Mozambique : des djihadistes décapitent une cinquantaine de personnes

Cette série de drames est survenue au Nord du Mozambique ces derniers jours. Les djihadistes ont décapité plus de cinquante (50) personnes lors d’une cérémonie d’initiation. Les victimes étaient composées des hommes et des adolescents.

Les villages situés dans la partie septentrionale du Mozambique ont été pillés et incendiés. Des femmes ont été kidnappées, des hommes et adolescents ont été décapités dans cette zone près de la frontière tanzanienne. Les assaillants sont passés à l’attaque lors d’une cérémonie d’initiation meublée par des hommes et adolescents. Étant donné que ce rite est dénoncé par les djihadistes, les participants ont été punis.

Les djihadistes, au nom de leur mépris à l’égard de cette cérémonie, ont confronté les villageois à la peine capitale. Des dizaines d’hommes et adolescents ont donc été mis ensemble sur un terrain de football où ils ont été décapités à coups de machette. Puis, les assaillants ont pillé les villages de cette zone avant d’y incendier les habitations. Ils sont repartis avec les jeunes filles et les femmes.

Mozambique : des djihadistes décapitent une cinquantaine de personnes

Lire aussi : Mozambique: des djihadistes décapitent 50 personnes sur un terrain de football

À lire aussi :
Beach soccer (CAN 2021) : le Maroc hérite de l’Égypte, du Mozambique et des Seychelles

Plusieurs autorités aussi bien mozambicaines qui étrangères ont fait une sortie pour dénoncer cet énième massacre dans cette région. Sur Twitter, le président français Emmanuel Macron, condamne l’action de « barbares qui détournent une religion de paix pour semer la terreur ». Et d’ajouter : « Le terrorisme islamiste est une menace internationale qui appelle une réponse internationale ».

Lire aussi : Gaz: une ONG accuse la France d’«amorcer une bombe climatique» au Mozambique

À lire aussi :
USA : les personnes vaccinées peuvent se débarrasser de leur cache-nez

Par ailleurs, les djihadistes ont déjà décapité plusieurs jeunes gens qui refusaient de se joindre à eux dans cette zone du Mozambique. Début novembre, l’AFP informait de la découverte de corps <span id= »26″>mutilés ( Au moins cinq (05) adultes et quinze (15) jeunes ) dans une forêt du district de Muidumbe. Ces massacres sont la preuve de la montée en cran des combattants islamistes dans cette région.

Avec Europe 1

--
jobwide
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire