En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Découvrez nos offres pour annonceurs - Publicité 4 Publicité 4 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Visitez 3Vision Group - Publicité 3 Publicité 3 banner Publicité 3

Ali Bongo : l’ex-président du Gabon en grève de faim, les détails



L’ancien président Ali Bongo et ses fils, Jalil et Bilal, ont entamé une grève de la faim au Gabon pour protester contre ce qu’ils dénoncent comme des « actes de torture » et une « séquestration » de membres de leur famille. Cette annonce a été faite par leurs avocats, qui ont également déposé une plainte devant le Tribunal judiciaire de Paris.

Selon les avocats, la plainte vise à obtenir la désignation d’un juge d’instruction en France pour enquêter sur les accusations. Ils dénoncent une série d’abus, notamment une « arrestation illégale », une « séquestration aggravée par des actes de tortures » et des « actes de barbarie » commis contre Ali Bongo, son épouse Sylvia Bongo, et leurs fils Noureddin, Jalil et Bilal. La famille est décrite comme des ressortissants français.

Lire aussi : Premier cas de variole du singe en Afrique du Sud : Les autorités sanitaires mettent en garde

Les détails fournis par les avocats décrivent des actes de violence extrême, spécialement des tortures infligées à Noureddin Bongo, qui aurait été battu avec un marteau, un pied-de-biche, étranglé, fouetté et électrocuté au taser. Sylvia Bongo aurait aussi été battue et étranglée, tandis que les trois fils auraient été assignés à résidence et soumis à des actes de torture.

Le President Ali Bongo Mort Dune Crise Cardiaque Video 1

Maître François Zimeray, l’un des avocats de la famille Bongo, a expliqué à RFI que cette démarche vise à obtenir justice pour les crimes graves dont la famille est victime. Ils ont décidé de faire grève de la faim car ils sont privés de leur liberté depuis neuf mois et ne jouissent d’aucun droit fondamental.

Cette affaire intervient alors que le général Brice Oligui Nguema, leader du putsch ayant renversé le régime précédent, doit se rendre à Paris dans les prochains jours. La transition au Gabon, suite au coup d’État de l’armée en août 2023, continue de susciter des tensions et des controverses, notamment en ce qui concerne les droits de l’homme et la justice.

 

Rejoignez DOINGBUZZ PREMIUM

Découvrez un monde de contenus exclusifs et d'opportunités.

Accédez Maintenant

Lancez-vous dans une nouvelle aventure avec DoingBuzz

Découvrez une multitude d'offres d'emploi et de bourses d'études adaptées à votre parcours.

doingbuzz DIRECT
Mots-clés associés à l'article :

Newsletter

Abonnez-vous et accédez à tous nos articles en premier !