Etats-Unis : des demandeurs d’asile camerounais maltraités (rapport)


Video player

Ils sont plus de 80 demandeurs d’asile camerounais maltraités et expulsés par les États-Unis entre 2019 et 2021. Selon un rapport de Human Rights Watch publié jeudi 17, à leur retour dans leur pays, ils ont subi de graves violations des droits humains, notamment la torture et le viol et la disparition forcée.

 

HRW a déclaré avoir interrogé 41 demandeurs d’asile camerounais expulsés et 54 autres personnes aux Etats-Unis et au Cameroun pour le rapport. L’organisation dit avoir collecté et analysé des documents américains relatifs à l’asile et à l’immigration, y compris des photos, des vidéos et des enregistrements, de personnes expulsées.

 

 

Dans un rapport de 149 pages, Human Rights Watch, un groupe de défense des droits basé à New York, a documenté des dizaines de cas d’abus et de mauvais traitements présumés commis par des agents du service américain de l’immigration et des douanes (ICE) à l’encontre de plusieurs demandeurs d’asile camerounais ensuite expulsées.

 

 

“Le gouvernement américain a complètement laissé tomber les Camerounais ayant des demandes d’asile crédibles en les renvoyant dans le pays qu’ils ont fui, et en maltraitant des personnes déjà traumatisées avant et pendant leur expulsion”, a déclaré Lauren Seibert, chercheuse sur les droits des réfugiés et des migrants à Human Rights Watch.

 

“Les gouvernements camerounais et américain doivent remédier à ces abus, et les autorités américaines devraient donner aux Camerounais expulsés à tort la possibilité de revenir et de déposer une nouvelle demande d’asile”, a ajouté Seibert.

 

Le groupe de défense des droits a déclaré que les États-Unis violaient le principe de non-refoulement, pierre angulaire du droit international relatif aux réfugiés et aux droits de l’homme. Ce principe stipule que nul ne doit être renvoyé dans un pays où il risque d’être torturé ou de subir un traitement cruel ou inhumain.

 

Après avoir été expulsée en octobre 2020, une femme citée dans le rapport de HRW a déclaré avoir été torturée et violée par des gendarmes ou des militaires pendant une détention de six semaines à Bamenda, dans la région du nord-ouest du Cameroun. HRW a déclaré que les autorités camerounaises avaient également maltraité des rapatriés pour avoir fui et pour avoir demandé l’asile aux États-Unis.

 

Le groupe de défense des droits de l’homme a également souligné comment l’ICE, à l’époque sous l’administration Trump, a maltraité presque tous les demandeurs d’asile interrogés pour le rapport. L’agence d’immigration, selon le rapport, a détenu 40 demandeurs d’asile pendant des périodes prolongées et inutiles. HRW a documenté 24 cas d’allégations de force excessive, de traitement cruel ou inhumain, ou d’autres abus physiques de la part des agents de l’ICE.

 

HRW, ainsi que les membres du Cameroon Advocacy Network, une coalition de groupes de défense des droits des immigrants et d’immigrants camerounais aux États-Unis, ont exhorté le gouvernement américain à accorder aux personnes expulsées entre 2020 et 2021 une libération conditionnelle humanitaire afin qu’elles puissent retourner aux États-Unis pour des “raisons humanitaires urgentes”.

Source

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading - Etats-Unis : des demandeurs d'asile camerounais maltraités (rapport) Loading ...
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire