Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
New York Times : Farida Nabourema publie un article critique sur le Togo
07/10/2020 à 20h47 par Le Boy

Farida Nabourema publie un article critique sur le Togo. « La plus ancienne monarchie d'Afrique a resserré son emprise sur le pouvoir en s'appuyant sur des outils de surveillance numérique fabriqués à l'étranger. Les militants comme moi ne sont plus en sécurité », a écrit l’activiste togolaise Farida Nabourema  au début de son texte publié le 06 octobre sur le site : The New York Times.

Née le 19 avril 1990 à Lomé, Farida Bemba Nabourema est une militante togolaise des droits de l'homme et une écrivaine qui lutte pour la démocratie au Togo depuis son adolescence. Elle a grandi sous le régime oppressif de feu Gnassingbé Eyadéma jusqu'à sa mort en 2005.

Selon l’histoire, son  père, le dissident Bemba Nabourema a été gravement torturé en 2003 alors qu'elle n'avait que 13 ans. Elle est alors devenue elle-même dissidente. A 20 ans, elle a fondé le mouvement "Faure Must Go", qui appelle à la résistance civile dans l'intérêt de la démocratie.

Titré : «  In Togo, There Is Nowhere to Hide », voici l’intégralité de son texte traduit de l’Anglais.

Ces dernières années, une poignée de pays africains, dont le Soudan et l'Algérie, ont fait leurs adieux à des dirigeants autoritaires de longue date, créant ainsi des ouvertures, aussi petites soient-elles, pour le changement démocratique.

Le Togo, pays d'Afrique de l'Ouest, reste cependant fermement sous la coupe d'un régime soutenu par l’armée. Celui de la famille Gnassingbé, la plus ancienne dynastie du continent. Ces dernières années, le régime a pleinement adopté les tactiques de la répression numérique pour prolonger sa longévité, contournant (pour l'instant) une communauté de plus en plus enhardie de militants en ligne.

Les citoyens du Togo, un pays d'environ huit millions d'habitants situé entre le Ghana à l'Ouest et le Bénin à l'Est, vivent depuis plus de 50 ans sous une dictature brutale. Le régime militaire de la nation est arrivé au pouvoir en 1967, avec l'installation du chef d'état-major de l'armée, Gnassingbé Eyadéma, comme président. M. Eyadéma est mort en 2005, mettant fin à un règne impitoyable de 38 ans marqué par des violations généralisées des droits de l'homme. Dans les mois qui ont suivi la mort de M. Eyadéma, la candidature de son fils, Faure Gnassingbé, soutenue par l'armée, s'est révélée victorieuse lors d'une élection entachée de graves allégations de fraude.

Les générations de militants togolais qui avaient combattu la dictature de Gnassingbé le Premier espéraient que sa disparition mettrait fin à la tyrannie de la nation, ouvrant ainsi la voie à un avenir démocratique plus radieux. Au lieu de cela, la mort de M. Eyadéma, en février 2005, et l'élection de son fils en avril n'ont conduit qu'à d'horribles violences : Selon un rapport des Nations unies, entre 400 et 500 personnes ont été tuées au cours de ces mois, et des milliers d'autres ont été blessées.

En réponse à l'arrivée de Gnassingbé II, une nouvelle génération de militants s'est fait connaître. L'internet était leur outil le plus puissant, et à mesure que la pénétration de l'internet au Togo s'est accrue, le mouvement de résistance démocratique a fait de même.

Lire aussi : Faure Gnassingbé, introuvable à Niamey ?

J'étais l'un de ces militants, et comme beaucoup de mes camarades dissidents, je me suis senti habilité, depuis l'ascension de M. Gnassingbé, par la capacité à dénoncer le gouvernement. Sa corruption et son gangstérisme sur les médias sociaux. ""Vous pouvez régner sur le Togo sans avoir à rendre des comptes", ai-je écrit dans un post sur Facebook en 2014, en m'adressant à l'administration, "mais nous, les citoyens, nous régnons sur Internet, et nous vous tiendrons pour responsables"".

Malheureusement, le gouvernement Gnassingbé n'aime aucune forme de résistance, que ce soit dans la rue ou en ligne. (M. Gnassingbé a été réélu en 2010 et 2015 sur la base d'accusations de fraude par l'opposition togolaise). En fait, ces dernières années, il est devenu de plus en plus évident que nous avons sous-estimé la capacité du gouvernement à adapter ses méthodes répressives au monde numérique.

À la fin de l'été 2017, de grandes manifestations se sont rapidement répandues dans tout le pays pour soutenir les demandes de l'opposition qui réclamait la démission du président Gnassingbé et le rétablissement de la limitation des mandats, abolie par son père en 2002. Pendant ces mois de manifestations, des dizaines de milliers de manifestants ont scandé "Faure doit partir", un slogan inventé par un mouvement militant que j'ai cofondé en 2011 avec d'autres jeunes dissidents togolais vivant à l'intérieur et à l'extérieur du pays. Le mouvement Faure Must Go s'appuyait sur une organisation numérique décentralisée, qui a permis à beaucoup d'entre nous de conserver notre anonymat, nous protégeant ainsi de la répression physique directe des dirigeants.

Cependant, la réponse du gouvernement aux manifestations de 2017 a montré clairement que nous n'étions pas aussi en sécurité que nous le pensions. En septembre, le régime a fermé l'internet pendant neuf jours. Dans les mois qui ont suivi, des centaines de manifestants ont été arrêtés et plusieurs ont été tués, dont un garçon de 9 ans, selon Amnesty International.

Pendant ce temps, nous avons reçu des informations suggérant que certains militants avaient été arrêtés et torturés par le gouvernement sur la base de preuves glanées lors de conversations privées qui avaient eu lieu sur WhatsApp, l'application de messagerie cryptée. Cela nous a donné un fort indice que le gouvernement nous espionnait, détruisant ainsi notre anonymat en tant que militants en ligne et mettant en danger notre propre sécurité et celle des membres de notre famille. J'ai été en contact avec certains des militants emprisonnés pendant des mois ; beaucoup ont ensuite été contraints de fuir le pays ou de se cacher.

Lire aussi : Mgr Kpodzro demande à Emmanuel Macron de traduire Faure Gnassingbé en justice

Grâce à une enquête menée en 2018 par le Citizen Lab, un groupe de recherche sur la cybersécurité basé à l'université de Toronto, nous avons découvert par la suite qu'un logiciel espion connu sous le nom de Pegasus était probablement utilisé par le gouvernement togolais pour cibler les utilisateurs de smartphones dans le pays. Nous pensons que le régime a utilisé ce programme pour attaquer les appareils électroniques des dissidents togolais.

Pegasus est un produit du groupe NSO, une société israélienne qui a vendu la technologie de surveillance à de nombreux gouvernements dans le monde, uniquement, selon la société, pour aider à la lutte contre le terrorisme et le crime. Cependant, de nombreuses allégations ont été formulées selon lesquelles les gouvernements en question, dont certains ont un mauvais bilan en matière de droits de l'homme, ont également utilisé le logiciel espion de la NSO pour cibler des militants, des journalistes et d'autres dirigeants de la société civile. L'OSN vend essentiellement des armes à des gouvernements autoritaires, alimentant les abus et l'oppression car elle fait passer les profits avant la dignité humaine.

Fin 2018, le régime togolais a réussi à consolider son pouvoir en réprimant les protestations et en organisant des élections législatives dans des conditions douteuses (que l'opposition a boycottées). Il a également adopté une nouvelle loi sur la cybersécurité qui restreint la liberté d'expression. Grâce à ces élections, le président Gnassingbé a obtenu le contrôle dont il avait besoin au Parlement pour modifier la constitution en sa faveur : Une loi adoptée en 2019 a rétabli la limitation des mandats éliminés par son père.  Une revendication majeure de l'opposition. Mais elle l'a fait en ignorant les trois mandats que M. Gnassingbé avait déjà exercés, ce qui lui permettait potentiellement de diriger le Togo jusqu'en 2030.

D'autres dirigeants Ouest-africains, dont Alpha Condé de Guinée et Alassane Ouattara de Côte d'Ivoire, ont récemment suivi les traces de M. Gnassingbé en affirmant que les changements constitutionnels intervenus dans leur pays ont essentiellement remis à zéro la limite des mandats. (Il n'est peut-être pas surprenant que le rapport du Citizen Lab de 2018 ait trouvé des infections potentielles à Pégase en Côte d'Ivoire).

Lire aussi : Togo : la compagnie Tiens accusée de faire de la haute escroquerie

Lorsque M. Gnassingbé s'est présenté pour un quatrième mandat en février 2020, l'opposition n'avait qu'une chance microscopique de gagner. Le régime, qui a conservé le contrôle du pouvoir législatif, a interdit aux groupes de surveillance des élections d'opérer au Togo et a déployé des forces de sécurité dans tout le pays. M. Gnassingbé a déclaré la victoire avec 72 % des voix, dépassant ses pourcentages aux élections de 2005, 2010 et 2015, sur fond d'allégations de fraude de la part de l'opposition.

De récentes enquêtes menées par Citizen Lab et d'autres organismes ont révélé qu'un nombre encore plus important de critiques du gouvernement togolais, notamment d'éminents dirigeants catholiques, ont été pris pour cible par le logiciel de surveillance de l'INS, dans le cadre d'une tentative de surveillance de leurs conversations et de leurs déplacements. Le gouvernement semble avoir réussi à maintenir sa mainmise sur le pouvoir face aux protestations de masse. La dynastie des Gnassingbé, au pouvoir depuis plus d'un demi-siècle, se poursuit.

Pourtant, la soif de démocratie au Togo est plus forte que jamais. La résistance doit maintenant aller au-delà de la responsabilisation des régimes autoritaires et exiger que les entreprises technologiques comme l'INS soient également tenues responsables des ressources qu'elles fournissent à ces gouvernements.

Le régime togolais ignore une vérité cruciale : Internet a donné à la jeune génération un goût de liberté  et une fois que les gens savent ce que c'est que d'être libre, ils ne peuvent plus être tenus en esclavage indéfiniment.

Lire aussi : USA : Donald Trump s’attaque à Meghan Markle et souhaite “bon courage” au prince Harry

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 486 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Farida Nabourema publie un article critique sur le Togo. « La plus ancienne monarchie d'Afrique a resserré son emprise sur le pouvoir en s'appuyant sur des outils de surveillance numérique fabriqués à l'étranger. Les militants comme moi ne sont plus en sécurité », a écrit l’activiste togolaise Farida Nabourema  au début de son texte publié le 06 octobre sur le site : The New York Times.

Née le 19 avril 1990 à Lomé, Farida Bemba Nabourema est une militante togolaise des droits de l'homme et une écrivaine qui lutte pour la démocratie au Togo depuis son adolescence. Elle a grandi sous le régime oppressif de feu Gnassingbé Eyadéma jusqu'à sa mort en 2005.

Selon l’histoire, son  père, le dissident Bemba Nabourema a été gravement torturé en 2003 alors qu'elle n'avait que 13 ans. Elle est alors devenue elle-même dissidente. A 20 ans, elle a fondé le mouvement "Faure Must Go", qui appelle à la résistance civile dans l'intérêt de la démocratie.

Titré : «  In Togo, There Is Nowhere to Hide », voici l’intégralité de son texte traduit de l’Anglais.

Ces dernières années, une poignée de pays africains, dont le Soudan et l'Algérie, ont fait leurs adieux à des dirigeants autoritaires de longue date, créant ainsi des ouvertures, aussi petites soient-elles, pour le changement démocratique.

Le Togo, pays d'Afrique de l'Ouest, reste cependant fermement sous la coupe d'un régime soutenu par l’armée. Celui de la famille Gnassingbé, la plus ancienne dynastie du continent. Ces dernières années, le régime a pleinement adopté les tactiques de la répression numérique pour prolonger sa longévité, contournant (pour l'instant) une communauté de plus en plus enhardie de militants en ligne.

Les citoyens du Togo, un pays d'environ huit millions d'habitants situé entre le Ghana à l'Ouest et le Bénin à l'Est, vivent depuis plus de 50 ans sous une dictature brutale. Le régime militaire de la nation est arrivé au pouvoir en 1967, avec l'installation du chef d'état-major de l'armée, Gnassingbé Eyadéma, comme président. M. Eyadéma est mort en 2005, mettant fin à un règne impitoyable de 38 ans marqué par des violations généralisées des droits de l'homme. Dans les mois qui ont suivi la mort de M. Eyadéma, la candidature de son fils, Faure Gnassingbé, soutenue par l'armée, s'est révélée victorieuse lors d'une élection entachée de graves allégations de fraude.

Les générations de militants togolais qui avaient combattu la dictature de Gnassingbé le Premier espéraient que sa disparition mettrait fin à la tyrannie de la nation, ouvrant ainsi la voie à un avenir démocratique plus radieux. Au lieu de cela, la mort de M. Eyadéma, en février 2005, et l'élection de son fils en avril n'ont conduit qu'à d'horribles violences : Selon un rapport des Nations unies, entre 400 et 500 personnes ont été tuées au cours de ces mois, et des milliers d'autres ont été blessées.

En réponse à l'arrivée de Gnassingbé II, une nouvelle génération de militants s'est fait connaître. L'internet était leur outil le plus puissant, et à mesure que la pénétration de l'internet au Togo s'est accrue, le mouvement de résistance démocratique a fait de même.

Lire aussi : Faure Gnassingbé, introuvable à Niamey ?

J'étais l'un de ces militants, et comme beaucoup de mes camarades dissidents, je me suis senti habilité, depuis l'ascension de M. Gnassingbé, par la capacité à dénoncer le gouvernement. Sa corruption et son gangstérisme sur les médias sociaux. ""Vous pouvez régner sur le Togo sans avoir à rendre des comptes", ai-je écrit dans un post sur Facebook en 2014, en m'adressant à l'administration, "mais nous, les citoyens, nous régnons sur Internet, et nous vous tiendrons pour responsables"".

Malheureusement, le gouvernement Gnassingbé n'aime aucune forme de résistance, que ce soit dans la rue ou en ligne. (M. Gnassingbé a été réélu en 2010 et 2015 sur la base d'accusations de fraude par l'opposition togolaise). En fait, ces dernières années, il est devenu de plus en plus évident que nous avons sous-estimé la capacité du gouvernement à adapter ses méthodes répressives au monde numérique.

À la fin de l'été 2017, de grandes manifestations se sont rapidement répandues dans tout le pays pour soutenir les demandes de l'opposition qui réclamait la démission du président Gnassingbé et le rétablissement de la limitation des mandats, abolie par son père en 2002. Pendant ces mois de manifestations, des dizaines de milliers de manifestants ont scandé "Faure doit partir", un slogan inventé par un mouvement militant que j'ai cofondé en 2011 avec d'autres jeunes dissidents togolais vivant à l'intérieur et à l'extérieur du pays. Le mouvement Faure Must Go s'appuyait sur une organisation numérique décentralisée, qui a permis à beaucoup d'entre nous de conserver notre anonymat, nous protégeant ainsi de la répression physique directe des dirigeants.

Cependant, la réponse du gouvernement aux manifestations de 2017 a montré clairement que nous n'étions pas aussi en sécurité que nous le pensions. En septembre, le régime a fermé l'internet pendant neuf jours. Dans les mois qui ont suivi, des centaines de manifestants ont été arrêtés et plusieurs ont été tués, dont un garçon de 9 ans, selon Amnesty International.

Pendant ce temps, nous avons reçu des informations suggérant que certains militants avaient été arrêtés et torturés par le gouvernement sur la base de preuves glanées lors de conversations privées qui avaient eu lieu sur WhatsApp, l'application de messagerie cryptée. Cela nous a donné un fort indice que le gouvernement nous espionnait, détruisant ainsi notre anonymat en tant que militants en ligne et mettant en danger notre propre sécurité et celle des membres de notre famille. J'ai été en contact avec certains des militants emprisonnés pendant des mois ; beaucoup ont ensuite été contraints de fuir le pays ou de se cacher.

Lire aussi : Mgr Kpodzro demande à Emmanuel Macron de traduire Faure Gnassingbé en justice

Grâce à une enquête menée en 2018 par le Citizen Lab, un groupe de recherche sur la cybersécurité basé à l'université de Toronto, nous avons découvert par la suite qu'un logiciel espion connu sous le nom de Pegasus était probablement utilisé par le gouvernement togolais pour cibler les utilisateurs de smartphones dans le pays. Nous pensons que le régime a utilisé ce programme pour attaquer les appareils électroniques des dissidents togolais.

Pegasus est un produit du groupe NSO, une société israélienne qui a vendu la technologie de surveillance à de nombreux gouvernements dans le monde, uniquement, selon la société, pour aider à la lutte contre le terrorisme et le crime. Cependant, de nombreuses allégations ont été formulées selon lesquelles les gouvernements en question, dont certains ont un mauvais bilan en matière de droits de l'homme, ont également utilisé le logiciel espion de la NSO pour cibler des militants, des journalistes et d'autres dirigeants de la société civile. L'OSN vend essentiellement des armes à des gouvernements autoritaires, alimentant les abus et l'oppression car elle fait passer les profits avant la dignité humaine.

Fin 2018, le régime togolais a réussi à consolider son pouvoir en réprimant les protestations et en organisant des élections législatives dans des conditions douteuses (que l'opposition a boycottées). Il a également adopté une nouvelle loi sur la cybersécurité qui restreint la liberté d'expression. Grâce à ces élections, le président Gnassingbé a obtenu le contrôle dont il avait besoin au Parlement pour modifier la constitution en sa faveur : Une loi adoptée en 2019 a rétabli la limitation des mandats éliminés par son père.  Une revendication majeure de l'opposition. Mais elle l'a fait en ignorant les trois mandats que M. Gnassingbé avait déjà exercés, ce qui lui permettait potentiellement de diriger le Togo jusqu'en 2030.

D'autres dirigeants Ouest-africains, dont Alpha Condé de Guinée et Alassane Ouattara de Côte d'Ivoire, ont récemment suivi les traces de M. Gnassingbé en affirmant que les changements constitutionnels intervenus dans leur pays ont essentiellement remis à zéro la limite des mandats. (Il n'est peut-être pas surprenant que le rapport du Citizen Lab de 2018 ait trouvé des infections potentielles à Pégase en Côte d'Ivoire).

Lire aussi : Togo : la compagnie Tiens accusée de faire de la haute escroquerie

Lorsque M. Gnassingbé s'est présenté pour un quatrième mandat en février 2020, l'opposition n'avait qu'une chance microscopique de gagner. Le régime, qui a conservé le contrôle du pouvoir législatif, a interdit aux groupes de surveillance des élections d'opérer au Togo et a déployé des forces de sécurité dans tout le pays. M. Gnassingbé a déclaré la victoire avec 72 % des voix, dépassant ses pourcentages aux élections de 2005, 2010 et 2015, sur fond d'allégations de fraude de la part de l'opposition.

De récentes enquêtes menées par Citizen Lab et d'autres organismes ont révélé qu'un nombre encore plus important de critiques du gouvernement togolais, notamment d'éminents dirigeants catholiques, ont été pris pour cible par le logiciel de surveillance de l'INS, dans le cadre d'une tentative de surveillance de leurs conversations et de leurs déplacements. Le gouvernement semble avoir réussi à maintenir sa mainmise sur le pouvoir face aux protestations de masse. La dynastie des Gnassingbé, au pouvoir depuis plus d'un demi-siècle, se poursuit.

Pourtant, la soif de démocratie au Togo est plus forte que jamais. La résistance doit maintenant aller au-delà de la responsabilisation des régimes autoritaires et exiger que les entreprises technologiques comme l'INS soient également tenues responsables des ressources qu'elles fournissent à ces gouvernements.

Le régime togolais ignore une vérité cruciale : Internet a donné à la jeune génération un goût de liberté  et une fois que les gens savent ce que c'est que d'être libre, ils ne peuvent plus être tenus en esclavage indéfiniment.

Lire aussi : USA : Donald Trump s’attaque à Meghan Markle et souhaite “bon courage” au prince Harry

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 486 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire