togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Burkina Faso, Mali et Niger approuvent le projet de confédération

Alliance Des États Du Sahel : Une Nouvelle Confédération Pour La Sécurité Régionale

 

En septembre 2023, les chefs militaires du Mali, du Burkina Faso et du Niger ont signé une charte pour l’Alliance des États du Sahel (AES), visant à instaurer une défense collective face à la détérioration des relations avec la France et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), après le coup d’État de juillet 2023 au Niger.

Les ministres des Affaires étrangères des trois pays, Karamoko Jean Marie Traoré (Burkina Faso), Abdoulaye Diop (Mali) et Bakary Yaou Sangaré (Niger), ont récemment approuvé un projet de document créant une confédération, lors d’une réunion à Niamey, la capitale nigérienne. Le ministère malien des Affaires étrangères a précisé que le document finalisé le 16 mai 2024 doit maintenant être signé par les dirigeants des trois nations.

Lire aussi : Tentative de coup d’État en RDC, un obus fait des dégâts dans un pays voisin

Abdoulaye Diop a déclaré que ces pays sont déterminés à collaborer étroitement tout en restant ouverts à la coopération régionale plus large. « Nous sommes déterminés à travailler ensemble, mais nous restons ouverts également à tendre la main à nos voisins, à nos amis de la région. Je pense que la charte de l’AES est ouverte à cette possibilité, mais pour le moment, notre priorité est de pouvoir aller le plus loin possible d’abord, de matérialiser notre volonté et ensuite nous examinerons cela », a-t-il affirmé.

Le ministre a aussi souligné l’importance de prendre au sérieux le communiqué annonçant la sortie de la CEDEAO, déclarant qu’il reflète la volonté ferme des trois pays de s’engager dans un processus irréversible. Fin janvier, l’AES avait annoncé son retrait de la CEDEAO, critiquant l’inefficacité de l’organisation dans la lutte contre le terrorisme.

Cette décision fait suite à des sanctions politiques, économiques et commerciales imposées par la CEDEAO après le coup d’État au Niger en juillet 2023, qui avait évincé le président Mohamed Bazoum. La CEDEAO avait également menacé d’une intervention militaire pour restaurer l’ordre constitutionnel au Niger.

L’initiative de l’AES représente une réponse stratégique face aux défis sécuritaires et politiques dans la région du Sahel, marquée par des conflits internes et des tensions avec des partenaires internationaux. Cette nouvelle alliance vise à renforcer la coopération et la sécurité entre les trois pays, tout en explorant des opportunités de collaboration avec d’autres acteurs régionaux à l’avenir.