Le pouvoir de l'information à votre portée sur doingbuzz.com
Extrême nord du Cameroun : Des ex-combattants de Boko Haram font des confidences
01/08/2020 à 14h18 par Georges Traore

Des anciens combattants de la secte Boko Haram vivent dans des conditions pénibles au nord du Cameroun. Ne pouvant plus supporter sur le long terme, ils ont décidé de faire appel aux autorités locales afin de commencer par faire des activités génératrices de revenus sur le long terme. Ils ont eu une  rencontre avec le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari selon nos confrères de Cameroon-info.

Comment mieux organiser la réinsertion socioéconomique des ex-combattants et anciens associés du groupe terroriste Boko Haram ? C’est cette importante question qui était au centre d’une rencontre entre le patron de la région de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakary, et les 155 pensionnaires du Centre de désarmement, de démobilisation et de réinsertion de Méri, le mois dernier.

«Il était question pour le gouverneur d’échanger avec ces pensionnaires dans le but de trouver le meilleur moyen de les occuper et de les rendre utiles en attendant leur transfèrement sur leur site proprement dit qui sera construit à Mémé dans l’arrondissement de Mora», renseigne de son côté le quotidien Mutations dans son édition du 29 juillet 2020.

Pour le coordonnateur régional du CNDDR, Oumar Bichaïr la préoccupation actuelle de ces ex-combattants de Boko Haram «reste leur occupation afin de lutter contre l’oisiveté qui caractérise leur quotidien. Tandis que certains d’entre eux s’adonnent à des petits métiers, la plupart qui sont des agriculteurs veulent des parcelles de terre pour y mener des activités champêtres», indique le journal. Le lamido de Mémé et le chef de troisième degré de Godola ont mis plusieurs dizaines d’hectares de terres agricoles à la disposition de ces repentis pour une meillere reconversion.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 71 888 autres abonnés

DOINGBUZZ TV

Ne partez pas sans partager :

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Des anciens combattants de la secte Boko Haram vivent dans des conditions pénibles au nord du Cameroun. Ne pouvant plus supporter sur le long terme, ils ont décidé de faire appel aux autorités locales afin de commencer par faire des activités génératrices de revenus sur le long terme. Ils ont eu une  rencontre avec le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari selon nos confrères de Cameroon-info.

Comment mieux organiser la réinsertion socioéconomique des ex-combattants et anciens associés du groupe terroriste Boko Haram ? C’est cette importante question qui était au centre d’une rencontre entre le patron de la région de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakary, et les 155 pensionnaires du Centre de désarmement, de démobilisation et de réinsertion de Méri, le mois dernier.

«Il était question pour le gouverneur d’échanger avec ces pensionnaires dans le but de trouver le meilleur moyen de les occuper et de les rendre utiles en attendant leur transfèrement sur leur site proprement dit qui sera construit à Mémé dans l’arrondissement de Mora», renseigne de son côté le quotidien Mutations dans son édition du 29 juillet 2020.

Pour le coordonnateur régional du CNDDR, Oumar Bichaïr la préoccupation actuelle de ces ex-combattants de Boko Haram «reste leur occupation afin de lutter contre l’oisiveté qui caractérise leur quotidien. Tandis que certains d’entre eux s’adonnent à des petits métiers, la plupart qui sont des agriculteurs veulent des parcelles de terre pour y mener des activités champêtres», indique le journal. Le lamido de Mémé et le chef de troisième degré de Godola ont mis plusieurs dizaines d’hectares de terres agricoles à la disposition de ces repentis pour une meillere reconversion.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 71 888 autres abonnés

DOINGBUZZ TV

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire