togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Togo : Le PPT exige que le SCRIC  arrête d’intimider les journalistes

Togo Le Ppt Exige Que Le Scric Arrete Dintimider Les Journalistes Doingbuzz

Le PPT exige que le SCRIC arrête d’intimider les journalistes. Le Patronat de la presse togolaise (PPT) n’a pas du tout aimé l’acharnement du Service Central de Recherches et d’Investigations Criminelles contre les journalistes. Le président du PPT Isidore Sassou Akollor Atialo dans un communiqué exige à ce que le SCRIC arrête d’intimider les journalistes.

Le PPT a fait cette sortie suite à la convocation du journaliste et directeur de publication du bi-hebomadaire « L’alternative » Ferdinand Meshan AYITE puis annulée.

Isidore Attialo Akolor  relève que le service spécialisé de la gendarmerie nationale marche sur les prérogatives de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC).

Lire aussi : Togo : Un rappeur brûle la Bible dans un direct Facebook

« Nulle part dans le code de la presse et de la communication en vigueur, il n’est interdit aux journalistes de faire usage des nouveaux médias comme les blogs, Facebook, WhatsApp, Twitter, Instagram… qui sous d’autres cieux, sont une extension des médias traditionnels (Presse écrite, radio et télévision)  souligne un communiqué du PPT. La propension du SCRIC à vouloir appliquer aux journalistes l’article 497 du code pénal est attentatoires à la liberté de presse au Togo ».

Le « SCRIC se substitue et supplante la HAAC dans ses prérogatives. Seule la HAAC est habilité à réguler la presse togolaise. Point n’est besoin de rappeler au SCRIC le principe sacrosaint selon lequel : le particulier prime sur le général. En cas de délit de presse, le code de la presse et de la communication prime sur le code pénal », relève l’organisation.

« Halte aux méthodes ubuesques du SCRIC qui portent atteinte à la liberté de presse au Togo »,  a conclu  Isidore Sassou.

Lire aussi : Togo/ Le Président Sylvanus Olympio abattu le 13 janvier 1963: il voulait quitter le Franc CFA