Actualités AFRIQUE

Afrique : l’opposition est-elle finalement incapable de réaliser l’alternance ?

Afrique : L'Opposition Est-Elle Finalement Incapable De Réaliser L'Alternance ?

En Afrique aujourd’hui, la plupart des pays ont soif de l’alternance politique. Alors qu’en analysant la situation, les opposants aux différents régimes seraient dans l’incapacité de réaliser l’alternance au sommet de l’état. D’où la question revient toujours, les opposants africains sont-ils incapables d’aller à l’alternance voulue depuis des décennies ?

Cette question est la bienvenue d’autant plus qu’à chaque élection présidentielle, les opposants parlent des élections frauduleuses. Lorsque le refrain devient plus répétitif même les populations n’adhèrent plus aux contestations. En effet chacun s’interroge sur la capacité des opposants. Ont-ils vraiment raison en criant chaque moment voleur ?

Dans certains pays comme le Togo, la Côte d’Ivoire, le Ghana et tout récemment le Niger, qui vient de proclamer les résultats en déclarant le candidat du président sortant vainqueur du scrutin, le constat est amère ? Sont-ils incapables ou font-ils face aux pouvoirs bien enracinés qui ne veut rien céder ? “Oui toutes les hypothèses sont valables en raison de ce qui se passe dans chaque pays” écrit un observateur. Selon lui “lorsque vous prenez l’histoire de chaque pays vous allez comprendre que l’alternance politique tardera à venir sans que rien n’est fait autrement”.

À lire aussi :   Jeux Olympiques Tokyo 2020 : l'Afrique décroche ses deux premières médailles

Lire aussi : Togo : Gilchrist Olympio envoie un poignant message à l’opposition

Les observateurs estiment que l’alternance ne se réalisera pas facilement dans certains pays. Soit c’est le deal politique qui pourrait sauver ces pays. Ce fut le cas de la République démocratique du Congo où Joseph Kabila avait en donnant le pouvoir à Félix Tshisekedi, le fils de l’ancien opposant charismatique au régime, feu Étienne Tshisekedi décédé toujours droit dans ses bottes en ce qui concerne la lutte pour l’alternance.

Au Togo par exemple, depuis des décennies la contestation des élections devient une monnaie courante. L’opposition classique a-t-elle démérité où le pouvoir de Lomé est trop dur pour accepter facilement l’alternance politique ? La question demeure toujours posée. Mais pour un observateur, le pouvoir de Lomé n’est pas un petit pouvoir à dégager facilement comme le pense les opposants. Le pouvoir de Gnassingbé Eyadéma, même si aujourd’hui est devenu celui de son fils Faure Gnassingbé a connu et continue de connaître d’autres pouvoir que ce soit en Afrique, en Amérique ou en Europe etc.  Depuis Eyadéma jusqu’à Faure Gnassingbé, le pouvoir de Lomé connait des régimes avec qui il a collaboré mais qui ne sont plus là aujourd’hui. Alors que ce régime du pays des nanas Benz demeure toujours.

À lire aussi :   L’album « Yeko » de Yohan Le Ferrand, un dialogue musical entre l’Afrique et l’Europe

Cet enracinent du pouvoir de Lomé rend son opération incapable, puisqu’elle a depuis des années pratiqué les mêmes méthodes. Alors que le régime de son côté se prépare toujours face à chaque situation.

Aujourd’hui le constat est réel l’opposition en Afrique fait face aux régimes très difficiles et qui sont soudés entre eux.

Lire aussi : Afrique du Sud : deux pasteurs gays se marient

--
Publicité 3vision-group

Cliquer ici pour les autres groupes👆

Abonne toi à la chaine Youtube

Laisser votre commentaire