Les impacts des trottinettes électriques sur les villes

La trottinette électrique est un engin flexible et facile à transporter. Alors qu’il y a quelques années, elle figurait encore parmi les jouets, aujourd’hui c’est l’outil de locomotion privilégié de nombreux citadins. Son usage est particulièrement encouragé dans le cadre de la sensibilisation aux déplacements écologiques. Découvrez quels sont les impacts négatifs et positifs de la trottinette électrique sur les villes.

Impact positif : une éventuelle solution aux embouteillages

Le trafic urbain a toujours été associé aux éternels embouteillages, particulièrement aux heures de pointe. Lors de ces périodes de la journée, les voitures se déplacent au pas.

The Belgian Consultancy Transport and Mobility Leuven a mené une étude sur le sujet. Selon leur analyse, les moyens de transport personnels, dont les trottinettes électriques pourraient être une solution presque définitive aux embouteillages. Il suffirait simplement de remplacer 25 % des voitures sur les routes des grandes villes par ces petits engins pour envisager cette possibilité.

En effet, étant de grande taille, les véhicules à quatre roues occupent une place énorme sur les routes. C’est surtout l’une des raisons qui génèrent les fils sans fin lors des heures de pointe. Il faut pourtant rappeler que chaque voiture transporte moyennement 2 occupants, même si elle peut transporter jusqu’à 5 personnes. Mathématiquement, 2 individus optant pour la trottinette électrique équivaudraient à une voiture en moins sur la route.

Toutefois, afin d’assurer une meilleure cohabitation routière entre les conducteurs de quatre roues et ceux des trottinettes, il faut respecter les règles régissant la circulation. Le déplacement en trottinette est, pour rappel, cadré par des codes.

Des impacts sur l’environnement

Acheter une trottinette électrique est une solution plus ou moins écoresponsable. Ces engins ne génèrent que très peu de coûts écologiques. Les trottinettes électriques, lorsque vous vous déplacez avec, n’émet pas le moindre polluant dans l’atmosphère. De nombreux utilisateurs, dans une démarche vers un mode de vie plus écologique, sont adeptes de ces appareils grâce à cet aspect. Cela dit, comme les autres véhicules électriques, les trottinettes ne sont pas aussi écologiques qu’on le prétend. La pollution reste toutefois indirecte, contrairement aux voitures qui émettent directement du CO2 lors de leur utilisation.

Pour le cas des trottinettes, vous émettez de manière indirecte du C02 lors du processus du rechargement de la batterie. En effet, il faut transporter ces appareils avec un autre véhicule pour atteindre une borne de recharge. L’empreinte carbone liée à ce transport serait d’environ 2,4 g par kilomètre parcouru, d’après une étude menée en 2018.

Pour les services de location, cette empreinte carbone peut être beaucoup plus élevée. Le nombre de trajets vers la borne de recharge est multiplié au point d’atteindre jusqu’à 200 g de CO2.

La plus importante dépense énergétique n’est pas tant lors de l’utilisation, mais plutôt pendant la conception des trottinettes électriques. Cette étape implique des dépenses énergétiques liées aux divers processus de fabrication. Vous pouvez donc générer un avantage écologique, seulement en veillant à ce que le produit ait une longue durée de vie en entretenant soigneusement sa batterie.

Notons également qu’en fin de vie, de nombreux engins se retrouvent au fond d’un lac ou jetés dans un fossé. Or, les trottinettes sont composées de divers éléments polluants pour l’écosystème.

Rappel concernant les règles applicables sur l’usage des trottinettes électriques.

Avant de vous déplacer en trottinettes électriques, apprenez d’abord les codes relatifs à leur utilisation. Comme chaque engin est motorisé, vous devez toujours rouler sur les pistes cyclables avec une vitesse ne dépassant jamais les 25 km/h. D’autant plus que la majorité des trottinettes électriques ont une vitesse maximale d’environ 20 km/h. Vous avez l’autorisation de rouler sur le trottoir seulement en présence d’un panneau complémentaire « cyclistes ». Attention, lorsque vous empruntez une aire piétonne (avec autorisation), vous devez vous conformer à l’allure de marche des piétons avec une vitesse de 6 km/h.

Afin d’assurer votre sécurité et celle des autres, la trottinette électrique doit être munie : de freins, d’éléments rétro-réfléchissants, de feux avant et arrière, et d’un avertisseur sonore. En agglomération, le port d’un casque n’est pas obligatoire, mais vivement recommandé.

Vous n’avez besoin d’aucun permis si vous êtes âgés de plus de 16 ans. En revanche, les adolescents de 16 ans et moins doivent obligatoirement disposer du permis M ou G.

La circulation nocturne en trottinette électrique est autorisée, mais vous devez vous équiper d’un brassard ou d’un gilet rétro-réfléchissant. D’ailleurs, ce type de dispositif est également indispensable en cas de pluie, de brouillard ou de neige.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire