Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Côte d’Ivoire : au PDCI, brouille entre le député frondeur KKP et Guikahué, bras droit de Bédié
01/05/2020 à 09h58 par La redaction

À quelques mois de l’élection présidentielle prévue en octobre, la fronde menée par le député Kouassi Kouamé Patrice (KKP) à l’encontre de Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif du parti, crée des remous au sein du PDCI d’Henri Konan Bédié.

C’est une crise dont se serait bien passé Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Alors que le pays fait face à la pandémie de Covid-19, Kouassi Kouamé Patrice (KKP), député de Yamoussoukro, a porté l’estocade contre le président du groupe parlementaire PDCI, Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif et numéro deux du parti.

Dans une note de trois pages déposée le 1er avril sur le bureau de Guikahué, KKP énumère une série de récriminations envers la gestion financière, humaine et stratégique du numéro deux du PDCI. Il lui reproche d’abord son vote d’abstention lors du Congrès [destiné à modifier la Constitution et organisé à Yamoussoukro, mi-mars] « alors même que tous les députés avaient voté non ».

KKP demande la démission de Guikahué

KKP fustige également sa « décision autocratique d’autoriser le prélèvement de 5% de nos indemnités sur nos primes de sessions extraordinaires, correspondant à 119 000 francs Cfa, pour contribuer à la remise d’un chèque de 30 000 000 FCFA (46 000 euros) au ministre de la Santé, au titre d’une contribution de l’Assemblée nationale pour la lutte contre le Covid-19 et ce, en dépit du refus de la majorité des députés, mais surtout sans vous soucier de la destination finale de cet argent et des conditions de son utilisation ».

Conséquence, Kouassi Kouamé Patrice, qui a fait fortune en tant qu’avocat, réclame la démission de Guikahué de la présidence du groupe parlementaire PDCI. L’affaire a pris des allures de crise depuis que la lettre a été dévoilée, quelques jours plus tard, dans les médias.

La réponse de Guikahué, fort du soutien de Bédié – volontairement confiné dans sa ville natale de Daoukro (centre), prévention contre le coronavirus oblige – et suivant le conseil de ce dernier, est sans équivoque : sans commentaire sur le fond.

« Irrévérencieux »

Néanmoins, le secrétaire exécutif du PDCI a pris soin de répondre sur la forme, déplorant le « caractère irrévérencieux » de la note du député frondeur. « Notre activité prioritaire est notre participation à la sensibilisation de nos militants et des populations sur les mesures barrières édictées par le Conseil national de sécurité. Le président du PDCI compte sur la contribution positive de chaque membre du groupe parlementaire pour lutter ensemble contre le coronavirus », lui a-t-il répondu.

Au-delà de ces piques adressées par notes interposées, le débat s’est enflammé sur les réseaux sociaux entre militants du PDCI. « Les avis restent partagés entre ceux qui estiment que les récriminations du député sont justes mais inopportunes, ceux qui rejettent ces récriminations, et ceux qui estiment qu’il est nécessaire que le PDCI ait le courage de poser la question du débat interne, en toute liberté », souligne le journaliste politique Jules Claver Aka.

Compétition pour l’investiture

En réalité, la fronde de KKP est plus profonde qu’elle n’y paraît. En janvier, soutenu par d’autres élus, il s’était entretenu avec Henri Konan Bédié pour l’informer de sa volonté de briguer l’investiture du PDCI en vue de la présidentielle d’octobre, afin de porter la voix du changement.

Cette démarche avait été mal perçue par Bédié, qui multiplie les initiatives pour se porter lui-même candidat, vingt ans après avoir perdu le pouvoir à la suite d’un coup d’État militaire. Conséquence : Guikahué avait organisé une réunion et introduit, dans les conditions d’éligibilité à la convention d’investiture du candidat, une présence ininterrompue durant dix ans au bureau politique du PDCI. Une condition non statutaire destinée, selon KKP, à écarter toute velléité de candidature provenant de la « jeune génération ».

Jusqu’où ira KKP ? Nul ne le sait. Mais « sa fronde ressemble à celle de Kouadio Konan Bertin (KKB), qui avait osé dire non au dinosaure Bédié et s’était buté à l’appareil du parti », indique l’analyste politique Sylvain N’Guessan. En effet, l’ex-président des jeunes du PDCI avait fait fi de l’appel de Bédié à soutenir le Président Alassane Ouattara comme candidat unique du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) à la présidentielle d’octobre 2015 et s’était porté candidat indépendant.

Il avait obtenu à peine 3,88 % des suffrages, soit 121 386 voix sur plus de six millions d’électeurs. Exclu des instances du parti qui a célébré, le 9 avril, ses 74 ans d’existence, il est finalement revenu en grâce, quatre ans plus tard, après avoir fait la paix avec Bédié.

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Soro depuis Paris prévient encore: “Le peuple ivoirien n’acceptera JAMAIS le 3ème mandat de Ouattara”

19/11/2020

Soro depuis...

Le découragement peut gagner bien des esprits...
Affi N’guessan aidé dans sa cavale par un gendarme ?/ Pourquoi le Général Apalo Touré “dément formellement”

19/11/2020

Affi N’guessan...

Le Commandant Supérieur de la Gendarmerie nationale...
Message politique à Laurent Gbagbo/ Bédié reconnait désormais Affi comme président du FPI

19/11/2020

Message politique...

Lentement mais surement, les dissensions qui minent...
Côte d’Ivoire-ONU/ Selon l’Ong UN Watch, “Le pays est au bord de la guerre civile”

19/11/2020

Côte d’Ivoire-ONU/...

UN Watch appuie sur la sonnette d’alarme....
Incroyable/ Le Pape François aime une photo d’une fille presque nue sur internet

19/11/2020

Incroyable/ Le...

C’est le buzz people du moment dans...
“7 femmes tuées à Abobo”/ Souley de Paris (proche de Soro) accuse le RDR: “Quand vous avez fait tuer des femmes à Abobo, c’était à cause de quoi ?

19/11/2020

“7 femmes...

Proche de Guillaume Soro et militant actif...
Nathalie Yamb était-elle la femme cachée de Jerry Rawlings ?

19/11/2020

Nathalie Yamb...

C'est la rumeur qui enfle sur internet...
Michael B. Jordan, l'homme le plus sexy de l'année

19/11/2020

Michael B....

Michael Bakari Jordan, l'homme le plus sexy...
Secteur de la pêche : Macky donne une batterie d’instructions à Alioune Ndoye

19/11/2020

Secteur de...

En ces temps de vagues d’émigration clandestine...
[Profil] Marième Dial : La provocatrice !

19/11/2020

Marième...

Halima Gadji est un personnage particulier. Après...
Le mannequin Adja Diallo dément avoir tenu de tels propos à l'encontre d'Adebayor

19/11/2020

Le mannequin...

Depuis quelques jours, des propos blessants contre...
Cette photo de Cardi B provoque l’indignation des internautes, la chanteuse s’excuse

19/11/2020

Cette photo...

Pour la couverture du magazine “Footwear News”,...
Etrange maladie chez des pêcheurs sénégalais : Ce que révèle le rapport d’investigation

19/11/2020

Etrange maladie...

La maladie mystérieuse qui a touché plusieurs...
Le promoteur de Diamniadio Lake City convoqué à la DIC !

19/11/2020

Le promoteur...

L’homme d’affaires Diène Marcel Diagne, promoteur de...
Cyber-criminalité : Un « Kocc » peut en cacher un autre

19/11/2020

Cyber-criminalité :...

Célèbre sur les réseau sociaux, Kocc est...
Trafic de passeports et séjours Schengen: Le réseau du Point E démantelé

19/11/2020

Trafic de...

Ils étaient trois  à travailler dans une...
Trafic de faux billets: 2 nigérians et un malien tombent au… Sénégal

19/11/2020

Trafic de...

Ils viennent du Nigeria et du Mali...
Mort de Rawlings : Une décision de Nana Akufo-Addo en serait la cause

19/11/2020

Mort de...

  Pour Salifu Maase, Rawlings serait encore...
Les résultats du concours de la gendarmerie 2020 disponibles : voici le lien pour les consulter

19/11/2020

Les résultats...

Les résultats du concours de la gendarmerie...
Présidentielle burkinabè le 22 novembre 2020 : 13 candidats à l’assaut du palais de Kossyam

19/11/2020

Présidentielle burkinabè...

Qui sera le président du Burkina ?...

À quelques mois de l’élection présidentielle prévue en octobre, la fronde menée par le député Kouassi Kouamé Patrice (KKP) à l’encontre de Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif du parti, crée des remous au sein du PDCI d’Henri Konan Bédié.

C’est une crise dont se serait bien passé Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Alors que le pays fait face à la pandémie de Covid-19, Kouassi Kouamé Patrice (KKP), député de Yamoussoukro, a porté l’estocade contre le président du groupe parlementaire PDCI, Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif et numéro deux du parti.

Dans une note de trois pages déposée le 1er avril sur le bureau de Guikahué, KKP énumère une série de récriminations envers la gestion financière, humaine et stratégique du numéro deux du PDCI. Il lui reproche d’abord son vote d’abstention lors du Congrès [destiné à modifier la Constitution et organisé à Yamoussoukro, mi-mars] « alors même que tous les députés avaient voté non ».

KKP demande la démission de Guikahué

KKP fustige également sa « décision autocratique d’autoriser le prélèvement de 5% de nos indemnités sur nos primes de sessions extraordinaires, correspondant à 119 000 francs Cfa, pour contribuer à la remise d’un chèque de 30 000 000 FCFA (46 000 euros) au ministre de la Santé, au titre d’une contribution de l’Assemblée nationale pour la lutte contre le Covid-19 et ce, en dépit du refus de la majorité des députés, mais surtout sans vous soucier de la destination finale de cet argent et des conditions de son utilisation ».

Conséquence, Kouassi Kouamé Patrice, qui a fait fortune en tant qu’avocat, réclame la démission de Guikahué de la présidence du groupe parlementaire PDCI. L’affaire a pris des allures de crise depuis que la lettre a été dévoilée, quelques jours plus tard, dans les médias.

La réponse de Guikahué, fort du soutien de Bédié – volontairement confiné dans sa ville natale de Daoukro (centre), prévention contre le coronavirus oblige – et suivant le conseil de ce dernier, est sans équivoque : sans commentaire sur le fond.

« Irrévérencieux »

Néanmoins, le secrétaire exécutif du PDCI a pris soin de répondre sur la forme, déplorant le « caractère irrévérencieux » de la note du député frondeur. « Notre activité prioritaire est notre participation à la sensibilisation de nos militants et des populations sur les mesures barrières édictées par le Conseil national de sécurité. Le président du PDCI compte sur la contribution positive de chaque membre du groupe parlementaire pour lutter ensemble contre le coronavirus », lui a-t-il répondu.

Au-delà de ces piques adressées par notes interposées, le débat s’est enflammé sur les réseaux sociaux entre militants du PDCI. « Les avis restent partagés entre ceux qui estiment que les récriminations du député sont justes mais inopportunes, ceux qui rejettent ces récriminations, et ceux qui estiment qu’il est nécessaire que le PDCI ait le courage de poser la question du débat interne, en toute liberté », souligne le journaliste politique Jules Claver Aka.

Compétition pour l’investiture

En réalité, la fronde de KKP est plus profonde qu’elle n’y paraît. En janvier, soutenu par d’autres élus, il s’était entretenu avec Henri Konan Bédié pour l’informer de sa volonté de briguer l’investiture du PDCI en vue de la présidentielle d’octobre, afin de porter la voix du changement.

Cette démarche avait été mal perçue par Bédié, qui multiplie les initiatives pour se porter lui-même candidat, vingt ans après avoir perdu le pouvoir à la suite d’un coup d’État militaire. Conséquence : Guikahué avait organisé une réunion et introduit, dans les conditions d’éligibilité à la convention d’investiture du candidat, une présence ininterrompue durant dix ans au bureau politique du PDCI. Une condition non statutaire destinée, selon KKP, à écarter toute velléité de candidature provenant de la « jeune génération ».

Jusqu’où ira KKP ? Nul ne le sait. Mais « sa fronde ressemble à celle de Kouadio Konan Bertin (KKB), qui avait osé dire non au dinosaure Bédié et s’était buté à l’appareil du parti », indique l’analyste politique Sylvain N’Guessan. En effet, l’ex-président des jeunes du PDCI avait fait fi de l’appel de Bédié à soutenir le Président Alassane Ouattara comme candidat unique du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) à la présidentielle d’octobre 2015 et s’était porté candidat indépendant.

Il avait obtenu à peine 3,88 % des suffrages, soit 121 386 voix sur plus de six millions d’électeurs. Exclu des instances du parti qui a célébré, le 9 avril, ses 74 ans d’existence, il est finalement revenu en grâce, quatre ans plus tard, après avoir fait la paix avec Bédié.

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire