Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Le COJEP de Blé Goudé exige la libération des leaders de l’opposition
08/11/2020 à 09h39 par La redaction

 

La situation politique en Côte d'Ivoire après l'élection présidentielle prend une allure inquiètante. Les leaders de l'opposition font l'objet de poursuite judiciaire pour avoir dénoncé les conditions dans lesquelles l'élection a été organisée. C'est le cas de Affi N'Guessan Pascal qui serait actuellement dans les mains des autorités.

Cette façon de procéder promet un landemain mouvementé en Côte d'Ivoire. S'exprimant sur l'actualité, le Congrès panafricain pour la justice et la liberté des peuples (COJEP) de l'ancien ministre Charles Blé Goudé exige la libération des leaders de l'opposition et la levée du blocus devant leurs résidences.

Le COJEP a fait cette proposition à travers une déclaration signée par Solange TARGO, porte-parole adjointe du COJEP.

Voici l'intégralité de la déclaration du COJEP

Depuis le 31 octobre 2020, il est malheureusement constaté sur l'ensemble du territoire ivoirien de nombreuses victimes, des morts et plusieurs dégâts matériels, du fait de l'organisation sans consensus de l'élection présidentielle, contrairement aux nombreux appels au report lancés par le Ministre Charles Blé Goudé, président du COJEP, en vue de sauver des vies humaines et préserver le climat social déjà délétère.

L'élection du 31 octobre est suivie hélas, par des villages entiers incendiés, obligeant les populations en quête de sécurité à des déplacements massifs. Des hommes sont tailladés à la machette quand d'autres font l'objet d'enlèvements nocturnes par des hommes encagoulés.

A cela s'ajoute le fait que depuis quelques jours, les leaders de la plate-forme de l’opposition font l’objet de séquestrations et d’arrestations tous azimuts.

Le président Henri Konan Bedié, Assoua Adou, Mabri Toakeusse sont assignés à résidence de fait, avec une présence massive de cargos et d’hommes en armes autour de leurs résidences.

Après l’arrestation du Ministre Kacou Guikahué et plusieurs de ses collaborateurs, c’est le Premier Ministre Pascal Affi N’guessan, porte-parole de la plateforme de l’opposition qui est mis aux arrêts dans la nuit du 06 au 07 novembre 2020. Ses avocats s'inquiètent d'être sans aucune nouvelle de lui, ni de son lieu de détention. Sa compagne continue d'être privée de ses mouvements et est empêchée de s'approvisionner en vivres et médicaments.

Par la présente, le COJEP déplore les morts et les autres victimes occasionnés par cette crise post-électorale ; adresse ses sincères condoléances aux familles endeuillées, se tient aux côtés des blessés et des déplacés encore sous le choc.

Le COJEP dénonce et condamne ces pratiques qui violent les droits élémentaires des hommes politiques.

Le COJEP demande la libération immédiate et sans conditions des leaders de l'opposition mis aux arrêts.

Le COJEP demande la levée du blocus devant les résidences du président Henri Konan Bedié et des autres leaders de l’opposition.

Le COJEP exhorte à privilégier le dialogue, seule voie pour sortir notre pays de cette autre crise postélectorale qui a déjà causé trop de pertes en vies humaines et de dégâts matériels.

Pour finir, le COJEP remercie tous les démocrates et renouvelle son engagement à toujours se tenir aux côtés des opprimés. Le COJEP continuera à ne ménager aucun effort pour l'instauration d'un État de droit en Côte d'Ivoire.

Solange TAGRO,

Porte-parole Adjointe du COJEP

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

 

La situation politique en Côte d'Ivoire après l'élection présidentielle prend une allure inquiètante. Les leaders de l'opposition font l'objet de poursuite judiciaire pour avoir dénoncé les conditions dans lesquelles l'élection a été organisée. C'est le cas de Affi N'Guessan Pascal qui serait actuellement dans les mains des autorités.

Cette façon de procéder promet un landemain mouvementé en Côte d'Ivoire. S'exprimant sur l'actualité, le Congrès panafricain pour la justice et la liberté des peuples (COJEP) de l'ancien ministre Charles Blé Goudé exige la libération des leaders de l'opposition et la levée du blocus devant leurs résidences.

Le COJEP a fait cette proposition à travers une déclaration signée par Solange TARGO, porte-parole adjointe du COJEP.

Voici l'intégralité de la déclaration du COJEP

Depuis le 31 octobre 2020, il est malheureusement constaté sur l'ensemble du territoire ivoirien de nombreuses victimes, des morts et plusieurs dégâts matériels, du fait de l'organisation sans consensus de l'élection présidentielle, contrairement aux nombreux appels au report lancés par le Ministre Charles Blé Goudé, président du COJEP, en vue de sauver des vies humaines et préserver le climat social déjà délétère.

L'élection du 31 octobre est suivie hélas, par des villages entiers incendiés, obligeant les populations en quête de sécurité à des déplacements massifs. Des hommes sont tailladés à la machette quand d'autres font l'objet d'enlèvements nocturnes par des hommes encagoulés.

A cela s'ajoute le fait que depuis quelques jours, les leaders de la plate-forme de l’opposition font l’objet de séquestrations et d’arrestations tous azimuts.

Le président Henri Konan Bedié, Assoua Adou, Mabri Toakeusse sont assignés à résidence de fait, avec une présence massive de cargos et d’hommes en armes autour de leurs résidences.

Après l’arrestation du Ministre Kacou Guikahué et plusieurs de ses collaborateurs, c’est le Premier Ministre Pascal Affi N’guessan, porte-parole de la plateforme de l’opposition qui est mis aux arrêts dans la nuit du 06 au 07 novembre 2020. Ses avocats s'inquiètent d'être sans aucune nouvelle de lui, ni de son lieu de détention. Sa compagne continue d'être privée de ses mouvements et est empêchée de s'approvisionner en vivres et médicaments.

Par la présente, le COJEP déplore les morts et les autres victimes occasionnés par cette crise post-électorale ; adresse ses sincères condoléances aux familles endeuillées, se tient aux côtés des blessés et des déplacés encore sous le choc.

Le COJEP dénonce et condamne ces pratiques qui violent les droits élémentaires des hommes politiques.

Le COJEP demande la libération immédiate et sans conditions des leaders de l'opposition mis aux arrêts.

Le COJEP demande la levée du blocus devant les résidences du président Henri Konan Bedié et des autres leaders de l’opposition.

Le COJEP exhorte à privilégier le dialogue, seule voie pour sortir notre pays de cette autre crise postélectorale qui a déjà causé trop de pertes en vies humaines et de dégâts matériels.

Pour finir, le COJEP remercie tous les démocrates et renouvelle son engagement à toujours se tenir aux côtés des opprimés. Le COJEP continuera à ne ménager aucun effort pour l'instauration d'un État de droit en Côte d'Ivoire.

Solange TAGRO,

Porte-parole Adjointe du COJEP

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire