En savoir plus - Publicité 2 Publicité 2 Découvrez nos offres pour annonceurs - Publicité 4 Publicité 4 Visitez 3Vision Group - Publicité 3 Publicité 3

Agression sexuelle : L’acteur Jamie Foxx poursuivi en justice



Le célèbre acteur oscarisé Jamie Foxx se retrouve empêtré dans une bataille juridique, les rapports de nos collègues de CNN et Variety révélant une récente plainte pour agression sexuelle déposée contre lui.

L’incident présumé remonte à 2015 à New York, avec une plainte déposée à la veille de l’expiration d’une fenêtre juridique cruciale qui permet aux victimes d’intenter des poursuites civiles pour des événements prescrits.

Allégations et détails de l’incident contre Jamie Foxx

Selon les documents déposés auprès de la Cour suprême de l’État de New York, l’acteur, également connu sous le nom d’Eric Marlon Bishop, est accusé d’avoir agressé sexuellement une plaignante anonyme lors d’une soirée sur le toit d’un bar-restaurant de Manhattan en 2015. De manière choquante, la plainte allègue que Foxx « a glissé ses mains dans les sous-vêtements de la plaignante et a placé ses doigts dans son vagin et son anus ».

Lire aussi : L’acteur Jamie Foxx, toujours hospitalisé

Citant la plainte, l’incident met en lumière la gravité des accusations, préparant le terrain pour une bataille juridique qui pourrait avoir des implications significatives pour l’acteur.

Le paysage juridique – Adult Survivors Act

Ce procès relève de l’Adult Survivors Act, une loi de l’État de New York promulguée en novembre 2022. Cependant, il est crucial de noter que cette disposition légale a une durée limitée, expirant au bout d’un an – jusqu’au jeudi de Thanksgiving. La législation permet aux victimes de violences sexuelles de porter plainte au civil pour des actes criminels ou délictuels qui ont dépassé le délai de prescription.

Lire aussi : Cinéma : Snoop Dogg et Foxx joueront le rôle de tueurs de vampires dans « Day Shift »

Ce cadre juridique a déjà permis à de nombreux plaignants d’intenter une action en justice contre des agresseurs sexuels présumés, y compris des personnalités de premier plan. L’ancien président des États-Unis, Donald Trump, a notamment dû faire face à des répercussions juridiques au début de l’année dans une affaire similaire, où il a été jugé responsable d’avoir agressé sexuellement la chroniqueuse E. Jean Carroll dans un grand magasin new-yorkais en 1996.

Dans la foulée, E. Jean Carroll a obtenu un règlement substantiel de cinq millions de dollars, ce qui constitue un résultat important dans la quête de justice pour les survivantes de violences sexuelles.

doingbuzz DIRECT
Mots-clés associés à l'article :

Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ?

Enquêtes, interviews, analyses…

Abonnez-vous et accédez à tous nos articles en illimité !