togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

CAN 2017 : Burkina Faso 1-1 Egypte (TAB 4-3), les Pharaons en finale

Le Burkina Faso est passé à côté d’une deuxième finale de CAN après avoir pris les devants lors des tirs au but. Mais son gardien de buts a craqué avant que le « vieux » El Hadary ne finisse le travail. Les Étalons se sont inclinés 4 tirs au but à 3. 

Jusqu’alors inoffensifs, les Pharaons réagissaient sur une action individuelle de Trezeguet dont la frappe enroulée frôlait le montant gauche du but de Koffi. Mais les initiatives restaient bien burkinabè, à l’image d’un retourné de Bancé passé juste au-dessus.

Face au bloc compact mis en place par l’Egypte, les Etalons tentaient des frappes de loin, à l’image de Nakoulma, mais sans faire mouche. Les septuples champions d’Afrique avaient un temps fort mais Koffi plongeait bien pour repousser la frappe à rebond de Kahraba. Les Etalons poussaient encore avant la pause sans plus de succès.

Fort de 65% de possession du ballon au cours du premier acte, le vice-champion d’Afrique 2013 démarrait fort au retour des vestiaires. El Hadary devait notamment s’employer pour détourner le coup-franc de Bertrand Traoré avant d’avoir la main ferme sur un centre de Nakoulma. Gabr avait quant à lui de la chance d’échapper au carton malgré son intervention de la main devant Bancé. Pourtant, alors qu’ils semblaient de plus en plus acculés, les Pharaons allaient finir par réaliser le hold-up sur une superbe reprise de Mohamed Salah en pleine lucarne après une remise de Kahraba (0-1, 66e).

Mais les hommes de Paulo Duarte ne baissaient pas les bras et après un bon travail de Yago, Kaboré centrait pour le superbe enchaînement contrôle de la poitrine-frappe de l’inévitable Bancé qui égalisait (1-1, 73e).

En raison notamment de l’erreur d’appréciation d’Ibrahim Salah, l’Egypte venait d’encaisser son premier but dans la compétition ! Grand bonhomme de ce match, El Hadary veillait encore au grain sur une tentative de Nakoulma, un coup-franc de Bancé puis une déviation soudaine de Diawara.

De quoi conduire les siens jusqu’en prolongation. Les Burkinabè restaient les plus dangereux durant ce temps supplémentaire mais le match s’ouvrait un peu à la faveur de l’excellente rentrée de Sobhi. Malgré leur volonté de marquer, les deux sélections ne pouvaient toutefois éviter l’épreuve des tirs au but.