Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Angola : l’ancien président dos Santos poursuivi par la justice
13/10/2020 à 11h34 par Tritech Raheem

 

L'ancien président angolais José Eduardo dos Santos est victime des mesures anti-corruptions de son successeur Joao Lourenço. Après sa fille Isabel dos Santos, ancienne directrice du conseil d'administration de Sonangol, c'est à son tour d'être au coeur du scandale de détournement de fonds publics des Luanda Leaks.

 

La justice angolaise ne compte pas arrêter les poursuites pour corruption visant José Eduardo dos Santos. C'est ce que le président Joao Lourenço a fait sa voir dans une interview accordée au quotidien américain Wall Street Journal. L'ancien président est accusé d'avoir favorisé la corruption au pouvoir faisant perdre à son pays environ 24 milliards de dollars.

 

D'après Lourenço, son prédécesseur a cautionné le détournement de plus de 13 milliards par le biais des contrats illégaux signés avec Sonangol, la société pétrolière d'Etat, poumon économique du pays. Dos Santos a également détourné 5 milliards en s'appuyant sur Sodiam et Endiama, les deux compagnies nationales de diamant.

Lire aussi : Angola : l'ancien président Eduardo Dos Santos visé par la justice

Notons que même si les estimations du président Joao Lourenço ne sont pas encore vérifiées, elles concordent tout de même avec les sommes qui ont été saisies aux enfants de l'ancien président. Ceux-ci tout comme leur père, sont dans les collimateurs de la justice. La famille fait les frais des mesures anti-corruptions mises en place par Lourenço qui a été désigné comme successeur par Dos Santos, lui-même.

Lire aussi : Le fils de l’ex-président dos Santos condamné à cinq ans de prison

Ces embrouilles ont commencé depuis 2017 et c'est Isabel dos Santos, l'ancienne directrice du conseil d'administration de Sonangol qui a ouvert le bal. Ses comptes bancaires ont été gelés en Angola et au Portugal. Ensuite, José Filomeno dos Santos, le fils de l'ancien président angolais, a été condamné en août dernier à cinq ans de prison pour "fraude" dans le cadre de ses activités à la tête d'un fonds souverain angolais entre 2013 et 2018. José Eduardo dos Santos ne pourra donc pas profiter de sa retraite de la scène politique angolaise.

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

 

L'ancien président angolais José Eduardo dos Santos est victime des mesures anti-corruptions de son successeur Joao Lourenço. Après sa fille Isabel dos Santos, ancienne directrice du conseil d'administration de Sonangol, c'est à son tour d'être au coeur du scandale de détournement de fonds publics des Luanda Leaks.

 

La justice angolaise ne compte pas arrêter les poursuites pour corruption visant José Eduardo dos Santos. C'est ce que le président Joao Lourenço a fait sa voir dans une interview accordée au quotidien américain Wall Street Journal. L'ancien président est accusé d'avoir favorisé la corruption au pouvoir faisant perdre à son pays environ 24 milliards de dollars.

 

D'après Lourenço, son prédécesseur a cautionné le détournement de plus de 13 milliards par le biais des contrats illégaux signés avec Sonangol, la société pétrolière d'Etat, poumon économique du pays. Dos Santos a également détourné 5 milliards en s'appuyant sur Sodiam et Endiama, les deux compagnies nationales de diamant.

Lire aussi : Angola : l'ancien président Eduardo Dos Santos visé par la justice

Notons que même si les estimations du président Joao Lourenço ne sont pas encore vérifiées, elles concordent tout de même avec les sommes qui ont été saisies aux enfants de l'ancien président. Ceux-ci tout comme leur père, sont dans les collimateurs de la justice. La famille fait les frais des mesures anti-corruptions mises en place par Lourenço qui a été désigné comme successeur par Dos Santos, lui-même.

Lire aussi : Le fils de l’ex-président dos Santos condamné à cinq ans de prison

Ces embrouilles ont commencé depuis 2017 et c'est Isabel dos Santos, l'ancienne directrice du conseil d'administration de Sonangol qui a ouvert le bal. Ses comptes bancaires ont été gelés en Angola et au Portugal. Ensuite, José Filomeno dos Santos, le fils de l'ancien président angolais, a été condamné en août dernier à cinq ans de prison pour "fraude" dans le cadre de ses activités à la tête d'un fonds souverain angolais entre 2013 et 2018. José Eduardo dos Santos ne pourra donc pas profiter de sa retraite de la scène politique angolaise.

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire