Brésil : le président Jair Bolsonaro évacué d’urgence à l’hôpital


Video player

Après avoir ressenti des douleurs abdominales la nuit, le président Jair Bolsonaro a été admis dans un hôpital de Brasilia pour rechercher la cause de son hoquet persistant. Il sera transféré dans un hôpital de Sao Paulo pour y subir des examens supplémentaires afin de déterminer s’il doit subir une intervention chirurgicale d’urgence.

 

Le Dr Antonio Luiz Macedo, le médecin qui était responsable des interventions chirurgicales sur Jair Bolsonaro après une attaque au couteau en 2018, a constaté une obstruction intestinale et a décidé de l’emmener dans un hôpital de São Paulo. Il y subira des tests supplémentaires pour voir s’il est nécessaire de procéder à une intervention chirurgicale d’urgence.

Lire aussi : Brésil : le président Jair Bolsonaro refuse de céder le pouvoir en cas de fraude

Le Président se plaint depuis plus d’une semaine d’avoir le hoquet, disant que cela lui causait des difficultés lorsqu’il parlait en public. Mardi soir, il a abordé le problème lors d’un entretien avec ses partisans. « Les gars, je suis sans voix, les gars. Si je commence à trop parler, le hoquet revient. Le hoquet est de retour », a-t-il déclaré.

 

Lors d’un événement sur les médias sociaux jeudi dernier, le président a déclaré qu’il avait le hoquet « depuis plus d’une semaine » à ce moment-là. « Il se peut que je ne sois pas en mesure de m’exprimer correctement sur ce direct », a-t-il déclaré. Il a laissé entendre que cet état pouvait être lié aux médicaments qu’il prenait en raison d’une intervention chirurgicale pour des implants dentaires.

Lire aussi  : Brésil : « Vous êtes des salauds », le président Jair Bolsonaro s’en prend à un journaliste

Selon certaines sources, mercredi dernier, Bolsonaro se portait bien. La possibilité d’une intervention chirurgicale dans les mois à venir pour enlever une hernie dans la région abdominale était également évaluée.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire