Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Blaise Compaoré brise le silence et vole au secours de son parti CDP
18/10/2019 à 18h00 par Steven Ablam Kpoglo

Blaise Compaoré brise le silence et vole au secours de son parti CDP

Alors que le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) traverse une crise pour l’investiture d’un candidat à la présidentielle de 2020, son fondateur, l’ex-président Blaise Compaoré, est sorti de son silence pour remettre de l’ordre au sein de ses troupes. En reprenant la main sur son parti, réussira-t-il à empêcher l’implosion de sa famille politique ?

« Le médiateur », comme le surnommaient ses compatriotes, a repris du service. Blaise Compaoré, qui gardait le silence depuis sa chute le 31 octobre 2014 et son installation en Côte d’Ivoire, a tenté de réconcilier les cadres de son parti. L’ancien président s’est exprimé dans trois lettres, toutes datées du 11 octobre. Dans la première, adressée à Eddie Komboïgo, président du CDP, il « regrette de ne pas avoir été consulté sur la nature et le niveau des sanctions prononcées contre un certain nombre de camarades ».

Dans la deuxième, adressée à Léonce Koné, ancien deuxième vice-président du parti, Blaise Compaoré recommande que « les querelles intestines soient gérées conformément aux dispositions des statuts et règlements ». Le président d’honneur du parti demande également que les sanctions soient « rapportées ». Enfin, dans la troisième lettre, il appelle les militants du parti « à resserrer les rangs » en vue des prochaines échéances électorales.

Quelques jours plus tôt, du 8 et 10 octobre, il avait reçu à son domicile à Abidjan trois représentants de chacun des deux camps, afin de les inciter à enterrer la hache de guerre.

Querelles intestines

Comment sa formation politique, qui fut à la tête du pays pendant une vingtaine d’années, en est-elle arrivée là ? Le CDP s’est déchiré en raison d’une expérience inédite pour l’ancien parti-État : la désignation d’un candidat pour la présidentielle. Depuis plusieurs mois, la tension ne cessait de monter entre les partisans de Kadré Désiré Ouédraogo, ancien Premier ministre, et Eddie Komboïgo.

Ces querelles intestines s’étaient soldées par la suspension et l’exclusion de 27 cadres et militants lors d’un congrès le 22 septembre à Ouagadougou. Dans la foulée, l’ancien Premier ministre, qui avait entre temps lancé le Mouvement Agir ensemble, annonçait sa démission du CDP, suivi par d’autres cadres.

Il a décidé de remettre de l’ordre

« Blaise Compaoré a constaté que son parti allait à la dérive. Il a donc décidé de remettre de l’ordre », glisse un membre de son entourage. « Il a fondé et entretenu le parti jusqu’à présent. Il est normal qu’il vienne en aide si sa famille politique traverse des difficultés », estime Assimi Kouanda, ancien président du CDP et ex-directeur de cabinet de Blaise Compaoré.

Malgré les tensions, chacun des deux camps a toujours clamé sa « fidélité » à l’ancien président, et tous réclament son retour au Burkina.

Blaise Compaoré « montre que c’est lui le patron »

Lors d’une conférence de presse au siège du parti le 14 octobre, Achille Tapsoba, vice-président du CDP, s’est voulu rassurant. « La direction est en phase avec le président d’honneur » et les sanctions seront « rapportées ». Seules comptent les prochaines échéances électorales. Du côté des partisans de Kadré Désiré Ouédraogo, aucune réaction officielle. Mais certains se réjouissent de l’intervention de Blaise Compaoré, jugeant les sanctions contre ce camp « abusives ».

La loyauté envers blaise compaoré demeure

En reprenant la main sur le dossier, le « président d’honneur à vie » démontre sa mainmise sur le parti. « Malgré les divergences d’opinion, la loyauté envers Blaise Compaoré demeure. Par cette prise de position, il montre que c’est lui le patron, et que c’est aussi lui qui va désigner le candidat », croit savoir un de ses proches.

Pour autant, le retour de tous les membres sanctionnés et démissionnaires n’est pas encore garanti. Selon Vincent Ouattara, professeur d’anthropologie culturelle à l’université de Koudougou, auteur d’essais politiques dont L’ère Compaoré : crimes, politique et gestion du pouvoir, Kadré Désiré Ouédraogo a quitté le CDP pour deux raisons. « Il a perçu la sanction de ses proches comme une chasse aux sorcières, et est donc parti par solidarité. Deuxièmement, son départ permet d’éviter la confusion. Il ne participait plus aux rencontres du parti. Cela permettait de régler cette rivalité nauséabonde au CDP. »

Source: Jeuneafrique

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 652 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Burkina Faso : Le père du président Roch Kaboré est mort

28/10/2020

Burkina Faso...

Le Burkina Faso en deuil. Le Président...
Alassane Ouattara sur RFI : « je ne peux pas changer la date du scrutin présidentiel »

28/10/2020

Alassane Ouattara...

  Le président ivoirien Alassane Ouattara a remis les pendules...
Guinée : les observateurs de la CEDEAO n'ont pas partagé de grosses sommes

28/10/2020

Guinée :...

Une information circule depuis quelques jours et...
Avant la Présidentielle du 31 octobre/ Gnamien Konan demande pardon à Alassane Ouattara

28/10/2020

Avant la...

Gnamien Konan, en “ex-humble collaborateur” du président...
Réduction des bureaux de vote : la CEI contredit officiellement Ouattara

28/10/2020

Réduction des...

Le Président de la Commission électorale indépendante...
Guinée: nouvelle bataille pour la levée du siège chez Cellou…

28/10/2020

Guinée: nouvelle...

Deux ministères  viennent d'être assignés en justice...
Côte d'Ivoire : scène de guerre à Abengourou et Kotobi, plusieurs blessés par balle enregistrés

28/10/2020

Côte d’Ivoire...

Crise pré-électorale/ Côte d'Ivoire : scène de...
Présidentielle 2020 / Le secteur privé s’engage au côté du candidat Ouattara

28/10/2020

Présidentielle 2020...

Sous la férule de l’initiative citoyenne du...
UN Togo récompense les lauréats de son concours

27/10/2020

UN Togo...

Ce lundi 26 octobre 2020, le concours...
L'Excès se prononce enfin sur l'affaire de sa s3xtape transs3xuelle

27/10/2020

L’Excès se...

Près de 24 heures après que le...
Côte d’ivoire : Affaire L’Excès, et si le Pape avait raison ?

27/10/2020

Côte d’ivoire :...

Le Pape a parlé. Vive le Pape....
 L'Université de Lomé honore Denise Mensah, bachelière à 51 ans

27/10/2020

 L’Université de...

Du haut de ses 51 ans, Denise...
Côte d’Ivoire : la paroisse NDA de Koumassi, cambriolée

27/10/2020

Côte d’Ivoire :...

La paroisse Notre Dame de l’Assomption promodo...
Affi N'Guessan réclame une enquête internationale "sur les crimes d'Alassane Ouattara"

27/10/2020

Affi N’Guessan...

  Le duel entre l'opposition ivoirienne et...
Guinée : échec de l'appel à manifester contre le président réélu

27/10/2020

Guinée :...

Des guinéens apeurés, cloîtrés chez eux au...
Dossier / 20 ans après le Charnier de Yopougon: Révélations, en 24 points, sur une affaire rocambolesque

27/10/2020

Dossier /...

Le “Charnier de Yopougon” ! Voilà un...
« Désormais, c’est 2000fr comme transport pour les filles, » selon Suspect 95 !

27/10/2020

« Désormais,...

Le rappeur ivoirien de 25 ans, Suspect...
KKB à Soro et aux ex-rebelles : ” dans la vie, tout ce qu’on fait, on le paye ici-bas”.

27/10/2020

KKB à...

Pour son meeting qui a drainé un...
Exclusivité / Bongouanou: 5 militaires arrêtés dans des “Gbaka “, 17 kalachnikov emportées

27/10/2020

Exclusivité /...

Un incident de nuit impliquant des militaires...
L'Excès s'est-il réellement suicidé après la découverte de sa transs3xualité ?

27/10/2020

L’Excès s’est-il...

Au milieu d'une tourmente depuis hier, les...

Blaise Compaoré brise le silence et vole au secours de son parti CDP

Alors que le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) traverse une crise pour l’investiture d’un candidat à la présidentielle de 2020, son fondateur, l’ex-président Blaise Compaoré, est sorti de son silence pour remettre de l’ordre au sein de ses troupes. En reprenant la main sur son parti, réussira-t-il à empêcher l’implosion de sa famille politique ?

« Le médiateur », comme le surnommaient ses compatriotes, a repris du service. Blaise Compaoré, qui gardait le silence depuis sa chute le 31 octobre 2014 et son installation en Côte d’Ivoire, a tenté de réconcilier les cadres de son parti. L’ancien président s’est exprimé dans trois lettres, toutes datées du 11 octobre. Dans la première, adressée à Eddie Komboïgo, président du CDP, il « regrette de ne pas avoir été consulté sur la nature et le niveau des sanctions prononcées contre un certain nombre de camarades ».

Dans la deuxième, adressée à Léonce Koné, ancien deuxième vice-président du parti, Blaise Compaoré recommande que « les querelles intestines soient gérées conformément aux dispositions des statuts et règlements ». Le président d’honneur du parti demande également que les sanctions soient « rapportées ». Enfin, dans la troisième lettre, il appelle les militants du parti « à resserrer les rangs » en vue des prochaines échéances électorales.

Quelques jours plus tôt, du 8 et 10 octobre, il avait reçu à son domicile à Abidjan trois représentants de chacun des deux camps, afin de les inciter à enterrer la hache de guerre.

Querelles intestines

Comment sa formation politique, qui fut à la tête du pays pendant une vingtaine d’années, en est-elle arrivée là ? Le CDP s’est déchiré en raison d’une expérience inédite pour l’ancien parti-État : la désignation d’un candidat pour la présidentielle. Depuis plusieurs mois, la tension ne cessait de monter entre les partisans de Kadré Désiré Ouédraogo, ancien Premier ministre, et Eddie Komboïgo.

Ces querelles intestines s’étaient soldées par la suspension et l’exclusion de 27 cadres et militants lors d’un congrès le 22 septembre à Ouagadougou. Dans la foulée, l’ancien Premier ministre, qui avait entre temps lancé le Mouvement Agir ensemble, annonçait sa démission du CDP, suivi par d’autres cadres.

Il a décidé de remettre de l’ordre

« Blaise Compaoré a constaté que son parti allait à la dérive. Il a donc décidé de remettre de l’ordre », glisse un membre de son entourage. « Il a fondé et entretenu le parti jusqu’à présent. Il est normal qu’il vienne en aide si sa famille politique traverse des difficultés », estime Assimi Kouanda, ancien président du CDP et ex-directeur de cabinet de Blaise Compaoré.

Malgré les tensions, chacun des deux camps a toujours clamé sa « fidélité » à l’ancien président, et tous réclament son retour au Burkina.

Blaise Compaoré « montre que c’est lui le patron »

Lors d’une conférence de presse au siège du parti le 14 octobre, Achille Tapsoba, vice-président du CDP, s’est voulu rassurant. « La direction est en phase avec le président d’honneur » et les sanctions seront « rapportées ». Seules comptent les prochaines échéances électorales. Du côté des partisans de Kadré Désiré Ouédraogo, aucune réaction officielle. Mais certains se réjouissent de l’intervention de Blaise Compaoré, jugeant les sanctions contre ce camp « abusives ».

La loyauté envers blaise compaoré demeure

En reprenant la main sur le dossier, le « président d’honneur à vie » démontre sa mainmise sur le parti. « Malgré les divergences d’opinion, la loyauté envers Blaise Compaoré demeure. Par cette prise de position, il montre que c’est lui le patron, et que c’est aussi lui qui va désigner le candidat », croit savoir un de ses proches.

Pour autant, le retour de tous les membres sanctionnés et démissionnaires n’est pas encore garanti. Selon Vincent Ouattara, professeur d’anthropologie culturelle à l’université de Koudougou, auteur d’essais politiques dont L’ère Compaoré : crimes, politique et gestion du pouvoir, Kadré Désiré Ouédraogo a quitté le CDP pour deux raisons. « Il a perçu la sanction de ses proches comme une chasse aux sorcières, et est donc parti par solidarité. Deuxièmement, son départ permet d’éviter la confusion. Il ne participait plus aux rencontres du parti. Cela permettait de régler cette rivalité nauséabonde au CDP. »

Source: Jeuneafrique

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 652 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire