et d’autres membres de l’urgence panafricaine du Burkina Faso ont été arrêtés et conduits à la gendarmerie et à la police nationale à Boulkiemdé, province d’Aboi, à environ 100 kilomètres de Ouagadougou. les motifs de l’arrestation ou tout document officiel notifiant les mesures de détention », a critiqué l’avocat du militant des droits de l’homme.

Concernant les conditions de détention de Kémi Séba, l’avocat a confirmé : ” Après la première détention, M. Kémi Séba a été isolé des autres membres de son ONG et a emmené une voiture de police à Ouagadougou. A son arrivée à Ouagadougou à l’époque, il a été détenu au Service Régional de Police Judiciaire (SRPJ) du District de Wemtenga.

Les conditions sanitaires dans la cellule ne répondaient pas aux conditions sanitaires requises pour assurer le respect de la dignité des détenus.

De 17 heures le vendredi 29 octobre 2021 à 8 heures le samedi 30 octobre 2021, il sera détenu en cellule pendant 15 heures dans des conditions qui ne sont pas dignes de la détention. Il ne fournit pas de services de détention policière et n’intègre cette privation de liberté dans aucune procédure judiciaire. La raison de son arrestation ne lui sera jamais révélée. Ses besoins les plus élémentaires en eau et en nourriture ne seront pas satisfaits.

Dans sa prison, des dizaines de cafards l’entouraient.

La police qui le détient ne doit pas lui fournir de nourriture ou d’eau. » La demande a également souligné le fait que pendant toute la période de détention, Kemi Seba avait demandé à rencontrer son avocat 13 fois, mais sans succès.

Selon l’avocat, leur client a systématiquement nié ce droit jusqu’à ce qu’il soit contraint d’embarquer à Cotonou il y a deux jours.

Pour eux, « la détention au Burkina Faso de M. Kémi Séba s’est déroulée sans aucune procédure légale, et il n’a reçu aucun document à signer. Les faits qui se sont déroulés ainsi sont caractéristiques.

Dans des conditions arbitraires, dans l’invalidité choquante de la loi, la plus grande vigilance des membres du tribunal doit être éveillée. »

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading - Kémi Séba porte plainte contre l’État burkinabè à la Cour de justice de la CEDEAO Loading ...
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire