Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Espagne : Un témoin a vu la police brutaliser un vendeur ambulant sénégalais…
17/11/2020 à 18h21 par buzz221

Le tribunal de Las Palmas (Espagne) entame le procès ce mardi contre deux agents locaux accusés de torture et de blessures à l'encontre d'un émigrant sénégalis. Le bras de la victime a été cassé avec une matraque, selon le procès verbal restitué par le site espagnol laprovincia.es, visité par Senego. 

Un témoin a assuré avant l'Audition de Las Palmas avoir vu le passage à tabac du vendeur de rue sénégalais, dans la nuit du 8 janvier 2011 dans le supermarché du centre commercial de Puerto Rico (Gran Canaria) par l'un des deux policiers locaux accusés d'un crime de torture et d'un autre de blessures.

Lors de la première séance du procès contre Gilberto JMR et Carlos JHR, ce témoin - un employé de supermarché - a indiqué au tribunal qu'elle ne se souvenait pas des accusés car un long moment s'était écoulé, mais que celui qui l'avait battue portait un badge sur sa poitrine et a même pointé un pistolet sur la victime qu'il gardait. Lorsqu'un autre travailleur l'a averti qu'il y avait des caméras.

Selon son témoignage, le jeune Sénégalais a couru dans le supermarché et est tombé au sol parce que l'homme qui le poursuivait l'a fait trébucher et, dès lors, a commencé à lui donner des coups de pied dans le ventre, le dos et le visage, moment dans lequel il a remarqué qu'il portait des bottes hautes et un badge de police sur la poitrine.

Lire aussi : Espagne : 738 migrants sénégalais débarquent en 3 jours

Le témoin a affirmé qu'il avait peur, que le garçon avait du sang sur la main et sur le visage, et qu'il se souvient qu'il lui avait dit de ne plus le frapper, ainsi que le policier l'avait traîné et emmené "comme s'il était pendu" du supermarché. et que plus tard, il a vu l'autre accusé à la porte.

Sené MM a rapporté que ce jour-là il vendait des colliers sur une terrasse à côté d'un restaurant du centre commercial de Porto Rico, lorsqu'il a été surpris par l'accusé Gilberto JMR, qui était en civil et, sans s'identifier, qui l'a pris par la chemise, il s'est donc enfui parce qu'il ne voulait pas être emmené dans la «chambre noire», où il savait qu'un parent avait été battu la veille. Le vendeur a déclaré qu'il avait réussi à descendre dans une autre usine du centre et à entrer dans un supermarché, poursuivi par Gilberto JMR, qui l'avait fait trébucher et quand il est tombé au sol, il a commencé à lui donner des coups de pied, jusqu'à ce que le policier l'emmène à la porte, où il a appelé à l'autre accusé parce qu'il hésitait à se lever, craignant qu'ils ne l'emmènent dans la «chambre noire». Également,

Selon sa version, les deux policiers l'ont attrapé par la ceinture et la tête en bas, et c'est ainsi qu'il s'est à moitié rampé dans la "chambre noire", un ancien office de tourisme situé à une centaine de mètres du centre commercial utilisé par la police locale. , a expliqué l'avocat de la poursuite. Une fois sur place, les deux accusés ont continué à le battre et lui ont cassé le bras avec une matraque, a déclaré le vendeur, qui a déclaré que plus tard deux policiers en uniforme sont arrivés et que c'était la garde civile qui l'avait transféré au centre de santé et plus tard aux policiers. La police locale l'a accompagné à l'hôpital.

Sené MM, a été le premier à témoigner dans le procès qui a débuté ce lundi contre Gilberto JMR et Carlos Javier Hernández Ramírez, pour lesquels le parquet et le parquet privé, exercés par le vendeur, réclament une peine de sept ans et demi de prison. et 10 interdiction pour un crime de torture et un autre de blessures.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 55 418 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz sur Télégram: Si vous êtes sur Télégramme abonnez vous !!
😍 ACTUALITE via Telegram
😍 Offre d'emploi via Telegram .
groupe emploi whatsapp doingbuzz -🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger -🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo RDC - 🇨🇬 Congo Brazzaville -🇲🇦 Maroc - 🇹🇩 Tchad -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Site de petites annonces/ site de vente et d'achat 100% Togo

togopapel Offre d'emploi et concours

Le tribunal de Las Palmas (Espagne) entame le procès ce mardi contre deux agents locaux accusés de torture et de blessures à l'encontre d'un émigrant sénégalis. Le bras de la victime a été cassé avec une matraque, selon le procès verbal restitué par le site espagnol laprovincia.es, visité par Senego. 

Un témoin a assuré avant l'Audition de Las Palmas avoir vu le passage à tabac du vendeur de rue sénégalais, dans la nuit du 8 janvier 2011 dans le supermarché du centre commercial de Puerto Rico (Gran Canaria) par l'un des deux policiers locaux accusés d'un crime de torture et d'un autre de blessures.

Lors de la première séance du procès contre Gilberto JMR et Carlos JHR, ce témoin - un employé de supermarché - a indiqué au tribunal qu'elle ne se souvenait pas des accusés car un long moment s'était écoulé, mais que celui qui l'avait battue portait un badge sur sa poitrine et a même pointé un pistolet sur la victime qu'il gardait. Lorsqu'un autre travailleur l'a averti qu'il y avait des caméras.

Selon son témoignage, le jeune Sénégalais a couru dans le supermarché et est tombé au sol parce que l'homme qui le poursuivait l'a fait trébucher et, dès lors, a commencé à lui donner des coups de pied dans le ventre, le dos et le visage, moment dans lequel il a remarqué qu'il portait des bottes hautes et un badge de police sur la poitrine.

Lire aussi : Espagne : 738 migrants sénégalais débarquent en 3 jours

Le témoin a affirmé qu'il avait peur, que le garçon avait du sang sur la main et sur le visage, et qu'il se souvient qu'il lui avait dit de ne plus le frapper, ainsi que le policier l'avait traîné et emmené "comme s'il était pendu" du supermarché. et que plus tard, il a vu l'autre accusé à la porte.

Sené MM a rapporté que ce jour-là il vendait des colliers sur une terrasse à côté d'un restaurant du centre commercial de Porto Rico, lorsqu'il a été surpris par l'accusé Gilberto JMR, qui était en civil et, sans s'identifier, qui l'a pris par la chemise, il s'est donc enfui parce qu'il ne voulait pas être emmené dans la «chambre noire», où il savait qu'un parent avait été battu la veille. Le vendeur a déclaré qu'il avait réussi à descendre dans une autre usine du centre et à entrer dans un supermarché, poursuivi par Gilberto JMR, qui l'avait fait trébucher et quand il est tombé au sol, il a commencé à lui donner des coups de pied, jusqu'à ce que le policier l'emmène à la porte, où il a appelé à l'autre accusé parce qu'il hésitait à se lever, craignant qu'ils ne l'emmènent dans la «chambre noire». Également,

Selon sa version, les deux policiers l'ont attrapé par la ceinture et la tête en bas, et c'est ainsi qu'il s'est à moitié rampé dans la "chambre noire", un ancien office de tourisme situé à une centaine de mètres du centre commercial utilisé par la police locale. , a expliqué l'avocat de la poursuite. Une fois sur place, les deux accusés ont continué à le battre et lui ont cassé le bras avec une matraque, a déclaré le vendeur, qui a déclaré que plus tard deux policiers en uniforme sont arrivés et que c'était la garde civile qui l'avait transféré au centre de santé et plus tard aux policiers. La police locale l'a accompagné à l'hôpital.

Sené MM, a été le premier à témoigner dans le procès qui a débuté ce lundi contre Gilberto JMR et Carlos Javier Hernández Ramírez, pour lesquels le parquet et le parquet privé, exercés par le vendeur, réclament une peine de sept ans et demi de prison. et 10 interdiction pour un crime de torture et un autre de blessures.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 55 418 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire