Porte- parole de la Monusco en RDC, persona non grata.


Video player

Tout va mal entre la RDC et la Monusco.Depuis le 25 juillet 2022,les manifestations hostiles à la présence de la Monusco au Congo se sont déroulées à travers le pays notamment à Goma et à Béni.
Ce mercredi 3 août 2022 la tension est encore montée d’un cran et cette fois-ci c’est le gouvernement congolais qui à travers une lettre de son ministre des affaires étrangères demande gentiment au porte-parole de l’institution onusienne Mathias Gilmann de quitter le territoire congolais « dans un bref délai ».

Selon le diplomate congolais Christophe Lutundula  » la présence de ce fonctionnaire sur le territoire national n’est pas de nature à favoriser un climat de confiance mutuelle et de sérénité si indispensable entre les institutions congolaises et la Monusco ». Visiblement,Mathias Gilmann paie les frais de sa sortie récente sur RFI où il affirmait que la Monusco contrairement à ce qu’on croit ici et là ne disposait pas de moyens militaires nécessaires pour faire face aux groupes armés notamment le M23: « Nous n’avons pas des capacités extensibles à merci.L’armée congolaise n’a de capacités extension à merci.Nous n’avons pas, contrairement à ce qui semble parfois sous- entendu dans vos questions, des milliers de militaires qui ne font rien. » avait déclaré Mathias Gilmann sur RFI.

Rappelons que la Monusco, Mission des Nations Unies pour la Stabilisation au Congo, présente depuis 1999 avait pour objectif de ramener la paix et stabilité dans certaines provinces congolaises en proie à des groupes armés.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire