En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Découvrez nos offres pour annonceurs - Publicité 4 Publicité 4 En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Visitez 3Vision Group - Publicité 3 Publicité 3 banner Publicité 3

Tchad : Mahamat Déby et Succès Masra confrontés à de graves accusations



À dix jours du début officiel de la campagne présidentielle au Tchad, les murs de N’Djamena, la capitale, se sont parés des affiches du président de la transition, Mahamat Idriss Déby Itno, et de son Premier ministre, Succès Masra. Cette initiative a suscité la colère des autres candidats en lice pour l’élection présidentielle du 6 mai prochain, les qualifiant d’anticipée.

Le Dr. Nasra Djimasrgar, également candidat à la présidence, a accusé Mahamat Idriss Déby et Succès Masra d’avoir entamé leur campagne depuis le 1er avril dernier. Il estime que cette action porte atteinte à l’équité du processus électoral, car les deux candidats auraient dû respecter le délai de 35 jours de campagne prévu par la réglementation en vigueur, contre seulement 21 jours pour les autres candidats.

Lire aussi : Niger : La justice se prononce sur la levée de l’immunité de Mohamed Bazoum

Selon Nasra Djimasrgar, cette situation compromet sérieusement la crédibilité du processus électoral à venir. Il dénonce un traitement inéquitable et une partialité flagrante de l’administration électorale.

L’ancien Premier ministre tchadien, Albert Pahimi, exprime aussi ses inquiétudes quant à l’autorité et à la neutralité de l’administration électorale, dénonçant un manque de contrôle et de gestion de la situation.

Fb Img 1700508468698 1024X683 1

 « l’ANGE est incapable d’indexer clairement les auteurs de cette violation grave du code électoral. Donc nous ne sommes pas surpris, cela traduit clairement le manque d’autorité, le manque de neutralité, l’incapacité de l’administration électorale et cela nous inquiète quand à l’avenir de ce processus qui commence ».

Face à ces critiques et aux menaces d’action de la part des autres candidats, l’Agence Nationale de Gestion des Élections a réagi en ordonnant aux candidats incriminés de retirer leurs affiches. Cette décision intervient dans un contexte tendu à l’approche des élections, mettant en lumière les enjeux de transparence et d’équité dans le processus démocratique au Tchad.

Rejoignez DOINGBUZZ PREMIUM

Découvrez un monde de contenus exclusifs et d'opportunités.

Accédez Maintenant

Lancez-vous dans une nouvelle aventure avec DoingBuzz

Découvrez une multitude d'offres d'emploi et de bourses d'études adaptées à votre parcours.

doingbuzz DIRECT
Mots-clés associés à l'article :

Newsletter

Abonnez-vous et accédez à tous nos articles en premier !