USA : une coalition d’État attaque Facebook en justice


Video player

Facebook est dans le collimateur de la justice américaine. La Commission de la concurrence américaine (FTC) ainsi que les procureurs généraux représentant 48 Etats et territoires du pays ont annoncé ce mercredi 9 décembre avoir porté plainte contre Facebook. L’entreprise de Mark Zuckerberg accusé d’abuser de sa position dominante et de ses coffres bien remplis pour évincer la concurrence.

Selon le média français, Le Monde qui cite les autorités, « De telles pratiques nuisent aux consommateurs en leur laissant moins de choix et en amenuisant la protection de leurs données privées, et aux annonceurs en ne leur laissant guère d’autres solutions pour placer leurs publicités ».

Les autorités reprochent particulièrement à Facebook les rachats de l’application Instagram, en 2012, pour 1 milliard de dollars, et de la messagerie WhatsApp, en 2014, pour 22 milliards de dollars. Elles s’en prennent aussi aux conditions imposées par Facebook aux développeurs de logiciels, indique Le Monde.

Lire aussi : Une Kényane se marie avec un Américain grâce à une publication sur Facebook

La FTC demande en conséquence à la justice de forcer éventuellement Facebook à revendre Instagram et WhatsApp. L’agence veut aussi que le groupe de Mark Zuckerberg cesse de contraindre les développeurs à accepter certaines conditions et lui demande son aval pour toute opération de rachat. Les Etats réclament, pour leur part, d’être prévenus de toute acquisition supérieure à 10 millions de dollars que le réseau social voudrait faire.

« Pendant près d’une décennie, Facebook a utilisé son monopole pour écraser ses rivaux, étouffer la concurrence, tout cela au détriment des utilisateurs », a déclaré la procureure générale de New York, Letitia James, qui mène la procédure. Mme James a affirmé que la société avait utilisé de vastes sommes d’argent pour acquérir ses rivaux avant qu’ils ne puissent menacer sa position dominante sur le marché.

Ce faisant, le groupe « réduit les choix des consommateurs, étouffe l’innovation, dégrade la protection de la vie privée de millions d’Américains », a-t-elle estimé. Or plus de la moitié des Américains se connectent à Facebook chaque jour, a rappelé Mme James. Et pendant qu’ils passent du temps à échanger sur le réseau social, « Facebook passe son temps à surveiller les utilisateurs et leurs informations personnelles et à en profiter ». « Aucune entreprise ne devrait avoir un tel pouvoir sur nos informations personnelles et nos interactions sociales sans contrôle », a asséné la procureure.

Mais Facebook ne voudrais pas laisser faire. Le groupe de Mark Zuckerberg a de son côté, accusé le gouvernement américain de vouloir réécrire l’histoire : « Les lois antitrust existent pour protéger les consommateurs et promouvoir l’innovation, pas pour punir les entreprises qui ont du succès. » « Des années après que la FTC a approuvé nos acquisitions, le gouvernement veut repartir de zéro sans se soucier de l’impact que ce précédent pourrait avoir sur les entreprises et les utilisateurs qui chaque jour choisissent nos produits, a poursuivi l’entreprise dans un communiqué. Cela enverrait un message inquiétant pour les entreprises, en suggérant qu’aucune acquisition n’est jamais définitive. »

Lire aussi : Emma Lohoues convoque des administrateurs de page Facebook

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire