Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Tidjane Thiam démissionne de son poste au Crédit Suisse, les raisons
08/02/2020 à 16h42 par Le Boy

La banque Crédit Suisse a annoncé vendredi 07 février la démission de son directeur général Tidjane Thiam. Il sera remplacé par Thomas Gottstein à la tête du groupe, aspergé par un scandale d’espionnage.

Une rocambolesque affaire d’espionnage avait secoué le Crédit Suisse. Tidjane Thiam, le directeur général franco-ivoirien de la banque helvétique, a finalement dû se résoudre à démissionner. L’établissement l’a annoncé ce vendredi à la première heure.

Il quittera ses fonctions le 14 février, après la présentation des résultats annuels de la banque, et sera remplacé par Thomas Gottstein, patron de la filiale helvétique de Crédit Suisse.

L’affaire éclate au grand jour lorsque la presse suisse révèle, en septembre, qu’Iqbal Khan, ancien directeur de la gestion de fortune internationale de Crédit Suisse, passé chez le concurrent UBS, a déposé plainte pour « contraintes et menaces ».

Le dossier a connu un second rebondissement en décembre lorsque la banque a reconnu un second cas d’espionnage, concernant cette fois l’ancien directeur des ressources humaines, avant de rebondir à nouveau ce week-end dans la presse dominicale, le SonntagsZeitungg affirmant que la surveillance aurait également visé l’organisation écologiste Greenpeace.

Greenpeace serait également ciblée

D'autant que la presse helvétique multiplie depuis cinq mois les révélations. Car Iqbal Khan, cadre dirigeant passé à la concurrence dont la filature a été la première à être révélée, n'est pas le seul à avoir été espionné. Les détectives privés embauchés par le bras droit de Tidjane Thiam ont aussi surveillé un ancien directeur des ressources humaines.

Mais, pour lui, l'affaire est devenue ingérable avec les révélations parues dans la presse le week-end dernier concernant la surveillance étendue à l'organisation écologiste Greenpeace. En effet, des membres de l'ONG auraient également été espionnés.

En démissionnant, Tidjane Thiam a réaffirmé ne pas avoir été au courant de ces activités illicites mais il reconnaît que cette affaire a perturbé son entreprise. Or, celui qui est souvent considéré comme un génie de la finance, était justement arrivé en 2015 à la tête de la deuxième banque suisse pour la redresser. Et s'il gardait le soutien des grands actionnaires étrangers de la banque, le conseil d'administration, lui, était devenu hostile.

Le sort de Tidjane Thiam, 57 ans, a été scellé à l’issue d’une réunion du conseil d’administration, jeudi, alors que la banque est éclaboussée depuis septembre par une affaire à rebondissements impliquant la filature d’anciens cadres de l’institution.

« Tidjane a apporté une énorme contribution à Crédit Suisse depuis qu’il nous a rejoint en 2015 », a déclaré le président du conseil d’administration, Urs Rohner, cité dans le communiqué.

Cet ingénieur diplômé de l’École polytechnique et de l’École des mines, dès son arrivé à Crédit Suisse avait repris les commandes. Il avait rapidement mis en place un grand plan de repositionnement de la banque visant à renforcer la gestion de fortune et à rééquilibrer cette entreprise  d’investissement, en réduisant les pans d’activités les plus volatils.

Thomas Gottstein dirige actuellement les activités de la banque pour le marché suisse. Titulaire d’un doctorat en finances et comptabilité de l’Université de Zurich, ce ressortissant suisse avait débuté sa carrière chez la banque concurrente UBS, avant de rejoindre Crédit Suisse en 1999.

 

 

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

La banque Crédit Suisse a annoncé vendredi 07 février la démission de son directeur général Tidjane Thiam. Il sera remplacé par Thomas Gottstein à la tête du groupe, aspergé par un scandale d’espionnage.

Une rocambolesque affaire d’espionnage avait secoué le Crédit Suisse. Tidjane Thiam, le directeur général franco-ivoirien de la banque helvétique, a finalement dû se résoudre à démissionner. L’établissement l’a annoncé ce vendredi à la première heure.

Il quittera ses fonctions le 14 février, après la présentation des résultats annuels de la banque, et sera remplacé par Thomas Gottstein, patron de la filiale helvétique de Crédit Suisse.

L’affaire éclate au grand jour lorsque la presse suisse révèle, en septembre, qu’Iqbal Khan, ancien directeur de la gestion de fortune internationale de Crédit Suisse, passé chez le concurrent UBS, a déposé plainte pour « contraintes et menaces ».

Le dossier a connu un second rebondissement en décembre lorsque la banque a reconnu un second cas d’espionnage, concernant cette fois l’ancien directeur des ressources humaines, avant de rebondir à nouveau ce week-end dans la presse dominicale, le SonntagsZeitungg affirmant que la surveillance aurait également visé l’organisation écologiste Greenpeace.

Greenpeace serait également ciblée

D'autant que la presse helvétique multiplie depuis cinq mois les révélations. Car Iqbal Khan, cadre dirigeant passé à la concurrence dont la filature a été la première à être révélée, n'est pas le seul à avoir été espionné. Les détectives privés embauchés par le bras droit de Tidjane Thiam ont aussi surveillé un ancien directeur des ressources humaines.

Mais, pour lui, l'affaire est devenue ingérable avec les révélations parues dans la presse le week-end dernier concernant la surveillance étendue à l'organisation écologiste Greenpeace. En effet, des membres de l'ONG auraient également été espionnés.

En démissionnant, Tidjane Thiam a réaffirmé ne pas avoir été au courant de ces activités illicites mais il reconnaît que cette affaire a perturbé son entreprise. Or, celui qui est souvent considéré comme un génie de la finance, était justement arrivé en 2015 à la tête de la deuxième banque suisse pour la redresser. Et s'il gardait le soutien des grands actionnaires étrangers de la banque, le conseil d'administration, lui, était devenu hostile.

Le sort de Tidjane Thiam, 57 ans, a été scellé à l’issue d’une réunion du conseil d’administration, jeudi, alors que la banque est éclaboussée depuis septembre par une affaire à rebondissements impliquant la filature d’anciens cadres de l’institution.

« Tidjane a apporté une énorme contribution à Crédit Suisse depuis qu’il nous a rejoint en 2015 », a déclaré le président du conseil d’administration, Urs Rohner, cité dans le communiqué.

Cet ingénieur diplômé de l’École polytechnique et de l’École des mines, dès son arrivé à Crédit Suisse avait repris les commandes. Il avait rapidement mis en place un grand plan de repositionnement de la banque visant à renforcer la gestion de fortune et à rééquilibrer cette entreprise  d’investissement, en réduisant les pans d’activités les plus volatils.

Thomas Gottstein dirige actuellement les activités de la banque pour le marché suisse. Titulaire d’un doctorat en finances et comptabilité de l’Université de Zurich, ce ressortissant suisse avait débuté sa carrière chez la banque concurrente UBS, avant de rejoindre Crédit Suisse en 1999.

 

 

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire