Makosso traînera Debordo en justice

Le Révérend Makosso en voit de toutes les couleurs depuis le décès de sa femme. Il est au centre de poignantes critiques, notamment celles du chanteur Debordo Leekunfa. Comme réponse à ses actes injurieux et diffamatoires, la commission protestante évangélique et Makosso ont saisi le procureur de la République pour que les auteurs soient punis. Debordo, également parmi ses derniers, est principalement visé.

Debordo Leekunfa est au centre de cette décision prise par Camille Makosso. Le chanteur s’en est particulièrement pris au révérend suite au décès de sa femme, samedi 28 mars. Opah la Nation a même exigé une autopsie du corps de la défunte qu’il a fini par obtenir. Mais, Makosso compte maintenant contre-attaquer.

À lire aussi :
États-Unis.: Un père poursuivi en justice pour avoir décapité ses enfants

Lire aussi : Décès de la femme du révérend Makosso : Débordo s’en mêle et fait de graves révélations

L’homme de Dieu et la Commission protestante évangélique de Côte d’Ivoire qu’il préside ont décidé, ce lundi 30 mars, de saisir le procureur de la République de Côte d’Ivoire. Makosso veut que tous ceux qui ont proféré des propos injurieux, diffamatoires et calomnieux contre lui dans sa période de deuil, parraîssent devant la justtice. Selon une publication qu’ils ont faite, pasteurs, artistes, blogueurs et administrateurs de pages sur les réseaux sociaux, tous seront traînés en justice.

À lire aussi :
Makosso annonce la date des obsèques de sa défunte femme

Décès de l’épouse de Makosso : sa fille fait de fracassantes révélations

Le chanteur coupé-décalé fait partie des acteurs cités et serait naturellement visé, selon des personnes proches de lui. Une aubaine pour Makosso de faire taire Debordo avec qui il n’a jamais été en bons termes. Mais à condition qu’il ne se fasse pas coffrer lui-même avant.

Selon la version de sa fille sur les réseaux sociaux, sa mère a reçu un coup du général Makosso en tentant de lui faire entendre raison alors qu’il était entrain de la battre. Ce coup involontaire ou pas, a causé un décès et selon l’article 392 du code pénal ivoirien:

À lire aussi :
MHD: Que signifie réellement le "contrôle judiciaire" qui conditionne sa remise en liberté ?

La fille de Makosso évoque les circonstances du décès de sa mère

« Est puni d’emprisonnement de trois mois à trois ans et d’une amende de 100 000 à 1 000 000 de francs quiconque par maladresse prudence inattention négligence ou inobservation des règlements commet involontairement un homicide ou en est involontairement la cause… « 

--
jobwide
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Mots clés:, ,

Laisser votre commentaire