Côte d’Ivoire : qui finance Guillaume Soro ?


Video player

Aujourd’hui nul ne peut parler politique en Côte d’Ivoire sans faire mention de l’ex rebelle Guillaume Kigbafori Soro. Toutes les tournures politiques ramènent à se poser tant de questions sur la personne du leader du GPS, comme par exemple qui finance sa lutte, sur quel rocher a-t-il pris appui ?

 

Une chose qui se fait vraisemblable est que l’ex rebelle Soro voulait faire un coup d’état qui a avorté. Et comme le monsieur est visé par un mandat d’arrêt international probablement pour l’atteinte qu’il porte à la quiétude du régime en place, des enquêtes se font multiples sur les dessous des oeuvres de Guillaume Soro.

 

Une enquête sur les parrains financiers de Soro, un extrait des colonnes de la lettre du continent proposé par le quotidien L’Essor Ivoirien nous éclaireront un peu.

 

« Qui a avancé les fonds pour louer le jet privé qui aurait dû ramener Guillaume Soro à Abidjan ? » C’est la question sur laquelle planchent les renseignements ivoiriens qui cherchent à identifier les éventuels parrains financiers de l’ancien président de l’Assemblée nationale. Pour rentrer à « Babi » le 23 décembre, Guillaume Soro a loué pour plus d’une centaine de milliers d’euros un Bombardier Challenger 600. Immatriculé « D-ANTR », le jet privé appartient à la compagnie d’aviation d’affaires allemande MHS Aviation dirigée par Steffen Fries.

 

Les enquêtes ont pour but de trouver le mécène de Soro dans ses réseaux turcs parce que oui, il a des liens avec la Turquie. Début juillet, lors d’un séjour sur les rives du Bosphore, il avait été introduit auprès d’une dizaine d’hommes d’affaires turcs par son ami Ramazan Çırak, président de la Chambre de commerce de Turquie en Côte d’Ivoire, et Serdar Toros Cengiz. De ce groupe d’hommes, faisait partie notamment l’ancien ministre des affaires européennes reconverti dans le conseil Egemen Bağış.

 

Les services ivoiriens s’intéressent aussi à l’entrepreneur iranien Amir Moshkabadi, avec lequel Guillaume Soro avait passé plusieurs jours de vacances mi-juillet.

 

Une autre piste étudiée par les enquêtes est celle de l’homme d’affaires français Vincent Miclet. Il avait été présenté à Soro par Alexandre Benalla à Marrakech au mois de juin ( LC n°805). Une information que Guillaume Soro dément formellement, niant toute participation financière de l’homme d’affaires français. Comme quoi, l’ex- président de l’assemblée nationale ne saurait nier devant la justice cet acte criminel qu’il préparait contre la Côte d’Ivoire.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire