Démence des anciens footballeurs : Une nouvelle étude lancée pour essayer de la réduire


Video player

Une nouvelle étude sur la démence a été lancée pour examiner les moyens de réduire le risque de la maladie chez les anciens footballeurs.

L’étude sera dirigée par le Dr Willie Stewart, dont les recherches précédentes ont montré que les ex-professionnels ont trois fois et demie plus de risques de mourir de démence que la population générale.

La nouvelle étude BrainHOPE, d’une durée de quatre ans et d’un montant de 1,3 million de livres sterling, s’appuiera sur ces recherches.

Elle est financée conjointement par la FA et la Fifa, et recrutera 120 anciens footballeurs professionnels âgés de 40 à 59 ans.

“Il s’agit d’une étude extrêmement importante, et nous sommes reconnaissants à la FA et à la Fifa de leur soutien pour permettre sa réalisation”, a déclaré Stewart, consultant en neuropathologie à l’Université de Glasgow.

“Nos conclusions de l’étude FIELD montrent qu’il y a lieu de s’inquiéter de la santé cérébrale à vie des anciens footballeurs. BrainHOPE est conçu pour identifier les tests qui pourraient détecter les problèmes à un stade précoce et, plus important encore, les moyens possibles d’essayer de réduire le risque de démence chez les anciens footballeurs.”

L’étude utilisera l’imagerie cérébrale et des tests pour comparer la santé cérébrale des anciens footballeurs à celle de 700 sujets témoins issus de la population générale.

Elle cherchera également à déterminer si les différences de santé cérébrale pourraient bénéficier de la gestion des facteurs de risque de démence connus.

L’étude FIELD a été lancée à la suite d’allégations selon lesquelles l’ancien attaquant de West Brom, Jeff Astle, serait décédé à la suite de traumatismes crâniens répétés.

Les experts se sont penchés sur la question de savoir si le fait de diriger le ballon pouvait être lié à des lésions cérébrales.

Selon de nouvelles directives publiées en juillet dernier, les footballeurs professionnels anglais ne pourront plus effectuer que dix “coups de tête de force supérieure” par semaine à l’entraînement à partir de la saison 2021-22.

En août, de nouvelles recherches ont montré que les défenseurs sont plus susceptibles de souffrir de démence à un âge avancé que les autres joueurs de football.

Au début de l’année, l’Association des footballeurs professionnels a mis en place un service de soins dédié aux anciens joueurs atteints de maladies neurodégénératives (MND).

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading - Démence des anciens footballeurs : Une nouvelle étude lancée pour essayer de la réduire Loading ...
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire