Coronavirus : trois médecins portent plainte contre Édouard Philippe et Agnès Buzyn


Video player

Les conséquences du nouveau coronavirus peuvent aussi bien être juridiques ! Deux personnes sont poursuivies pour n’avoir pas agit en connaissance de la cause qu’est la pandémie menaçant aujourd’hui le monde entier.

 

Il s’agit de l’ex ministre de la santé, Agnès Buzyn, et du premier ministre Édouard Philippe qui sont accusés par trois médecins représentants du collectif C19 récemment créé, pour avoir délibérément pris du temps pour prendre des mesures adéquates pour endiguer la maladie, c’est en tout cas ce qu’a fait savoir leur avocat.

 

Cette plainte a été envoyée jeudi dans la journée à la commission des requêtes de l’unique institution juridique habilitée en France à juger des actes commis par des membres du gouvernement dans l’exercice de leurs tâches, la CJR (Cour de justice de la République).

 

Les trois plaignants ont pris en considération des déclarations de l’ex ministre de la santé Agnès Buzyn au « Monde », en sa personne de médecin, affirmant après le premier tour des municipales, avoir donné alerte au Premier ministre depuis janvier, comme quoi, l’épidémie du coronavirus pourrait prendre une ampleur redoutable. Elle a en outre affirmé avoir précisé que « les élections ne pourraient sans doute pas se tenir ».

Lire aussi Coronavirus : Ces personnalités d’envergure mondiale testées positives au Covid-19

En effet, les trois médecins plaignants, Philippe Naccache, Emmanuel Sarrazin et Ludovic Toro, accusent les deux figures politiques de s’être retenus « volontairement de prendre ou de provoquer des mesures […] permettant de combattre un sinistre de nature à créer un danger pour la sécurité des personnes », faisant ainsi allusion à l’épidémie du Covid 2019. À rappeler que cette accusation est si grave pour faire écoper 2 ans d’emprisonnement ferme et 30 mille euros d’amende. Les plaignants estiment en outre que Mme Buzyn et M. Philippe « avaient conscience du péril et disposaient des moyens d’actions, qu’ils ont toutefois choisi de ne pas exercer ».

 

Les représentants du C19 ont d’ailleurs établi la probabilité selon laquelle le pays n’en serait pas arrivé à l’étape actuelle si les dispositions nécessaires avaient été adoptées à temps. Ils reviennent ainsi sur la date du 13 mars où plusieurs décisions drastiques ont été mises en pratique, notamment la dernière qui consistait au confinement généralisé de la France toute entière. Selon eux, si ces dispositions avaient été prises au bon moment, cela « aurait sans nul doute permi de juguler l’épidémie en réduisant le nombre de personnes contaminées et donc de personnes susceptibles de contaminer les autres ». Ils soulignent toujours dans ce volet, que dans l’Oise, un des foyers du nouveau coronavirus en France, aucune autre mesure n’a été prise à part celle de fermer tous les établissements scolaires.

Lire aussi La France débourse 121 milliards de F pour 360 000 femmes enceintes et 110 000 élèves camerounais

Sous le poids de ses poursuites évidemment sérieuses, le Premier ministre a essayé de s’expliquer sur les accusations nées des propos de l’ancienne ministre de la santé. Sur France 2, M. Philippe a déclaré que : « Si nous n’avions pas pris au sérieux cet événement sanitaire, je n’aurais pas organisé une réunion dès le mois de janvier » et « pris des décisions lourdes ».

 

Puis de poursuivre que : « Il y a quelques mois, il y a des gens qui disaient <<vous en faites trop>> ou <<vous n’en faites pas assez >>. Dans quelques mois, certains diront <<il aurait fallu faire autrement >>. Ces polémiques, je les connais, je les assume ».

Lire aussi Coronavirus/ Usa: Donald Trump offre son salaire pour la lutte contre l&rsquo;épidémie

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading - Coronavirus : trois médecins portent plainte contre Édouard Philippe et Agnès Buzyn Loading ...
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire