Blaise Compaoré demande pardon pour la mort de Thomas Sankara


Video player

L’ex-président du Faso Blaise Compaoré a demandé mardi, «pardon» au peuple burkinabè pour les actes commis durant ses 27 ans de pouvoir, en particulier à la famille du président Thomas Sankara, tué lors du coup d’Etat qui l’a propulsé à la tête de l’Etat le 15 octobre 1987.

«Je demande pardon au peuple burkinabè pour tous les actes que j’ai pu commettre durant mon magistère, plus particulièrement à la famille de mon frère et ami Thomas Noël Isidore Sankara», a écrit le président Compaoré dans un message lu par le ministre Bilgo.

En effet, une délégation a été envoyée depuis la Côte d’ivoire pour rencontrer les autorités de transition.

« J’assume et déplore, du fond du cœur, toutes les souffrances et drames vécus par toutes les victimes durant mes mandats à la tête du pays et demande à leurs familles de m’accorder leur pardon », déplore l’ancien Président.

« Je souhaite que nous puissions aller de l’avant désormais pour reconstruire notre destin commun sur la terre de nos ancêtres, ensemble, dans un esprit de patriotisme, donnons-nous la main pour taire définitivement nos querelles et rancœurs », note Blaise Compaoré qui affirme qu’il est « important aujourd’hui, de travailler au recouvrement de l’intégrité territoriale, à la reconstruction et la promotion d’un
environnement favorable à l’épanouissement durable pour tous ».

« C’est l’unique voie, qui permettra ainsi de mettre fin à nos incompréhensions et conflits intercommunautaires pour lutter efficacement contre le terrorisme qui a tant saigné notre pays et ébranlé ses fondements », rassure l’ancien chef d’Etat.

« J’appelle tous nos compatriotes, filles et fils
du pays, de l’intérieur comme de l’extérieur, à une union sacrée, à la tolérance, à la retenue, mais surtout au pardon pour que prévale l’intérêt supérieur de notre Nation », a-t-il insisté.

Blaise Compaoré était à Ouagadougou le 8 juillet dernier. Il a pris part à une rencontre d’anciens chefs d’Etat initiée par le lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba. Sur cinq anciens présidents attendus, seulement Blaise Compaoré et Jean-Baptiste Ouédraogo ont pris part à la rencontre. Roch Kaboré, Isaac Zida et Michel Kafando étaient absents pour diverses raisons.

Avec Agence d’information du Burkina

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire