Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Coronavirus: L’Afrique risque d’être le continent le plus durement touché
23/03/2020 à 23h30 par La redaction

Selon le bilan le plus récent, évidemment amené à évoluer, le continent africain compte 1.100 cas de coronavirus et 26 morts dans 40 pays. L’Ouganda et l’Erythrée ont rejoint la liste des pays africains qui ont annoncé le week-end dernier leurs premiers cas confirmés de Covid-19. Et la Tanzanie, l’Ethiopie, Maurice et le Kenya ont fait état de cas supplémentaires.

Du Burkina Faso, en Afrique de l’Ouest, à l’île Maurice, au large de la côte est, des gouvernements ont interdit des rassemblements publics et fermé écoles, églises, mosquées, restaurants, bars et aéroports. L’Ethiopie vient d’annoncer qu’elle fermait ses frontières. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’était inquiétée à plusieurs reprises ces derniers jours d’une poussée de la pandémie sur le continent africain, dont les systèmes de santé manquent cruellement de moyens. Mais ce n’est pas la seule raison qui fait craindre aux ONG que la pandémie soit très difficile à combattre sur place…

Une fenêtre de tir pour dépister
Certains pays ne comptent pour le moment que quelques cas. Et le dépistage est déjà lancé. « On compte plus de 40 pays qui peuvent faire des tests RT-PCR, souligne Augustin Augier, directeur général d’ Alima, ONG qui agit pour la santé dans douze pays africains. Mais dans des quantités largement insuffisantes. Ces pays vont avoir besoin de personnel formé, de stocks de réactif et de machines. » Or, c’est dans ce début d’épidémie que dépister s’avère primordial.

« On a compris qu’il est très utile de tester largement pour isoler les malades et leurs contacts dans cette première phase, analyse Isabelle Defourny, directrice des opérations de Médecins sans frontières. Mais dans les pays africains dans lesquels on travaille, les ministères nous expliquent qu’ils détiennent entre 500 et 1.000 tests. En Corée du Sud, on faisait jusqu’à 20.000 tests par jour…. » Or, aujourd’hui tous les pays touchés s’arrachent ces précieux tests. Ces ONG espèrent que les tests actuellement produits en grande quantité en Occident pourront un jour servir aux pays africains, quand la vague sera passée en Europe et aux Etats-Unis.Des systèmes de santé fragilisés
Une majorité de ces pays africains n’aura pas les moyens de contenir la pandémie. « Pour faire baisser la mortalité chez les patients atteints du coronavirus, il faut avoir accès à une assistance respiratoire, souligne Augustin Augier. Or, dans ces pays, il n’y a quasiment aucune capacité à leur prodiguer les soins nécessaires. En Afrique de l’Ouest, il y a vingt fois moins de lits d’hôpitaux qu’en France. Et en plus, il n’y a quasiment pas de services de soins de suivi. » Quand aux respirateurs, ils se comptent en dizaines pour des millions de personnes… « Au Nigeria, on compte seulement 250 lits de réanimation avec des respirateurs mécaniques [la France en a 5.000], renchérit Isabelle Defourny. Il faut au minimum de l’oxygène et des protections (masques, gants, lunettes, surblouses…) pour le personnel médical. Dans tous les hôpitaux en Afrique, il y a des protections, mais avec le Covid-19, la consommation de masques est multipliée par 10 ou 20. Peu d’hôpitaux ont le stock suffisant pour affronter cette augmentation des besoins. » Sans quoi les soignants tomberont à leur tour malades, et le système de santé risque d’être encore davantage paralysé.

Or, les hôpitaux sont déjà à la peine. En plus des guerres et violences multiples, certains pays africains doivent déjà lutter contre plusieurs maladies mortelles. « Les systèmes de santé doivent gérer toutes les autres pathologies : malnutrition, paludisme, rougeole, urgences obstétriques », rappelle le directeur d’Alima. D’autant que les ONG ont de plus en plus en de difficultés à acheminer des médicaments, des médecins, de la nourriture, avec des transports aériens à l’arrêt dans certains pays. Et des frontières qui se ferment. MSF assure de son côté négocier pour pouvoir envoyer du matériel adéquat dans certains pays.

Pas les moyens de confiner
Certains pays, le Rwanda et le Nigeria par exemple, commencent à mettre en place des mesures pour isoler les malades avec une aide financière. Ce qui ne va pas de soi partout. « Imposer un confinement total est impossible dans des économies où la plupart des gens mangent le soir ce qu’ils ont gagné la journée, reprend Augustin Augier. Car ils n’ont aucune ressource pour survivre, ni épargne, ni patrimoine. En France, aux Etats-Unis, l’État est présent avec des mesures comme le chômage partiel, les arrêts de travail pour garde d’enfants. Un certain nombre de pays africains sont trop pauvres pour mettre en œuvre cette protection étatique. »

Voilà pourquoi le directeur de l’ONG appelle à un grand mouvement de solidarité internationale.

« Une solidarité nécessaire »
Le défi est immense à l’heure où nombre de pays occidentaux font face à la plus grande crise sanitaire depuis cent ans. Et le désastre économique s’annonce majeur. Est-ce que la France, l’Italie, les Etats-Unis seront disposés à envoyer des masques, des tests, des moyens humains et financiers pour épauler les pays africains ?

« C’est nécessaire pour trois raisons, liste Augustin Augier. D’abord sur un plan humain et humanitaire : on ne peut pas accepter qu’un continent s’effondre et que la mortalité explose. Par ailleurs, si on n’arrive pas à contrôler l’épidémie alors qu’elle circule dans un continent comme l’Afrique, elle sera réintroduite chez nous. Enfin, pour une troisième raison, géopolitique cette fois. L’épidémie peut contribuer à la déstabilisation de certaines régions. Par exemple, au Sahel, les groupes armés ne vont pas s’arrêter pendant le coronavirus… »

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 55 455 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz sur Télégram: Si vous êtes sur Télégramme abonnez vous !!
😍 ACTUALITE via Telegram
😍 Offre d'emploi via Telegram .
groupe emploi whatsapp doingbuzz -🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger -🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo RDC - 🇨🇬 Congo Brazzaville -🇲🇦 Maroc - 🇹🇩 Tchad -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Site de petites annonces/ site de vente et d'achat 100% Togo

togopapel Offre d'emploi et concours

Plus sur Doingbuzz

fiancé,fille

23/01/2021

« Je jalouse...

 Il y a des histoires comme celle...
Que sait-on des variants du Covid-19 ?

23/01/2021

Que sait-on...

Apparemment, les variants du Covid-19 font craindre...
Entreprise lettonie

23/01/2021

Lettonie :...

Kantora est une entreprise en lettonie dont...
Paris : Une rue porte désormais le nom de Thomas Sankara

23/01/2021

Paris :...

Un hommage à Thomas Sankara ? Dans une...
Côte d’Ivoire : le parti de Guillaume Soro boycotte les législatives

23/01/2021

Côte d’Ivoire...

Après avoir offert un immense spectacle durant...
Football : Bonne nouvelle pour kolo Touré

23/01/2021

Football :...

Bonne nouvelle pour kolo Touré. Le Champion...
CHAN 2021: Ouganda vs Togo: Ouro Agoro Ismaël élu homme du match

23/01/2021

CHAN 2021:...

Les éperviers locaux du Togo ont battu...
Jeux Olympiques de Tokyo: Le premier ministre japonais confirme la tenue des JO

23/01/2021

Jeux Olympiques...

  le gouvernement japonais dément toute intention...
donald trump

23/01/2021

Donald Trump...

Donald Trump a été accusé le 13...
CHAN 2021: Les éperviers locaux se relancent dans le groupe C

23/01/2021

CHAN 2021:...

Le Togo a enregistré sa première victoire...
Extraterrestres : 2700 documents déclassifiés pour prouver leur existence

23/01/2021

Extraterrestres :...

2700 documents déclassifiés pour prouver l'existence  des...
Singuila, un homme à la voix d'or, au timbre envoûtant, et aux mots ensorcelant.

23/01/2021

Singuila, un...

  Quand on parle de Singuila, la...
Tonto Dikeh , un modèle pour les femmes africaines.

23/01/2021

Tonto Dikeh...

Aujourd'hui tu es connu grâce à ton...
Jude littler, une femme qui doit sa renommée à son ex-mari.

23/01/2021

Jude littler,...

  Jude littler est surtout connu comme...
Garder le sourire, l'un des remèdes les plus efficaces pour guérir certains maux

23/01/2021

Garder le...

  Le sourire est l'un des remèdes...
Belle Fille, un film aussi drôle que interressant.

23/01/2021

Belle Fille,...

  D'après le dictionnaire universel, une Belle...
Ashish Kumar Pandey, un homme froid qui assasina sa femme sans arrière pensée.

23/01/2021

Ashish Kumar...

  On rencontre parfois et cela paraît...
Actualités du jour sur Doingbuzz: Vendredi le 22 Janvier 2021

23/01/2021

Actualités du...

Nous vous proposons  un condensé des articles du...
Togo : vers un nouveau couvre-feu dans le grand Lomé

22/01/2021

Togo : vers...

La lutte contre la Covid-19 est loin de prendre...
Sciences : un journaliste togolais décroche un prix mondial

22/01/2021

Sciences : un journaliste...

Le département scientifique de la sphère journalistique togolaise est...

Selon le bilan le plus récent, évidemment amené à évoluer, le continent africain compte 1.100 cas de coronavirus et 26 morts dans 40 pays. L’Ouganda et l’Erythrée ont rejoint la liste des pays africains qui ont annoncé le week-end dernier leurs premiers cas confirmés de Covid-19. Et la Tanzanie, l’Ethiopie, Maurice et le Kenya ont fait état de cas supplémentaires.

Du Burkina Faso, en Afrique de l’Ouest, à l’île Maurice, au large de la côte est, des gouvernements ont interdit des rassemblements publics et fermé écoles, églises, mosquées, restaurants, bars et aéroports. L’Ethiopie vient d’annoncer qu’elle fermait ses frontières. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’était inquiétée à plusieurs reprises ces derniers jours d’une poussée de la pandémie sur le continent africain, dont les systèmes de santé manquent cruellement de moyens. Mais ce n’est pas la seule raison qui fait craindre aux ONG que la pandémie soit très difficile à combattre sur place…

Une fenêtre de tir pour dépister
Certains pays ne comptent pour le moment que quelques cas. Et le dépistage est déjà lancé. « On compte plus de 40 pays qui peuvent faire des tests RT-PCR, souligne Augustin Augier, directeur général d’ Alima, ONG qui agit pour la santé dans douze pays africains. Mais dans des quantités largement insuffisantes. Ces pays vont avoir besoin de personnel formé, de stocks de réactif et de machines. » Or, c’est dans ce début d’épidémie que dépister s’avère primordial.

« On a compris qu’il est très utile de tester largement pour isoler les malades et leurs contacts dans cette première phase, analyse Isabelle Defourny, directrice des opérations de Médecins sans frontières. Mais dans les pays africains dans lesquels on travaille, les ministères nous expliquent qu’ils détiennent entre 500 et 1.000 tests. En Corée du Sud, on faisait jusqu’à 20.000 tests par jour…. » Or, aujourd’hui tous les pays touchés s’arrachent ces précieux tests. Ces ONG espèrent que les tests actuellement produits en grande quantité en Occident pourront un jour servir aux pays africains, quand la vague sera passée en Europe et aux Etats-Unis.Des systèmes de santé fragilisés
Une majorité de ces pays africains n’aura pas les moyens de contenir la pandémie. « Pour faire baisser la mortalité chez les patients atteints du coronavirus, il faut avoir accès à une assistance respiratoire, souligne Augustin Augier. Or, dans ces pays, il n’y a quasiment aucune capacité à leur prodiguer les soins nécessaires. En Afrique de l’Ouest, il y a vingt fois moins de lits d’hôpitaux qu’en France. Et en plus, il n’y a quasiment pas de services de soins de suivi. » Quand aux respirateurs, ils se comptent en dizaines pour des millions de personnes… « Au Nigeria, on compte seulement 250 lits de réanimation avec des respirateurs mécaniques [la France en a 5.000], renchérit Isabelle Defourny. Il faut au minimum de l’oxygène et des protections (masques, gants, lunettes, surblouses…) pour le personnel médical. Dans tous les hôpitaux en Afrique, il y a des protections, mais avec le Covid-19, la consommation de masques est multipliée par 10 ou 20. Peu d’hôpitaux ont le stock suffisant pour affronter cette augmentation des besoins. » Sans quoi les soignants tomberont à leur tour malades, et le système de santé risque d’être encore davantage paralysé.

Or, les hôpitaux sont déjà à la peine. En plus des guerres et violences multiples, certains pays africains doivent déjà lutter contre plusieurs maladies mortelles. « Les systèmes de santé doivent gérer toutes les autres pathologies : malnutrition, paludisme, rougeole, urgences obstétriques », rappelle le directeur d’Alima. D’autant que les ONG ont de plus en plus en de difficultés à acheminer des médicaments, des médecins, de la nourriture, avec des transports aériens à l’arrêt dans certains pays. Et des frontières qui se ferment. MSF assure de son côté négocier pour pouvoir envoyer du matériel adéquat dans certains pays.

Pas les moyens de confiner
Certains pays, le Rwanda et le Nigeria par exemple, commencent à mettre en place des mesures pour isoler les malades avec une aide financière. Ce qui ne va pas de soi partout. « Imposer un confinement total est impossible dans des économies où la plupart des gens mangent le soir ce qu’ils ont gagné la journée, reprend Augustin Augier. Car ils n’ont aucune ressource pour survivre, ni épargne, ni patrimoine. En France, aux Etats-Unis, l’État est présent avec des mesures comme le chômage partiel, les arrêts de travail pour garde d’enfants. Un certain nombre de pays africains sont trop pauvres pour mettre en œuvre cette protection étatique. »

Voilà pourquoi le directeur de l’ONG appelle à un grand mouvement de solidarité internationale.

« Une solidarité nécessaire »
Le défi est immense à l’heure où nombre de pays occidentaux font face à la plus grande crise sanitaire depuis cent ans. Et le désastre économique s’annonce majeur. Est-ce que la France, l’Italie, les Etats-Unis seront disposés à envoyer des masques, des tests, des moyens humains et financiers pour épauler les pays africains ?

« C’est nécessaire pour trois raisons, liste Augustin Augier. D’abord sur un plan humain et humanitaire : on ne peut pas accepter qu’un continent s’effondre et que la mortalité explose. Par ailleurs, si on n’arrive pas à contrôler l’épidémie alors qu’elle circule dans un continent comme l’Afrique, elle sera réintroduite chez nous. Enfin, pour une troisième raison, géopolitique cette fois. L’épidémie peut contribuer à la déstabilisation de certaines régions. Par exemple, au Sahel, les groupes armés ne vont pas s’arrêter pendant le coronavirus… »

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 55 455 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire