Rwanda : Paul Kagame a-t-il fait tuer la chanteur de gospel Kizito Mihigo ?


Video player

Un célèbre chanteur rwandais « s’est suicidé » en prison, a affirmé la police du pays lundi 17 février. Kizito Mihigo, qui avait survécu au génocide de 1994 et dont les chansons provoquaient la colère du régime de Paul Kagame, a été retrouvé mort dans sa cellule vers 5 heures (2 heures GMT), trois jours après avoir été arrêté pour avoir tenté de traverser la frontière sud du Rwanda, vers le Burundi.

Le porte-parole de la police, John Bosco Kabera, a déclaré que le chanteur avait reçu la visite de membres de sa famille et de son avocat durant sa détention. « Une enquête a été ouverte pour déterminer les raisons de son suicide », a-t-il dit.

En 2013, Kizito Mihigo s’était attiré les foudres du Front populaire rwandais (FPR, au pouvoir) après avoir composé des chansons qui remettaient en question le contrôle strict du gouvernement sur l’héritage du génocide ayant fait 800 000 morts, essentiellement parmi les Tusti. Sa musique, autrefois populaire auprès des élites dirigeantes, avait alors été rapidement interdite. Puis, en 2015, le chanteur avait été accusé de terrorisme et de soutien à un mouvement politique d’opposition et condamné à dix ans de prison pour conspiration contre le gouvernement. Ses avocats avaient alors souligné l’absence de preuves contre leur client, qui avait finalement été libéré après une grâce présidentielle en septembre 2018.

Un célèbre chanteur rwandais « s’est suicidé » en prison, a affirmé la police du pays lundi 17 février. Kizito Mihigo, qui avait survécu au génocide de 1994 et dont les chansons provoquaient la colère du régime de Paul Kagame, a été retrouvé mort dans sa cellule vers 5 heures (2 heures GMT), trois jours après avoir été arrêté pour avoir tenté de traverser la frontière sud du Rwanda, vers le Burundi. Le porte-parole de la police, John Bosco Kabera, a déclaré que le chanteur avait reçu la visite de membres de sa famille et de son avocat durant sa détention. « Une enquête a été ouverte pour déterminer les raisons de son suicide », a-t-il dit.

En 2013, Kizito Mihigo s’était attiré les foudres du Front populaire rwandais (FPR, au pouvoir) après avoir composé des chansons qui remettaient en question le contrôle strict du gouvernement sur l’héritage du génocide ayant fait 800 000 morts, essentiellement parmi les Tusti. Sa musique, autrefois populaire auprès des élites dirigeantes, avait alors été rapidement interdite.

Puis, en 2015, le chanteur avait été accusé de terrorisme et de soutien à un mouvement politique d’opposition et condamné à dix ans de prison pour conspiration contre le gouvernement. Ses avocats avaient alors souligné l’absence de preuves contre leur client, qui avait finalement été libéré après une grâce présidentielle en septembre 2018.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire