Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Burkina Faso : Kémi Séba toujours en garde à vue
25/12/2019 à 22h33 par Prudence ETOU

Burkina Faso : Kémi Séba toujours en garde à vue

Burkina Faso : Kémi Séba toujours en garde à vue

Le militant anticolonialiste franco-béninois Kémi Séba est toujours dans les sales draps. Président et fondateur du mouvement Urgences panafricanistes, il est toujours en garde à vue depuis qu'il a été interpellé le samedi 21 décembre dernier à Ouagadougou (Burkina Faso). Les accusations portés à son encontre sont liées à des propos qu'il a tenus sur la personne du président burkinabé Christian Roch Marc Kaboré, des propos qualifiés d' <<outrageants>>.

 

Le 21 décembre 2019 était la date où Kémi Séba participait à une conférence contre la présence militaire française au Sahel et le Franc CFA. Comme coïncidence, c'était aussi la date d'anniversaire de l'ancien président, tenant de la révolution burkinabé Thomas Sankara. À cette conférence qui rassemblait plusieurs personnes comme journalistes et étudiants, le militant anticolonialiste Kémi Séba trouvait l'occasion de faire des éloges à cet ancien chef d'État qu'il qualifiait de "modèle".

 

Aux multiples questions posées sur la réforme du Franc CFA et sur la présence militaire française au Sahel par l'assistance de cette conférence, le militant a eu l'aisance de donner des réponses pas vraiment plaisants à certains. Pour l'homme anticolonialiste, "la République française" se présente comme un "grand terroriste" et les "dirigeants africains" comme "des terroristes andogènes". Dans son intervention, il a laissé entendre : "Je me demande s'ils ne sont pas les esclaves volontaires de l'impérialisme français".

 

Il est allé plus loin pour alléger que l'actuel chef de l'État burkinabé Christian Roch Marc Kaboré est "un gruyère" et "une passoire politique" qui ferait mieux de "prendre ses responsabilités".

 

Encore plus loin. Une autre question a été posée sur la réforme du Franc CFA dont l'annonce a été faite le même jour par le président ivoirien Alassane Dramane Ouattara et son homologue français Emmanuel Macron. En réponse à celle là, Kémi Séba déclare que la transition vers l'Eco est un "changement cosmétique" et d'un "semi-compromis" qui ne mérite d'être considéré "comme une victoire".

 

C'est donc suite à cette tranchante conférence que "Kémi Séba a été interpellé à son hôtel dans l'après-midi du samedi par la gendarmerie nationale", selon des révélations du responsable du "Front anti-CFA" à l'Agence France Presse.

 

Son avocat annonce par la suite qu' "au début, il a été amené à la compagnie de gendarmerie pour des raisons de sécurité parce que, semblerait-il, il y avait des jeunes du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, parti au pouvoir) qui voulaient porter atteinte à son intégrité physique".

 

C'est un moment après que des procédures ont été engagées contre lui pour "injure à l'encontre du chef de l'État". "On lui reproche d'avoir tenu des propos outrageants contre le président du Faso et tentative de démoralisation des éléments engagés dans la lutte contre le terrorisme", a révélé M. Hervé Ouattara.

 

Selon une déclaration d'une source sécuritaire à l'AFP, "M. Kémi Séba est toujours en garde à vue". Selon son avocat, "Le procureur ne l'a pas encore reçu, et il doit encore rester sur place".

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 55 504 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz sur Télégram: Si vous êtes sur Télégramme abonnez vous !!
😍 ACTUALITE via Telegram
😍 Offre d'emploi via Telegram .
groupe emploi whatsapp doingbuzz -🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger -🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo RDC - 🇨🇬 Congo Brazzaville -🇲🇦 Maroc - 🇹🇩 Tchad -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Site de petites annonces/ site de vente et d'achat 100% Togo

togopapel Offre d'emploi et concours

Le militant anticolonialiste franco-béninois Kémi Séba est toujours dans les sales draps. Président et fondateur du mouvement Urgences panafricanistes, il est toujours en garde à vue depuis qu'il a été interpellé le samedi 21 décembre dernier à Ouagadougou (Burkina Faso). Les accusations portés à son encontre sont liées à des propos qu'il a tenus sur la personne du président burkinabé Christian Roch Marc Kaboré, des propos qualifiés d' <<outrageants>>.

 

Le 21 décembre 2019 était la date où Kémi Séba participait à une conférence contre la présence militaire française au Sahel et le Franc CFA. Comme coïncidence, c'était aussi la date d'anniversaire de l'ancien président, tenant de la révolution burkinabé Thomas Sankara. À cette conférence qui rassemblait plusieurs personnes comme journalistes et étudiants, le militant anticolonialiste Kémi Séba trouvait l'occasion de faire des éloges à cet ancien chef d'État qu'il qualifiait de "modèle".

 

Aux multiples questions posées sur la réforme du Franc CFA et sur la présence militaire française au Sahel par l'assistance de cette conférence, le militant a eu l'aisance de donner des réponses pas vraiment plaisants à certains. Pour l'homme anticolonialiste, "la République française" se présente comme un "grand terroriste" et les "dirigeants africains" comme "des terroristes andogènes". Dans son intervention, il a laissé entendre : "Je me demande s'ils ne sont pas les esclaves volontaires de l'impérialisme français".

 

Il est allé plus loin pour alléger que l'actuel chef de l'État burkinabé Christian Roch Marc Kaboré est "un gruyère" et "une passoire politique" qui ferait mieux de "prendre ses responsabilités".

 

Encore plus loin. Une autre question a été posée sur la réforme du Franc CFA dont l'annonce a été faite le même jour par le président ivoirien Alassane Dramane Ouattara et son homologue français Emmanuel Macron. En réponse à celle là, Kémi Séba déclare que la transition vers l'Eco est un "changement cosmétique" et d'un "semi-compromis" qui ne mérite d'être considéré "comme une victoire".

 

C'est donc suite à cette tranchante conférence que "Kémi Séba a été interpellé à son hôtel dans l'après-midi du samedi par la gendarmerie nationale", selon des révélations du responsable du "Front anti-CFA" à l'Agence France Presse.

 

Son avocat annonce par la suite qu' "au début, il a été amené à la compagnie de gendarmerie pour des raisons de sécurité parce que, semblerait-il, il y avait des jeunes du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, parti au pouvoir) qui voulaient porter atteinte à son intégrité physique".

 

C'est un moment après que des procédures ont été engagées contre lui pour "injure à l'encontre du chef de l'État". "On lui reproche d'avoir tenu des propos outrageants contre le président du Faso et tentative de démoralisation des éléments engagés dans la lutte contre le terrorisme", a révélé M. Hervé Ouattara.

 

Selon une déclaration d'une source sécuritaire à l'AFP, "M. Kémi Séba est toujours en garde à vue". Selon son avocat, "Le procureur ne l'a pas encore reçu, et il doit encore rester sur place".

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 55 504 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire