En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Découvrez nos offres pour annonceurs - Publicité 4 Publicité 4 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Visitez 3Vision Group - Publicité 3 Publicité 3 banner Publicité 3

Le conseil d’État interpellé sur la levée de l’immunité de Mohamed Bazoum



La Cour d’État du Niger se prépare à un moment décisif dans l’affaire de Mohamed Bazoum, l’ancien président du pays renversé en juillet dernier. La date du 10 mai marquera une étape cruciale alors que la Cour doit se prononcer sur la levée de l’immunité de l’ancien chef d’État, une mesure nécessaire pour engager des poursuites pour « haute trahison ».

Lire aussi :« J’ai été soumis à certaines choses », Francis Ngannou revient sur les controverses entourant le combat contre Anthony Joshua

Les avocats de Mohamed Bazoum font pression pour obtenir un report de la décision afin d’avoir un accès adéquat au dossier et de mieux préparer la défense de leur client. Ils contestent fermement la légitimité de la levée de son immunité, faisant valoir que son mandat présidentiel n’était pas arrivé à son terme. De plus, ils remettent en question l’usage du terme « ancien président » pour décrire Mohamed Bazoum, le successeur de Mahamadou Issoufou.

Bazoum justice levee de limmunite bazoum mohamed desormais un justiciable lambda - Le conseil d'État interpellé sur la levée de l'immunité de Mohamed Bazoum

Depuis sa chute, Mohamed Bazoum et son épouse sont détenus au palais présidentiel, ce qui souligne l’importance de cette décision judiciaire pour leur avenir. Malgré les appels de la CEDEAO et de certains pays en faveur de sa réhabilitation ou de sa libération, il semble que ces efforts soient désormais relégués au passé.

Cette affaire met en lumière les défis auxquels est confrontée la justice nigérienne dans son traitement des anciens chefs d’État. La décision de la Cour d’État sera non seulement cruciale pour l’avenir de Mohamed Bazoum, mais également pour la crédibilité et l’indépendance du système judiciaire du Niger.

En fin de compte, la bataille judiciaire de Mohamed Bazoum représente bien plus qu’un simple procès : elle met en jeu les principes fondamentaux de l’État de droit et de la justice équitable au Niger.

Rejoignez DOINGBUZZ PREMIUM

Découvrez un monde de contenus exclusifs et d'opportunités.

Accédez Maintenant

Lancez-vous dans une nouvelle aventure avec DoingBuzz

Découvrez une multitude d'offres d'emploi et de bourses d'études adaptées à votre parcours.

doingbuzz DIRECT
Mots-clés associés à l'article :

Newsletter

Abonnez-vous et accédez à tous nos articles en premier !