Actualités AFRIQUE Chine

Coronavirus : un équipage chinois jette des Africains à la mer

bateau au large Doingbuzz

Le coronavirus continue de rendre les relations sino-africaines sensibles. Par crainte d’attraper le coronavirus, un capitaine chinois et son équipage ont jeté dans un océan infesté de requins deux passagers tanzaniens. Ils n’ont pas nié les faits, ils ont plaidé coupable à une tentative de meurtre.

Lire aussi : Question Africaine 48 : Faut-il regarder la Chine humilier les Africains ?

En effet, l’équipage du MV Top Grace ont placé Amiri Salamu et Hassani Rajabu sur un radeau en contreplaqué avec des fûts en plastique et de la corde près de l’Afrique du Sud. Les deux passagers clandestins ont eu droit à deux bouteilles d’eau chacun et un gilet de sauvetage, sans nourritures. L’équipage leur a recommandés de se diriger vers la terre ferme en utilisant leurs mains pour ramer.

À lire aussi :   Mondial 2022 : la CAF demande aux Anglais de libérer les joueurs africains

Le radeau fragile a été jeté près de l’embouchure de la rivière Tugela. Là, siègent de dangereux créatures de l’océan comme des grands blancs, des requins-marteaux, des tigres et des requins taureaux. Mais, les Tanzaniens se sont retrouvés sur la plage de Zinkwazi près de Durban trois jours plus tard où ils ont eu l’aide des habitants.

Lire aussi : Les Africains en chine sont-ils victimes de racisme ? ”Faux”, un professeur dément

L’Agence africaine de la sécurité maritime a bloqué le navire à Richards Bay et a arrêté le capitaine dénommé Rongli. Ce dernier et son équipage ont tous plaidé coupable à une tentative de meurtre au tribunal de première instance de Durban. Le capitaine devra payer une amende de plus de 5 000 dollars et 2 500 dollars d’amende pour les membres d’équipage.

À lire aussi :   Urgent : L'Agence européenne de médicaments ne reconnaît pas l'Astrazeneca injecté aux Africains

Natasha Cara, la porte-parole de la National Police Authority a renseigné au journal que « l’accusé (…) a fourni aux hommes des gilets de sauvetage et l’équipage a agi de manière menaçante en frappant les ponts du navire alors qu’ils descendaient dans le radeau (…) Le navire s’est éloigné en les laissant une fois à bord du radeau. L’accusé a admis que leurs actes auraient pu entraîner des blessures graves et même la mort. »

Toutefois, selon l’avocat de la défense de l’équipage, Willie Lombard, il y avait de nombreux facteurs atténuants et si l’équipage avait voulu être cruel, il aurait pu les larguer en haute mer sans gilets de sauvetage.

--
Publicité 3vision-group
groupe emploi whatsapp doingbuzz> Cliquer ici pour les autres groupes👆

Abonne toi à la chaine Youtube

Laisser votre commentaire