Actualité Politique, Économie, Sport , en France et du reste
Nigeria: après un «mardi sanglant», les violences se poursuivent à Lagos
1xnbet
21/10/2020 à 22h58 par La redaction

Le Nigeria se réveille sous le choc, au lendemain d’un « mardi noir », d'« un mardi sanglant », comme titrent les journaux, marqué par une éruption de violence à travers tout le pays et particulièrement dans la mégalopole de Lagos. Dans cette grande ville, les forces de sécurité ont brutalement dispersé les jeunes qui manifestaient contre les violences policières, faisant plusieurs morts selon Amnesty International.

Avec notre correspondante à AbujaLiza Fabbian

De nombreux habitants sont calfeutrés chez eux à Lagos, ville – et État – de 20 millions d’habitants où le couvre-feu, en vigueur depuis mardi soir, a été étendu pour 72 heures. Ce mercredi, des pillages et des incendies ont été signalés dans plusieurs quartiers, où de nombreuses rues étaient bloquées par des barrages de fortune dressés par des bandes en colère.

Des banques et un péage ont aussi été incendiés dans les quartiers d’affaires, à proximité du lieu où les forces de sécurité sont intervenus mardi soir pour disperser, à balles réelles, les manifestants qui occupaient un axe majeur depuis plus d’une semaine. Ces derniers protestaient contre les brutalités policières et manifestaient pour la bonne gouvernance dans leur pays. L'intervention des forces de l'ordre a fait 10 morts, selon Amnesty International. Au total, l'ONG a recensé au moins 12 morts et des centaines de blessés dans la répression des manifestations qui ont eu lieu à travers Lagos mardi soir.

Plusieurs bus ont également été incendiés ce mercredi dans une gare routière au nord de la ville, ainsi que les locaux d’une télévision locale et du journal The Nation. Des hommes ont également pris pour cible le palais d’un chef traditionnel de Lagos, au cœur de la ville.

Mais les bâtiments publics semblent constituer une cible de choix pour ces bandes. Le siège de l’autorité portuaire nationale a été incendié en plein quartier des affaires à Lagos, mais aussi dans la grande ville pétrolière de Warri au sud du pays, où le port était bloqué par des barrages de pneus enflammés.

Huit États sous couvre-feu

Car il n’y a pas qu’à Lagos que la situation est volatile. Huit États nigérians sur les 36 que comptent le pays sont désormais sous couvre-feu. Au sud-est du pays, des flammes s’échappaient de la mairie de la ville d’Aba, pourtant protégé par la défense civile et de sécurité, qui s’est engagée à défendre les infrastructures publiques.

Dans l’État d’Edo, où le couvre-feu a été étendu pour une durée indéfinie, un hélicoptère de la police a été cloué au sol par la population. La situation est extrêmement tendue depuis lundi dans cet État, où près de 2 000 détenus ont été libérés par des bandes de casseurs, selon les autorités.

Le gouverneur de l’État d’Edo a déclaré que toute personne qui sortirait dans la rue devrait faire face à la police anti-émeute, qui a été déployée mercredi soir sur tout le territoire nigérian.

Condamnations internationales

Malgré cette irruption de violence, le président Muhammadu Buhari ne s’est toujours pas exprimé publiquement. Parmi les réactions politiques, on note celle du gouverneur de Lagos, qui a pris la parole et diffusé des photos de sa visite dans un hôpital de la ville. Il a confirmé la mort d’une personne et fait état officiellement d’une vingtaine de blessés. « C’est la nuit la plus difficile de nos vies, a notamment déclaré Babajide Sanwo-Olu, des forces sur lesquelles nous n’avons aucun contrôle ont assombri notre histoire ». Le gouverneur a indiqué qu’une enquête allait être ouverte suite à la fusillade de mardi soir, sur le péage de Lekki, qui a eu lieu deux heures avant le début officiel du couvre-feu à Lagos.

Quant aux responsables de l’armée, ils se refusent à tout commentaire concernant une intervention de leur part dans la mégalopole, malgré de nombreuses vidéos montrant les militaires en action près du lieu de rassemblement plongé quelques minutes auparavant dans le noir absolu.

Mais les condamnations internationales se multiplient. Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a appelé à « la fin des brutalités et des abus policiers ». Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a condamné la répression sanglante de la manifestation. Tout comme le Royaume-Uni qui, par la voix de son chef de la diplomatie Dominic Raab, s'est dit « extrêmement préoccupé » par les informations faisant état de manifestants tués lors de manifestations au Nigeria, appelant à « mettre fin à la violence » et à lancer une enquête sur de possibles abus des forces de l'ordre.

Le candidat démocrate à la présidentielle américaine Joe Biden a publié ce mercredi un communiqué pour demander au « président Buhari et à l'armée nigériane de cesser sa répression contre les manifestants au Nigeria, qui a déjà causé de nombreux morts ».

Hommages aux victimes

Plusieurs rassemblements ont aussi été organisés pour rendre hommage aux victimes, en Afrique du Sud, au Ghana et à Londres, où vit une importante communauté nigériane. De nombreuses personnalités internationales ont également apporté leur soutien à la jeunesse nigériane, comme les superstars Rihanna et Beyoncé.

 

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 53 447 autres abonnés


Abonnez toi à Doingbuzz Tv sur Youtube

Ne partez pas sans partager :
Doingbuzz sur Télégram: Si vous êtes sur Télégramme abonnez vous !!
😍 ACTUALITE via Telegram
😍 Offre d'emploi via Telegram .
groupe emploi whatsapp doingbuzz -🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger -🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo RDC - 🇨🇬 Congo Brazzaville -🇲🇦 Maroc - 🇹🇩 Tchad -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Site de petites annonces / site de vente et d'achat 100% Togo

APPLICATION MOBILE  ABONNEZ à Google news

Plus de news

Annoncée Éradiquée, La Poliomyélite Refait Surface Au Sénégal, 14 Cas Détectés

08/05/2021

Annoncée éradiquée,...

Annoncée éradiquée au Sénégal, la poliomyélite, maladie...
Dominic Ongwen : Le Chef Rebelle Condamné À 25 Ans De Prison Par La Cpi

07/05/2021

Dominic Ongwen...

Ancien enfant soldat et commandant de la...
Koné Katinan : « Nous Savons Que Les Cœurs Sont Saignants De Part Et D’autre »

07/05/2021

Koné Katinan...

De retour d’exil, Justin Koné Katinan, porte-parole...
Auto-École Côte D’ivoire : Le Permis De Conduire Vendu ?

07/05/2021

Auto-école Côte...

« Les auto-écoles ne vendent pas le permis...
Tchad : Mahamat, Le Fils D’idriss Deby, Menace Les Rebelles, « Nous N’allons Jamais Dialoguer Avec Des Terroristes »

07/05/2021

Tchad :...

Le CMT du Tchad a exclu le...
Guinée-Bissau : L’ancien Ministre De La Santé Impliqué Dans Une Affaire De Détournement

07/05/2021

Guinée-Bissau :...

Antonio Deuna, L’ancien ministre bissau-guinéen de la...
Togo : La Police Arrête 54 Cybercriminels Et Agents De Qnet

07/05/2021

Togo :...

La Police Nationale a interpellé cinquante-quatre (54)...
Cameroun: A 18 Ans, Elle Conçoit Un Robot Pouvant Recycler Les Ordures

07/05/2021

Cameroun: A...

Une jeune camerounaise de 18 ans, répondant...
Victoire Biaku Parle De The Voice Afrique Francophone : « Je N’ai Reçu Aucun Franc »

07/05/2021

Victoire Biaku...

Terrible révélation ce vendredi 7 mai.  C’est...
Suspension Du Stade Lat Dior Par La Caf : Ce Que Dit L’ancienne Patronne Du Sport Thiessois, Marie Pierre Ndiaye

07/05/2021

Suspension du...

La décision prise par la Confédération Africaine...
Comment Maroi Bouchoucha De « Yemma » A Déclenché La Polémique Et La Colère Des Algériens

07/05/2021

Comment Maroi...

Maroi Bouchoucha, qui a interprété le rôle...
Dominic Ongwen Condamné À 25 Ans D’emprisonnement

07/05/2021

Dominic Ongwen...

Aujourd’hui, le 6 mai 2021, la Chambre...
Coopération Bilatérale : Que Retenir De La Visite De La Présidente Éthiopienne Au Niger ?

07/05/2021

Coopération bilatérale...

Après l’énième échec des négociations entre l’Éthiopie,...
Ami Intime De Mohammed Vi Et Moulay Hassan, Aboubakr Azaitar Traité De « Voleur »

07/05/2021

Ami intime...

Aboubakr Azaitar a été traité de «...
Algérie : Abdelmadjid Tebboune Reçoit Cheikh Al-Sabah Du Koweït

07/05/2021

Algérie :...

Au lendemain de son entretien téléphonique avec...
Kadhafi : Son Avion Présidentiel Sera Bientôt En Libye

07/05/2021

Kadhafi :...

Malgré sa disparition depuis 2011, l'ancien guide...
Etat De Siège En Rdc Où Les Militaires Prennent Le Pouvoir À L’est

07/05/2021

Etat de...

En République Démocratique du Congo, l’état de...
Enlèvement Du Journaliste Français Olivier Dubois Au Mali, Ce Que L’on Sait

07/05/2021

Enlèvement du...

Une vidéo publiée ce mercredi 5 mai...
Burundi : La Détresse Des Victimes De La Montée Des Eaux Du Lac Tanganyika

07/05/2021

Burundi :...

Inquiétude et désespoir, tels sont les mots...
L’etat Islamique Et Al-Qaïda Prévoient De Pénétrer Dans Le Sud Du Nigeria- Usa

07/05/2021

L’Etat islamique...

Les États-Unis ont averti qu’Al-Qaïda et l’Etat...

Le Nigeria se réveille sous le choc, au lendemain d’un « mardi noir », d'« un mardi sanglant », comme titrent les journaux, marqué par une éruption de violence à travers tout le pays et particulièrement dans la mégalopole de Lagos. Dans cette grande ville, les forces de sécurité ont brutalement dispersé les jeunes qui manifestaient contre les violences policières, faisant plusieurs morts selon Amnesty International.

Avec notre correspondante à AbujaLiza Fabbian

De nombreux habitants sont calfeutrés chez eux à Lagos, ville – et État – de 20 millions d’habitants où le couvre-feu, en vigueur depuis mardi soir, a été étendu pour 72 heures. Ce mercredi, des pillages et des incendies ont été signalés dans plusieurs quartiers, où de nombreuses rues étaient bloquées par des barrages de fortune dressés par des bandes en colère.

Des banques et un péage ont aussi été incendiés dans les quartiers d’affaires, à proximité du lieu où les forces de sécurité sont intervenus mardi soir pour disperser, à balles réelles, les manifestants qui occupaient un axe majeur depuis plus d’une semaine. Ces derniers protestaient contre les brutalités policières et manifestaient pour la bonne gouvernance dans leur pays. L'intervention des forces de l'ordre a fait 10 morts, selon Amnesty International. Au total, l'ONG a recensé au moins 12 morts et des centaines de blessés dans la répression des manifestations qui ont eu lieu à travers Lagos mardi soir.

Plusieurs bus ont également été incendiés ce mercredi dans une gare routière au nord de la ville, ainsi que les locaux d’une télévision locale et du journal The Nation. Des hommes ont également pris pour cible le palais d’un chef traditionnel de Lagos, au cœur de la ville.

Mais les bâtiments publics semblent constituer une cible de choix pour ces bandes. Le siège de l’autorité portuaire nationale a été incendié en plein quartier des affaires à Lagos, mais aussi dans la grande ville pétrolière de Warri au sud du pays, où le port était bloqué par des barrages de pneus enflammés.

Huit États sous couvre-feu

Car il n’y a pas qu’à Lagos que la situation est volatile. Huit États nigérians sur les 36 que comptent le pays sont désormais sous couvre-feu. Au sud-est du pays, des flammes s’échappaient de la mairie de la ville d’Aba, pourtant protégé par la défense civile et de sécurité, qui s’est engagée à défendre les infrastructures publiques.

Dans l’État d’Edo, où le couvre-feu a été étendu pour une durée indéfinie, un hélicoptère de la police a été cloué au sol par la population. La situation est extrêmement tendue depuis lundi dans cet État, où près de 2 000 détenus ont été libérés par des bandes de casseurs, selon les autorités.

Le gouverneur de l’État d’Edo a déclaré que toute personne qui sortirait dans la rue devrait faire face à la police anti-émeute, qui a été déployée mercredi soir sur tout le territoire nigérian.

Condamnations internationales

Malgré cette irruption de violence, le président Muhammadu Buhari ne s’est toujours pas exprimé publiquement. Parmi les réactions politiques, on note celle du gouverneur de Lagos, qui a pris la parole et diffusé des photos de sa visite dans un hôpital de la ville. Il a confirmé la mort d’une personne et fait état officiellement d’une vingtaine de blessés. « C’est la nuit la plus difficile de nos vies, a notamment déclaré Babajide Sanwo-Olu, des forces sur lesquelles nous n’avons aucun contrôle ont assombri notre histoire ». Le gouverneur a indiqué qu’une enquête allait être ouverte suite à la fusillade de mardi soir, sur le péage de Lekki, qui a eu lieu deux heures avant le début officiel du couvre-feu à Lagos.

Quant aux responsables de l’armée, ils se refusent à tout commentaire concernant une intervention de leur part dans la mégalopole, malgré de nombreuses vidéos montrant les militaires en action près du lieu de rassemblement plongé quelques minutes auparavant dans le noir absolu.

Mais les condamnations internationales se multiplient. Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a appelé à « la fin des brutalités et des abus policiers ». Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a condamné la répression sanglante de la manifestation. Tout comme le Royaume-Uni qui, par la voix de son chef de la diplomatie Dominic Raab, s'est dit « extrêmement préoccupé » par les informations faisant état de manifestants tués lors de manifestations au Nigeria, appelant à « mettre fin à la violence » et à lancer une enquête sur de possibles abus des forces de l'ordre.

Le candidat démocrate à la présidentielle américaine Joe Biden a publié ce mercredi un communiqué pour demander au « président Buhari et à l'armée nigériane de cesser sa répression contre les manifestants au Nigeria, qui a déjà causé de nombreux morts ».

Hommages aux victimes

Plusieurs rassemblements ont aussi été organisés pour rendre hommage aux victimes, en Afrique du Sud, au Ghana et à Londres, où vit une importante communauté nigériane. De nombreuses personnalités internationales ont également apporté leur soutien à la jeunesse nigériane, comme les superstars Rihanna et Beyoncé.

 

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 53 447 autres abonnés


Abonnez toi à Doingbuzz Tv sur Youtube

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire