Le gouvernement ivoirien à Guillaume Soro : « Ce n’est pas à travers Internet, qu’on se dit fort »


Video player

Le Gouvernement ivoirien attend de pieds ferme l’ancien président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro. Ce dernier, exilé désormais en France ne peut pas rentrer en Côte d’Ivoire. Pas pour l’heure sans être arrêté, présenté à la justice et condamné. Il en est conscient mais fait sa pré-campagne en vue des élections présidentielles d’octobre prochain. Il est notamment accusé de détournement de fonds publics, recel, et de tentative de déstabilisation du pays. Même ces proches collaborateurs en ont fait les frais. Une quinzaine sont en prison.

Ce jeudi, le Porte-Parole du gouvernement Sidi Tiemoko Touré s’est adressé au député de Ferké. Voici son message :

« Ce n’est pas à travers Internet, Facebook qu’on se dit fort, mais plutôt devant la justice. Soro Guillaume Kigbafori est en capacité de tous ses droits du point de vue de la loi ivoirienne. Nous l’attendons qu’il vienne se défendre proprement. Il doit se présenter devant la justice, c’est une responsabilité s’il veut assumer une charge dans ce pays. C’est par là qu’il faut qu’il passe, qu’il assume ce qu’il a posé comme acte aussi bien dans le passé que dans le présent.

(…) Il faut que nous reconnaissions définitivement que nul ne peut être au-dessus de la loi quel que soit notre position d’ancien Président de l’Assemblée nationale, quel que soit notre qualité de candidat à quelques élections que ce soit »

Lire aussi : Accusé de détournement de fonds: Soro Guillaume justifie l’achat de sa maison

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire