Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Interdiction de la langue française au parlement mauritanien
06/02/2020 à 11h43 par mariella2019

Les députés mauritaniens ne pourront plus désormais s’exprimer en français durant les débats parlementaires.

Adopté  depuis juillet 2019, ce règlement vient d’être mis en application durant les dernières séances de la première session ordinaire de 2019-2020.

Le président de l’Assemblée nationale explique, « si vous parlez aux Mauritaniens, vous avez quatre langues d’expression qui sont prévues dans l’Assemblée. Un discours en français n’a plus de sens dans l’Assemblée ici », indique-t-il.

Cependant, cette nouvelle règle ne fait pas l’unanimité au sein du parlement. Pour Ladji Traoré, parlementaire de l’Alliance populaire progressiste, « la langue de travail, que ce soit dans le domaine privé ou public en Mauritanie, reste le français. C’est la langue de communication avec les pays périphériques, avec le monde extérieur. Par conséquent, on ne peut pas dire aux députés : « exprimez-vous dans votre wolof, pular ou soninké ». En réalité, c’est pour faire en sorte que nous ne soyons compris que par nos communautés. C’est du communautarisme, pas de la politique », rapporte rfi.fr.

Lire aussi: Coronavirus: la Guinée équatoriale fait un don de 1,8 million d’euros à la Chine

 

 

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Les députés mauritaniens ne pourront plus désormais s’exprimer en français durant les débats parlementaires.

Adopté  depuis juillet 2019, ce règlement vient d’être mis en application durant les dernières séances de la première session ordinaire de 2019-2020.

Le président de l’Assemblée nationale explique, « si vous parlez aux Mauritaniens, vous avez quatre langues d’expression qui sont prévues dans l’Assemblée. Un discours en français n’a plus de sens dans l’Assemblée ici », indique-t-il.

Cependant, cette nouvelle règle ne fait pas l’unanimité au sein du parlement. Pour Ladji Traoré, parlementaire de l’Alliance populaire progressiste, « la langue de travail, que ce soit dans le domaine privé ou public en Mauritanie, reste le français. C’est la langue de communication avec les pays périphériques, avec le monde extérieur. Par conséquent, on ne peut pas dire aux députés : « exprimez-vous dans votre wolof, pular ou soninké ». En réalité, c’est pour faire en sorte que nous ne soyons compris que par nos communautés. C’est du communautarisme, pas de la politique », rapporte rfi.fr.

Lire aussi: Coronavirus: la Guinée équatoriale fait un don de 1,8 million d’euros à la Chine

 

 

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire