...

Prison à vie pour un ancien chef rebelle libérien


Video player

L’ancien chef rebelle libérien Kunti Kamara a été reconnu coupable par la cour d’appel de Paris de nombreuses atrocités, dont le viol et le cannibalisme, perpétrées pendant la guerre civile du pays il y a 30 ans. Kamara a été condamné à la prison à vie.

Kunti Kamara, 47 ans, a été accusé de « complicité de torture massive et systématique et d’actes inhumains » contre des civils dans le comté de Lofa au Libéria en 1993-1994 en tant que l’un des chefs du groupe armé Ulimo. Il avait alors moins de 20 ans lors des faits.

Les procureurs ont demandé une peine d’emprisonnement à perpétuité tandis que les avocats de la défense ont appelé à l’acquittement, invoquant le manque de preuves.

« Votre verdict sera historique », avait déclaré la procureure Aurélie Belliot au tribunal, composé de trois juges et d’un jury.

Au cours de l’enquête, il a reconnu avoir été un commandant de champ de bataille, dirigeant environ 80 soldats pendant la guerre civile – un choix qu’il a dit avoir fait pour se défendre contre la faction rivale de Charles Taylor.

En l’absence de preuves matérielles en raison du chaos de la guerre, les accusations se sont appuyées sur des témoins.

Des policiers français se sont rendus au Libéria pour identifier des témoins et interroger des habitants locaux. Une quinzaine d’entre eux sont venus à Paris pour témoigner.

Crimes contre l’humanité, viols et cannibalisme

Kamara est accusé d’avoir permis et facilité les viols et la torture sexuelle de deux jeunes adolescents par des soldats de l’Ulimo.

👉Rejoindre groupe d'actualités sur Whatsapp

L’une des victimes a décrit de façon vivante la douleur et la souffrance qu’elle a endurées, pleurant jusqu’à ce qu’elle se sente mal et ne puisse plus continuer à témoigner. Elle n’a pas pu revenir au tribunal et un message d’elle a été lu le lendemain disant qu’elle ne voulait plus revoir Kamara.

Kamara est également accusé d’avoir participé au meurtre de deux civils et à un acte de cannibalisme.

Décrit par Belliot comme « l’auteur actif d’un meurtre collectif », il est accusé d’avoir mangé le cœur de la victime après qu’il ait été arraché par un autre militaire à coups de hache.

En outre, il est accusé d’avoir tué une femme malade en lui tirant dans la tête avec un fusil et d’avoir contraint des personnes à des travaux forcés dans des conditions inhumaines. Lui et son groupe auraient forcé des civils à porter des charges très lourdes, notamment des générateurs électriques et de la nourriture, pendant des heures sans nourriture ni eau.

Les accusations incluent également la torture d’un homme, dont les bras ont été attachés derrière le dos avant d’être traîné sur le sol jusqu’à ce qu’il soit très grièvement blessé.

→ A LIRE AUSSI : Afrique du Sud : découverte de 21 corps de mineurs illégaux présumés

→ A LIRE AUSSI : Twitter : 50 % des employés seront licenciés ce vendredi

→ A LIRE AUSSI : USA : Donald Trump veut revenir pour un second mandat

--

Quel est ton avis sur doingbuzz en terme de qualités de service?

Consulter son résultat

Loading ... Loading ...
Hey toi 👋 Partage ce contenu 👉

Laisser votre commentaire