Quand l’Europe veut utiliser les Africains comme cobayes pour tester des vaccins contre Coronavirus

1er avril 2020 sur LCI, le Professeur Locht et Mira sont tombés d’accord d’utiliser les Africains comme cobayes pour tester des vaccins contre Coronavirus.

SOS Racisme s’indigne des propos tenus par deux médecins hier sur LCI qui tombent d’accord à l’antenne sur le projet d’utiliser les Africains comme cobayes pour tester des vaccins contre le Coronavirus Covid-19. L’association a saisi le CSA qui a accusé réception de notre démarche. L’association s’est également émue, auprès de l’INSERM et de l’Hôpital Cochin, que des propos de cette nature, qui ne correspondent à aucune éthique médicale, puissent être tenus par des personnes représentant ces deux institutions.

En effet, hier vers 15h55 en direct sur LCI, le Professeur Locht, directeur de recherche à l’Inserm et le Professeur Mira, chef de service à l’hôpital Cochin, ont échangé sur l’antenne pour tomber tous les deux d’accord sur l’intérêt de prendre les Africains pour cobayes : « Si j’étais un peu provocateur, je dirais qu’on pourrait aller faire les tests en Afrique. Ils n’ont pas de masques, pas de traitement, pas de système de réanimation, on peut donc aller tester chez eux… C’est un peu comme quand on teste des vaccins contre le SIDA sur des prostituées car on sait qu’elles ne se protègent pas ! ». Quelques instants plus tard, le Pr Locht précise que des démarches sont en train d’être réalisées pour aller effectuer ces tests en Afrique.

LIRE AUSSI: Kemi Seba dit non au vaccin du Coronavirus en Afrique : « nous sommes pas vos cobayes pour vos vaccins meurtriers »

Ces propos sont d’une extrême violence tant ils relèvent d’un mépris pour les corps noirs, mépris ici présenté d’un ton badin et gourmand sur le thème de la « provocation ». Provocation toute coloniale en réalité, tant les arguments avancés pour faire des Africains des cobayes (absence de masque, absence de traitement…) pourraient être très largement avancés pour l’Europe en général et la France en particulier. En réalité, ce qui était dit là, dans ce bref moment où les préventions sont tombées, n’est-ce pas que les corps noirs (et pauvres) sont des terrains d’expérimentation pour sauver des corps blancs (et riches)?

LIRE AUSSI: Mali : libération de 5 compagnons de Soumaïla Cissé, mais toujours pas de nouvelles du chef de l’URD

Dans les circonstances sanitaires actuelles, il est fondamental que l’ensemble des institutions ici concernées – le CSA et les autorités sanitaires – soient d’une extrême fermeté sur la déontologie, qui concerne également la nature des expressions publiques du corps médical. Cette fermeté devrait d’ailleurs être notamment exprimée à l’endroit de ces dispositifs télévisuels qui deviennent des spectacles dans lesquels des médecins – qui cherchent pour certains à devenir des « bons clients » – n’ont finalement pas grand-chose à faire.

LIRE AUSSI: COVID-19 Burkina : 7.000 cas graves annoncés d’ici fin avril

SOS Racisme attend des institutions concernées ces rappels fermes, de LCI une sortie du silence et des deux médecins concernés des excuses qui seraient la moindre des décences.

--
jobwide
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire