Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Qui est en réalité Ibrahim Boubacar Keita, désormais ancien président du Mali?
21/08/2020 à 15h45 par Le Boy

Ibrahim Boubacar Keïta souvent désigné par le sigle (IBK) naît le 29 janvier 1945 à Koutiala. Président du Mali depuis 2013, cet homme fort  a démissionné sous la pression de militaires putschistes, le 18 août 2020.

IBK  fait ses études secondaires au lycée Janson-de-Sailly  à Paris et au lycée Askia-Mohamed de Bamako. Il étudie à la faculté des lettres de l’université de Dakar puis à l’université Panthéon-Sorbonne et à l’Institut d'histoire des relations internationales contemporaines  (IHRIC), rattaché auprès de la même université. Il est titulaire d’une maîtrise d’histoire et d’un diplôme d'études approfondies en politique et relations internationales. Il fréquente dans le même temps des milieux politiques de gauche radicale et la Fédération des étudiants d'Afrique noire en France, où il se lie d'amitié avec le Guinéen Alpha Condé.

Ibrahim Boubacar Keïta est marié à Keïta Aminata Maïga, et a quatre enfants. Son fils Karim est membre de l'Assemblée nationale et marié à une fille d'Issaka Sidibé, ancien président de l'Assemblée nationale.

Lire aussi : IBK rasé, la Côte d’Ivoire ferme ses frontières avec le Mali- Communiqué

Après ses études, il est chargé de recherche au CNRS et enseigne les systèmes politiques du tiers monde au centre Pierre-Mendès-France, annexe de l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne. De retour au Mali, il devient conseiller technique principal du Fonds européen de développement (FED), chargé de la mise en œuvre du premier programme de micro-réalisations par la Communauté économique européenne au Mali. Il est ensuite directeur-représentant de Terre des Hommes France (TDHF), ONG française et internationale pour le Mali, le Burkina Faso et le Niger.

Militant de l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (ADEMA-PASJ), il est le directeur adjoint de la campagne d’Alpha Oumar Konaré pour l’élection présidentielle en avril et mai 1992. Après son élection, le nouveau président le nomme en juin 1992 conseiller diplomatique, porte-parole du président de la République du Mali. En novembre 1992, il est nommé ambassadeur du Mali auprès de la Côte d`Ivoire, du Gabon, du Burkina Faso et du Niger.

Lire aussi : Mali : il y a une semaine, l’imam Mahmoud Dicko prophétisait le départ d’IBK

En novembre 1993 il devient ministre des Affaires étrangères, des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine. Quelques mois plus tard, le 4 février 1994, le président Alpha Oumar Konaré le nomme Premier ministre. Il occupe cette fonction jusqu’en février 2000.

À l’approche de l’élection présidentielle de 2002, alors qu’il souhaite poser sa candidature pour succéder à Alpha Oumar Konaré, des dissensions au sein du parti présidentiel l’entraînent à donner sa démission de Premier ministre le 14 février 2000, puis de la présidence du parti en octobre 2000. Il fond alors le Rassemblement pour le Mali (RPM), formation qu’il préside depuis juin 2001. Président du Mali depuis 2013, Ibrahim Boubacar Keïta a démissionné sous la pression de militaires putschistes, le 18 août 2020.

Réélu en 2018, il a fait face à une montée des tensions politiques et sociales dans le pays, tandis que la crise sécuritaire s’accentuait. Après les législatives d’avril 2019, dont les résultats ont été contestés par la rue, le Mouvement du 5 juin - Rassemblement des forces patriotiques (M5 - RFP) a multiplié les manifestations réclamant sa démission. La communauté internationale, et en particulier la CEDEAO, a tenté de mener des médiations avant qu’une mutinerie n’éclate, le 18 août, au camp militaire de Kati. Les mutins, soutenus ce jour-là par plusieurs centaines de manifestants, ont alors arrêté le président IBK avant de le pousser à annoncer sa démission dans une intervention retransmise sur l’ORTM, la télévision nationale.

Lire aussi : Chute d’IBK au Mali : Chris Yapi fait une terrible révélation sur Alassane Ouattara

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 55 511 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz sur Télégram: Si vous êtes sur Télégramme abonnez vous !!
😍 ACTUALITE via Telegram
😍 Offre d'emploi via Telegram .
groupe emploi whatsapp doingbuzz -🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger -🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo RDC - 🇨🇬 Congo Brazzaville -🇲🇦 Maroc - 🇹🇩 Tchad -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Site de petites annonces/ site de vente et d'achat 100% Togo

togopapel Offre d'emploi et concours

Ibrahim Boubacar Keïta souvent désigné par le sigle (IBK) naît le 29 janvier 1945 à Koutiala. Président du Mali depuis 2013, cet homme fort  a démissionné sous la pression de militaires putschistes, le 18 août 2020.

IBK  fait ses études secondaires au lycée Janson-de-Sailly  à Paris et au lycée Askia-Mohamed de Bamako. Il étudie à la faculté des lettres de l’université de Dakar puis à l’université Panthéon-Sorbonne et à l’Institut d'histoire des relations internationales contemporaines  (IHRIC), rattaché auprès de la même université. Il est titulaire d’une maîtrise d’histoire et d’un diplôme d'études approfondies en politique et relations internationales. Il fréquente dans le même temps des milieux politiques de gauche radicale et la Fédération des étudiants d'Afrique noire en France, où il se lie d'amitié avec le Guinéen Alpha Condé.

Ibrahim Boubacar Keïta est marié à Keïta Aminata Maïga, et a quatre enfants. Son fils Karim est membre de l'Assemblée nationale et marié à une fille d'Issaka Sidibé, ancien président de l'Assemblée nationale.

Lire aussi : IBK rasé, la Côte d’Ivoire ferme ses frontières avec le Mali- Communiqué

Après ses études, il est chargé de recherche au CNRS et enseigne les systèmes politiques du tiers monde au centre Pierre-Mendès-France, annexe de l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne. De retour au Mali, il devient conseiller technique principal du Fonds européen de développement (FED), chargé de la mise en œuvre du premier programme de micro-réalisations par la Communauté économique européenne au Mali. Il est ensuite directeur-représentant de Terre des Hommes France (TDHF), ONG française et internationale pour le Mali, le Burkina Faso et le Niger.

Militant de l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (ADEMA-PASJ), il est le directeur adjoint de la campagne d’Alpha Oumar Konaré pour l’élection présidentielle en avril et mai 1992. Après son élection, le nouveau président le nomme en juin 1992 conseiller diplomatique, porte-parole du président de la République du Mali. En novembre 1992, il est nommé ambassadeur du Mali auprès de la Côte d`Ivoire, du Gabon, du Burkina Faso et du Niger.

Lire aussi : Mali : il y a une semaine, l’imam Mahmoud Dicko prophétisait le départ d’IBK

En novembre 1993 il devient ministre des Affaires étrangères, des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine. Quelques mois plus tard, le 4 février 1994, le président Alpha Oumar Konaré le nomme Premier ministre. Il occupe cette fonction jusqu’en février 2000.

À l’approche de l’élection présidentielle de 2002, alors qu’il souhaite poser sa candidature pour succéder à Alpha Oumar Konaré, des dissensions au sein du parti présidentiel l’entraînent à donner sa démission de Premier ministre le 14 février 2000, puis de la présidence du parti en octobre 2000. Il fond alors le Rassemblement pour le Mali (RPM), formation qu’il préside depuis juin 2001. Président du Mali depuis 2013, Ibrahim Boubacar Keïta a démissionné sous la pression de militaires putschistes, le 18 août 2020.

Réélu en 2018, il a fait face à une montée des tensions politiques et sociales dans le pays, tandis que la crise sécuritaire s’accentuait. Après les législatives d’avril 2019, dont les résultats ont été contestés par la rue, le Mouvement du 5 juin - Rassemblement des forces patriotiques (M5 - RFP) a multiplié les manifestations réclamant sa démission. La communauté internationale, et en particulier la CEDEAO, a tenté de mener des médiations avant qu’une mutinerie n’éclate, le 18 août, au camp militaire de Kati. Les mutins, soutenus ce jour-là par plusieurs centaines de manifestants, ont alors arrêté le président IBK avant de le pousser à annoncer sa démission dans une intervention retransmise sur l’ORTM, la télévision nationale.

Lire aussi : Chute d’IBK au Mali : Chris Yapi fait une terrible révélation sur Alassane Ouattara

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 55 511 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire