En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Découvrez nos offres pour annonceurs - Publicité 4 Publicité 4 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Visitez 3Vision Group - Publicité 3 Publicité 3

Pourquoi le ministre de la Défense du Libéria a démissionné ?



Le nouveau ministre de la Défense du Libéria, Prince Charles Johnson III, a présenté sa démission une dizaine de jours seulement après sa nomination, en réaction aux manifestations des femmes de soldats. Le président Joseph Boakai a accepté la démission et annoncé le remplacement provisoire du ministre par la générale Geraldine Janet George.

Dans sa lettre, le ministre démissionnaire invoque « les perturbations politiques et civiles occasionnées par la contestation de femmes présentées comme les épouses de militaires », et sa volonté de « préserver la paix et la sécurité », dit la présidence.

La crise a été déclenchée par des manifestations de femmes de soldats qui ont dressé des barrages près de la capitale Monrovia et dans d’autres régions du pays. Ces manifestations ont forcé le président Boakai à annuler les célébrations de la journée nationale dédiée aux armées. Les femmes ont exprimé divers griefs, notamment des soldes et des retraites jugées trop basses, l’absence de couverture sociale, la pénurie d’électricité et des allégations de corruption au sein des forces armées.

Lire aussi : Seko Fofana a laissé planer un doute sur son avenir international juste après la CAN 2023 !

Dans sa lettre de démission, le ministre démissionnaire a évoqué les « perturbations politiques et civiles occasionnées par la contestation des femmes » et sa volonté de « préserver la paix et la sécurité ». Les femmes réclamaient également la démission du ministre de la Défense, le tenant pour responsable d’une diminution des salaires des soldats libériens revenus d’une mission de paix au Mali.

photo 1707821553

 

Le président Boakai a appelé l’armée à lever immédiatement les barrages, tout en assurant aux manifestantes que leurs doléances seraient attentivement examinées. Des mesures immédiates ont été prises, dont le rétablissement de l’électricité à la caserne Edward Binyah Kesselly et la gratuité des classes dans l’école de cette caserne.

Cette crise politique représente le premier défi majeur pour le président Boakai depuis son investiture le 22 janvier. Les autorités appellent à la calme et à la patience, soulignant les mesures prises pour résoudre les problèmes accumulés au fil des ans.

doingbuzz DIRECT
Mots-clés associés à l'article :

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ?

Enquêtes, interviews, analyses…

Abonnez-vous et accédez à tous nos articles en illimité !