Raquel Garrido relaie sur Twitter des menaces contre Macron

Raquel Garrido, ancienne porte-parole de la France insoumise, refait parler d’elle et braque une partie de la majorité. L’avocate s’est offert une nouvelle sortie sur Twitter pour relayer un message pour le moins menaçant contre Emmanuel Macron.

Samedi 18 novembre, pendant l’acte 62 de la manifestation des Gilets jaunes. Le compte « Gilets Jaunes Caen » tweetait une photo de la mobilisation normande en citant les chants repris ce jour-là par les manifestants. On pouvait lire ceci : « Louis XVI, Louis XVI, on l’a décapité, Macron, Macron, on peut recommencer… ».

À lire aussi :
Youssou Ndour tacle sévèrement Macron : «Notre prophète n’est pas n’importe qui. Donc arrêtez avec la provoc... » (Vidéo)

Raquel Garrido, engagée pour les prochaines élections municipales à Bagnolet aux côtés du communiste Laurent Jamet, a décidé de reprendre à son compte ce tweet en le commentant ainsi : « En prévision de la grève du 21 janvier ». Rappelons aussi que Louis XVI avait été exécuté le 21 janvier 1793… Le prochain appel à la grève à l’échelle nationale est prévue pour le 24 janvier.

Une initiative qui a suscité un tollé sur les réseaux sociaux. De nombreux anonymes et des responsables politiques l’ont accusé de relayer des menaces de mort. En réponse, Raquel Garrido s’est fendue d’un tweet pour justifier sa prise de position en assumant totalement ses écrits : « Je crois que vous devez relire l’histoire de France, a-t-elle répondu à un étudiant qui l’accusait d’incitation à la haine. La mort de Louis XVI est précisément un acte de la fondation de la République. Admettez que la monarchie présidentielle est incompatible avec la République », a-t-elle poursuivi.

À lire aussi :
Côte d’Ivoire: les examens de fin d’année menacés

Dans la sphère politique, des élus macronistes ont fait part de leur colère face à cette publication. « Avec Raquel Garrido nous touchons le firmament de l’irresponsabilité, a écrit le député de l’Eure LREM Bruno Questel. Je crains que rien ne soit innocent chez cette personne ; avec Jean-Luc Mélenchon et d’autres ils escomptent le drame. Des nantis parisiens engoncés dans leurs suffisances et leurs certitudes ». Son tweet a notamment été « aimé » par Richard Ferrand, le président de l’Assemblée nationale. Le compte twitter « Gilets jaunes Caen » a quant à lui été supprimé ce dimanche en début d’après-midi.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire