En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Découvrez nos offres pour annonceurs - Publicité 4 Publicité 4 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Visitez 3Vision Group - Publicité 3 Publicité 3

Patrice Talon appelle à la levée des sanctions contre le Niger



 

Lors d’une récente conférence de presse, le Président béninois, Patrice Talon, a clairement exprimé sa conviction selon laquelle les sanctions imposées par la CEDEAO au Niger devraient être levées de toute urgence. Cette déclaration marque la deuxième fois que le Président Talon remet en question l’efficacité de ces sanctions, soulignant qu’elles n’ont pas réussi à faire plier les putschistes nigériens au fil des mois.

Patrice Talon affirme que, bien que les sanctions n’aient jamais été conçues pour être permanentes, leur maintien a non seulement échoué à résoudre la situation au Niger, mais a également engendré une radicalisation des militaires, les poussant à adopter des positions extrêmes. Il soutient que ces mesures touchent non seulement le peuple nigérien, mais causent aussi des préjudices significatifs au Bénin.

Lire aussi : Le musée Fowler de l’université de Californie restitue sept objets royaux au roi Asante du Ghana

Face à cet échec apparent de la stratégie de la CEDEAO, Patrice Talon plaide pour la fin des sanctions et l’instauration d’une trêve. Il appelle à un nouveau départ et à une évaluation approfondie de la situation. « Nous sommes les premiers à vouloir que les sanctions s’arrêtent. Je suis pressé que ça s’arrête parce que ça cause des préjudices graves au Bénin. Ça cause des préjudices au Bénin, c’est sûr, mais ça cause beaucoup plus de préjudices au Niger », déclare-t-il.

Benin vers un 3e mandat de Patrice Talon 1024x683 2

Patrice Talon, engagé dans des discussions avec les autorités militaires nigériennes, lance un appel pressant à ses pairs de la CEDEAO et de l’UEMOA pour qu’ils envisagent sérieusement la levée des sanctions. Il souligne l’importance de mettre fin à cette crise humanitaire et diplomatique, appelant à une trêve et à un nouveau départ pour surmonter les divisions provoquées par les sanctions.

 

doingbuzz DIRECT
Mots-clés associés à l'article :

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ?

Enquêtes, interviews, analyses…

Abonnez-vous et accédez à tous nos articles en illimité !