Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Le coronavirus n’est plus aussi puissant qu’au début de la pandémie, selon des médecins italiens
02/06/2020 à 18h17 par La redaction

Le coronavirus s’est affaibli et n’est plus aussi puissant qu’au début de l’épidémie.

Selon des médecins en Italie, les patients présentent des quantités beaucoup plus faibles de la charge virale dans leur système, par rapport aux échantillons prélevés au plus fort de la crise en mars et avril, affirmant que la maladie qui a tué plus de 370 000 personnes dans le monde – est beaucoup moins mortelle qu’elle l’était et «n’existerait plus cliniquement».

 

L’Italie était il y’a quelques mois l’épicentre de l’épidémie de coronavirus en Europe, mais les décès de Covid-19 sont en baisse dans ce pays depuis des semaines.

Les virus peuvent s’affaiblir au fil du temps dans le but de survivre s’ils tuent ou paralysent tous leurs hôtes humains, mais certains virologues mettent en doute les affirmations des médecins italiens, affirmant qu’il n’y a aucune preuve que le virus perd de sa puissance nulle part.

Le professeur Alberto Zangrillo, chef de l’hôpital San Raffaele de Milan, a déclaré lundi à la chaîne de télévision RAI.

“En réalité, le virus n’existe cliniquement plus en Italie.”

Il a déclaré que les prélèvements faits sur les patients au cours des 10 derniers jours ont une charge virale “infinitésimale”, extrêmement petite, par rapport à ceux effectués il y a un mois.

Le chef de la clinique des maladies infectieuses de l’hôpital San Martino de Gênes, en Italie, a également déclaré aux journalistes que le virus s’était affaibli.
Matteo Bassetti a déclaré à l’agence de presse ANSA : “la force du virus il y a deux mois n’est pas la même qu’aujourd’hui. Il est clair qu’aujourd’hui la maladie COVID-19 est différente”.

En contestant les affirmations des médecins italiens, le Dr Gideon Meyerowitz-Katz, de l’Université de Wollongong en Australie, a déclaré que l’idée que le virus avait disparu «semble douteuse».

Le Dr Angela Rasmussen, basée à l’Université de Columbia, a tweeté: “Il n’y a aucune preuve que le virus perd de sa puissance n’importe où.”
Elle a ajouté que moins de transmission signifie moins d’hospitalisations et de décès – mais a averti: “cela ne signifie pas moins de virulence.”

Le Dr Oscar MacLean, de l’Université de Glasgow, dans une réfutation plus détaillée des affirmations des médecins italiens, a déclaré: “ces affirmations ne sont étayées par rien dans la littérature scientifique et semblent également assez peu plausibles pour des raisons génétiques.”

“La grande majorité des mutations du SRAS-CoV-2 sont extrêmement rares, et même si certaines infections peuvent être atténuées par certaines mutations, il est très peu probable qu’elles soient suffisamment communes pour modifier la nature du virus au niveau national ou mondial.”

À mesure que les efforts de dépistage s’intensifient à travers le monde, les infections asymptomatiques et bénignes qui auparavant n’auraient pas été détectées sont désormais beaucoup plus susceptibles d’être identifiées. Il est important de ne pas confondre cela avec un affaiblissement de la part du virus.”

Il est dangereux de formuler ces affirmations sur la base d’observations anecdotiques issues de tests sur écouvillon. Bien que l’affaiblissement du virus par des mutations soit théoriquement possible, ce n’est pas quelque chose à quoi nous devrions nous attendre, et toute réclamation de cette nature devrait être vérifiée de manière plus systématique“.

” Sans preuves significativement plus solides, personne ne devrait minimiser inutilement le danger que représente ce virus hautement virulent et risquer la réponse continue à l’échelle de la société“.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 79 836 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Si vous êtes au Togo, on vous recommande ce site pour mieux vendre et acheter

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Le coronavirus s’est affaibli et n’est plus aussi puissant qu’au début de l’épidémie.

Selon des médecins en Italie, les patients présentent des quantités beaucoup plus faibles de la charge virale dans leur système, par rapport aux échantillons prélevés au plus fort de la crise en mars et avril, affirmant que la maladie qui a tué plus de 370 000 personnes dans le monde – est beaucoup moins mortelle qu’elle l’était et «n’existerait plus cliniquement».

 

L’Italie était il y’a quelques mois l’épicentre de l’épidémie de coronavirus en Europe, mais les décès de Covid-19 sont en baisse dans ce pays depuis des semaines.

Les virus peuvent s’affaiblir au fil du temps dans le but de survivre s’ils tuent ou paralysent tous leurs hôtes humains, mais certains virologues mettent en doute les affirmations des médecins italiens, affirmant qu’il n’y a aucune preuve que le virus perd de sa puissance nulle part.

Le professeur Alberto Zangrillo, chef de l’hôpital San Raffaele de Milan, a déclaré lundi à la chaîne de télévision RAI.

“En réalité, le virus n’existe cliniquement plus en Italie.”

Il a déclaré que les prélèvements faits sur les patients au cours des 10 derniers jours ont une charge virale “infinitésimale”, extrêmement petite, par rapport à ceux effectués il y a un mois.

Le chef de la clinique des maladies infectieuses de l’hôpital San Martino de Gênes, en Italie, a également déclaré aux journalistes que le virus s’était affaibli.
Matteo Bassetti a déclaré à l’agence de presse ANSA : “la force du virus il y a deux mois n’est pas la même qu’aujourd’hui. Il est clair qu’aujourd’hui la maladie COVID-19 est différente”.

En contestant les affirmations des médecins italiens, le Dr Gideon Meyerowitz-Katz, de l’Université de Wollongong en Australie, a déclaré que l’idée que le virus avait disparu «semble douteuse».

Le Dr Angela Rasmussen, basée à l’Université de Columbia, a tweeté: “Il n’y a aucune preuve que le virus perd de sa puissance n’importe où.”
Elle a ajouté que moins de transmission signifie moins d’hospitalisations et de décès – mais a averti: “cela ne signifie pas moins de virulence.”

Le Dr Oscar MacLean, de l’Université de Glasgow, dans une réfutation plus détaillée des affirmations des médecins italiens, a déclaré: “ces affirmations ne sont étayées par rien dans la littérature scientifique et semblent également assez peu plausibles pour des raisons génétiques.”

“La grande majorité des mutations du SRAS-CoV-2 sont extrêmement rares, et même si certaines infections peuvent être atténuées par certaines mutations, il est très peu probable qu’elles soient suffisamment communes pour modifier la nature du virus au niveau national ou mondial.”

À mesure que les efforts de dépistage s’intensifient à travers le monde, les infections asymptomatiques et bénignes qui auparavant n’auraient pas été détectées sont désormais beaucoup plus susceptibles d’être identifiées. Il est important de ne pas confondre cela avec un affaiblissement de la part du virus.”

Il est dangereux de formuler ces affirmations sur la base d’observations anecdotiques issues de tests sur écouvillon. Bien que l’affaiblissement du virus par des mutations soit théoriquement possible, ce n’est pas quelque chose à quoi nous devrions nous attendre, et toute réclamation de cette nature devrait être vérifiée de manière plus systématique“.

” Sans preuves significativement plus solides, personne ne devrait minimiser inutilement le danger que représente ce virus hautement virulent et risquer la réponse continue à l’échelle de la société“.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 79 836 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire