A la une Togo

Togo : Bientôt un nouveau cimetière à Tsévié, des internautes très remontés

Publié par Georges Traore

Les internautes qui ont eu vent de la  nouvelle ce mercredi 26 décembre au lendemain de Noel n’ont pas été tendres avec les autorités togolaises. Des travaux de construction d’un cimetière ont été lancés dans la ville de Tsévié par le préfet et se proches.

Cet événement médiatisé ne fait pas la joie des internautes. Dans des commentaires parfois un peu trop violents, ils s’en prennent au pouvoir actuel en le traitant de tous les noms d’oiseau.

Le projet va coûter 120 millions de F CFA. Il faut dire que la nouvelle fâche plus d’un et les commentaires déferlent telles  des vagues.  La plupart sont critiques à l’égard du pouvoir en place qui selon certains, manquerait de vision. Selon les dernières informations, le projet émanerait de la mairie locale. C’est la manière de procéder qui déplaisent aux internautes.

« Le régime RPT/UNIR préfère construire ou offrir un cimetière à la population de Tsévié que d’équiper leur centre hospitalier régional. Vraiment la honte. Au lieu d’un plan de développement de la ville de Tsévié, on préfère lui offrir un cimetière. Le projet de construction de ce cimetière coûte 120 millions. Ridicule non ? Le coup de pioche a été donné aujourd’hui par le préfet. Humm. Un cimetière pour Tsévié après 50 ans au pouvoir », lit-on dans un message abondamment relayé sur les réseaux sociaux.

Certains se demandent s’il faut vraiment tout un tapage pour construire un cimetière ?

Lâchez commentaire sur Doingbuzz

Commentaires

Aujourd'hui nous mettons le cap sur l'application mobile. Télécharger l'application mobile en cliquant sur l'image :#doingbuzz

Intégrez les groupes Whatsapp ci-dessous selon vos pays de résidence pour recevoir en instantané toutes les offres d'emploi proches de chez vous.

- Bénin - Niger - Sénégal - Togo - Côte d'Ivoire - Cameroun -Pour les autres pays NB:Ces offres peuvent être bien utiles pour vous mais aussi pour vos proches donc n'hésitez pas à les partager aussi autour de vous.

A propos du rédacteur

Georges Traore

>