Actualités Zambie

Présidentielle zambienne : le président sortant Edgar Lungu dénonce des élections « pas libres et équitables »

Présidentielle zambienne : le président sortant Edgar Lungu dénonce des élections « pas libres et équitables »

Les résultats provisoires des élections présidentielles n’enchantent guère le président zambien Edgar Lungu. Le président sortant a déclaré que les élections n’avaient pas été libres et équitables. Une déclaration qui coïncide avec les résultats prometteurs de son rival, le leader de l’opposition Hakainde Hichilema. Selon les résultats provisoires, ce dernier est plus susceptible d’accéder à la présidence.

 

Ce jeudi 12 août 2021, c’étaient les élections présidentielles et législatives zambiennes. Edgar Lungu, 64 ans, est au pouvoir depuis 2015 et se présente pour un second mandat de cinq ans. Dans le cadre de la présidentielle, selon les résultats officiels de 31 des 156 circonscriptions du pays, Hakainde Hichilema, le principal adversaire du président sortant Edgar Lungu, est sur une bonne lancée.

 

Le candidat de l’opposition a recueilli 449 699 voix contre 266 202 pour le président sortant. Suite aux résultats défavorables obtenus jusqu’à présent, le président zambien semble vouloir annuler les élections en les déclarant non libres et équitables.

À lire aussi :   Le Mouvement Conscience Mandela salue le retour du président Laurent Koudou Gbagbo

 

C’est ce qui ressort d’un communiqué publié par la State House, par l’intermédiaire d’Isaac Chipampe, l’assistant spécial du président.

 

Ci-dessous la déclaration complète de la présidence

 

LE PRESIDENT LUNGU DECLARE QUE LES ELECTIONS GENERALES NE SONT PAS LIBRES ET EQUITABLES

 

LUSAKA, (samedi 14 août 2021)- Son Excellence le Dr Edgar Chagwa Lungu, Président de la République de Zambie, a déclaré que son parti, le Front patriotique, se consulte sur la prochaine ligne d’action concernant les élections générales qui se sont tenues le jeudi 12 août 2021.

 

À lire aussi :   FC Barcelone : vive tension entre le coach Koeman et le président Laporta

Le Président Lungu a déclaré que les élections générales dans trois provinces, à savoir la province du Sud. Le Président Lungu déclare que les élections générales dans trois provinces, à savoir la province du Sud, la province du Nord-Ouest et la province de l’Ouest, ont été caractérisées par la violence, rendant l’ensemble de l’exercice nul.

 

Le Président a déclaré que les agents électoraux du Front patriotique ont été brutalisés et chassés des bureaux de vote, une situation qui a laissé les votes du parti au pouvoir sans protection dans les trois provinces. Le président cite également le meurtre du président du Front patriotique de la province du Nord-Ouest, Jackson Kungo, pendant le vote, et celui de M. Samuel Chihili, peu avant le vote, comme des actes criminels qui ont rendu les élections générales non libres et équitables.

À lire aussi :   Afrique du Sud : l'ancien président Jacob Zuma en garde à vue

 

« En ce moment, certains de nos agents et de nos partisans se cachent à cause de ces actes criminels. Comment des élections peuvent-elles être équitables alors que des personnes ont été assassinées et que beaucoup d’autres se cachent après avoir été brutalisées. Est-ce cela la démocratie ? Nous avons écrit à la Commission électorale de Zambie mais elle a continué à annoncer les résultats. Nous nous consultons donc sur la prochaine décision à prendre », a déclaré le président, avant d’ajouter : « Les agents électoraux ayant été attaqués et chassés des bureaux de vote, nous avons été réduits à concourir dans sept provinces, tandis que notre adversaire concourait dans dix provinces ».

 

PUBLIÉ PAR :

Isaac Chipampe

 

Avec iHarare News

--
Publicité 3vision-group
groupe emploi whatsapp doingbuzz> Cliquer ici pour les autres groupes👆

Abonne toi à la chaine Youtube

Laisser votre commentaire