Burkina/ Thomas Sankara, le fantôme de Blaise Compaoré

Le procès sur la mort de Thomas Sankara débute aujourd’hui à Ouagadougou dans un contexte bien particulier.

34 ans après la mort brutale de l’icône burkinabè Thomas Sankara, le procès sur son assassinat s’ouvre au Burkina. Le procès sur la mort de Thomas Sankara s’ouvre sans le principal accusé, Blaise Compaoré qui vit exilé en Côte d’Ivoire. Une vingtaine d’accusés comparaissent ce lundi 11 octobre 2021.

Thomas Sankara prédisait que « Si un coup d’Etat a lieu contre moi, cela ne peut venir que de Blaise. Il connaît toutes mes habitudes. ». Pour son épouse qui mène un combat acharné depuis 34 ans, c’est une occasion rêvée. Pour savoir et comprendre.

Blaise Compaoré refuse de se présenter au procès de Thomas Sankara. Est-il oui ou non celui qui a ordonné de le tuer ? Compaoré a-t-il, en personne, participé à l’assassinat de son frère d’armes et à celui de douze de ses compagnons, le 15 octobre 1987, à Ouagadougou ? C’est ce que le procès sur la mort de Sankara tentera d’élucider.

À lire aussi :
Burkina Faso : SOFRECO Recrute Un Spécialiste en Financement Agricole, Chargé du Suivi-Evaluation

Selon Me Pierre-Olivier Sur, avocat de Blaise Compaoré, le procès sur la mort de Thomas Sankara est, « une mise en scène politique et non un procès équitable ». « Le président Compaoré ne se rendra pas devant cette juridiction d’exception« , ajoute Me Sur. « De plus, il bénéficie de l’immunité en tant qu’ancien chef d’Etat et n’est visé par aucun mandat d’arrêt international, car celui qui a été délivré à son encontre a été annulé par la Cour de cassation du Burkina en avril 2016. », dit-il.

Mais pour l’avocat de la famille Sankara, Me Prosper Farama, « Même sans la présence de Blaise Compaoré, il est important qu’il se tienneCela fait trente-quatre ans que le peuple burkinabé a soif de justice ». Thomas Sankara est devenu le fantôme de Blaise Compaoré, pendant ses 27 ans de règne.

Au procès sur la mort de Thomas Sankara, Gilbert Diendéré sera interrogé pour « attentat à la sûreté de l’Etat », « complicité d’assassinat » et « recel de cadavres ». Le procès qui s’ouvre essayera aussi de faire la lumière sur l’emplacement exact du cadavre de Thomas Sankara.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire