Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Madagascar : Les lémuriens en danger selon les défenseurs de l’environnement
10/02/2020 à 23h37 par La redaction

Après les koalas qui sont en voie de disparition en Australie, c’est au tour des lémuriens (animale proche des singes vivant dans les arbres, en région tropicale) à être en danger dans le pays du président Rajoelina.

En effet, selon nos confrères de la Radio France Internationale (RFI), le Madagascar compte désormais moins de 10% de forêts originelles, ce qui met les lémuriens en danger d’extinction.

Le président Rajoelina a lancé une campagne de reboisement pour inverser la tendance. Pour les défenseurs de l’environnement, cette initiative doit être couplée à d’autres décisions.

Depuis des décennies, le professeur Jonah Ratsimbazafy, président du Gerp, le Groupe d’étude et de recherche sur les primates de Madagascar, se bat pour la survie des quelques 112 espèces endémiques de lémuriens qui peuplent l’île.

Les lémuriens sont des jardiniers bénévoles de la forêt, rappelle Jonah Ratsimbazafy. En ingérant des graines, les petits primates contribuent via leurs excréments à la dispersion des graines et à leur germination, augmentant ainsi la capacité des arbres à se régénérer.

Une déclaration rédigée en août dernier lors de la 56e réunion annuelle de l’Association pour la biologie et la conservation tropicale, dans laquelle la communauté scientifique internationale demande aux décideurs du pays de prendre cinq engagements : lutter contre la criminalité environnementale, investir dans les aires protégées de Madagascar, limiter les impacts sur la biodiversité des projets d’infrastructure, renforcer les droits sur les ressources naturelles des populations locales et gérer la crise croissante du bois de chauffe sur l’île.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 503 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Après les koalas qui sont en voie de disparition en Australie, c’est au tour des lémuriens (animale proche des singes vivant dans les arbres, en région tropicale) à être en danger dans le pays du président Rajoelina.

En effet, selon nos confrères de la Radio France Internationale (RFI), le Madagascar compte désormais moins de 10% de forêts originelles, ce qui met les lémuriens en danger d’extinction.

Le président Rajoelina a lancé une campagne de reboisement pour inverser la tendance. Pour les défenseurs de l’environnement, cette initiative doit être couplée à d’autres décisions.

Depuis des décennies, le professeur Jonah Ratsimbazafy, président du Gerp, le Groupe d’étude et de recherche sur les primates de Madagascar, se bat pour la survie des quelques 112 espèces endémiques de lémuriens qui peuplent l’île.

Les lémuriens sont des jardiniers bénévoles de la forêt, rappelle Jonah Ratsimbazafy. En ingérant des graines, les petits primates contribuent via leurs excréments à la dispersion des graines et à leur germination, augmentant ainsi la capacité des arbres à se régénérer.

Une déclaration rédigée en août dernier lors de la 56e réunion annuelle de l’Association pour la biologie et la conservation tropicale, dans laquelle la communauté scientifique internationale demande aux décideurs du pays de prendre cinq engagements : lutter contre la criminalité environnementale, investir dans les aires protégées de Madagascar, limiter les impacts sur la biodiversité des projets d’infrastructure, renforcer les droits sur les ressources naturelles des populations locales et gérer la crise croissante du bois de chauffe sur l’île.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 503 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire