togopapel togopapel togopapel Publicité 2 doingbuzz echowebafrique asso afritogo

Guinée : L’Opposition presse la junte à rendre le pouvoir aux civils avant fin …

Guinée : L’opposition Presse La Junte À Rendre Le Pouvoir Aux Civils Avant Fin ...

 

Une coalition de l’opposition en Guinée a lancé un appel pressant à la junte militaire pour qu’elle organise des élections et remette le pouvoir aux civils d’ici la fin de l’année 2024. Cette demande s’accompagne d’un appel à des manifestations pour mettre la pression sur les autorités militaires.

Le Premier ministre Amadou Oury Bah avait déjà indiqué mi-mars que l’engagement des militaires, au pouvoir depuis le coup d’État de 2021, de céder leur place à des civils avant fin 2024 ne serait pas tenu. Il avait précisé que les militaires resteraient probablement à la tête du pays au moins jusqu’en 2025, malgré les pressions internationales.

L’Alliance nationale pour l’alternance et la démocratie (ANAD), une coalition de partis et d’organisations, a vivement critiqué cette décision. Dans un communiqué, l’ANAD a dénoncé « le renoncement de la junte » à ses « engagements » et a exhorté les autorités à « prendre toutes les dispositions pour le strict respect de l’engagement d’organiser en 2024 toutes les élections devant conduire au retour à l’ordre constitutionnel ».

Lire aussi : Côte d’Ivoire : Tensions et accusations de détournement au sein du RHDP

La coalition a averti que tout report du retour à l’ordre constitutionnel entraînerait une perte de légitimité de la junte et exposerait la Guinée à des risques majeurs. En conséquence, l’ANAD a solennellement demandé au peuple de Guinée de se mobiliser et d’user de tous les moyens légaux, y compris les manifestations, pour exiger la satisfaction de cette revendication légitime.

79283850 57439511

En cas de refus de la junte, l’ANAD exige la mise en place d’une transition civile pour organiser le retour à l’ordre constitutionnel. Depuis la prise de pouvoir par les militaires en septembre 2021, la répression des manifestations a fait au moins 47 morts, principalement des jeunes, selon un rapport d’Amnesty International publié mercredi.

La junte a interdit toute manifestation depuis 2022 et a procédé à l’arrestation, aux poursuites ou à l’exil de plusieurs dirigeants de l’opposition. La situation reste donc tendue, avec une opposition déterminée à voir les militaires respecter leurs engagements et à rétablir un gouvernement civil en Guinée.