Actualités

18 mois de prison requis contre celui qui a giflé Emmanuel Macron

18 Mois De Prison Requis Contre Celui Qui A Giflé Emmanuel Macron

Verdict connu. Le jeune homme qui a giflé le président français est enfin sanctionné. Damien T., jugé en comparution immédiate ce jeudi, raconte avoir « envisagé de faire quelque chose de marquant ».

Le parquet a requis jeudi 10 juin à Valence une peine de 18 mois de prison contre Damien T.. Il reconnaît les faits tels quels. Cette gifle, « parfaitement inadmissible » est un « acte de violence délibérée », selon le représentant du ministère public.

Il « ne conteste pas du tout les faits », rapporte BFMTV. Concernant les images diffusées sur les réseaux sociaux, le Drômois de 28 ans a déclaré : « Je découvre les images en même temps que vous. » Et d’ajouter : « Dans mes souvenirs, je ne me rappelais pas lui avoir tenu le bras. » Il a également raconté : « Dans la voiture, quand on attendait, on avait envisagé de faire quelque chose de marquant, de l’interpeller sur des sujets politiques, de prendre un gilet jaune ou un drapeau français, mais on s’est ravisé. »

À lire aussi :   Reçu à l’Aéroport par un ministre rwandais, Emmanuel Macron pas loin de l’humiliation

Quant à son geste : « Quand j’ai vu son regard sympathique et menteur qui voulait faire de moi un électeur, j’étais rempli de dégoût. » « L’acte est regrettable, mais je n’ai aucunement envisagé de le commettre », a-t-il ajouté.« Cette claque n’aurait pas eu lieu si Macron ne s’était pas dirigé directement vers moi. […] Sinon, je l’aurais interpellé directement sur des sujets politiques. […] Il avait une démarche élective, ce qui m’a déplu. » « Je pense que beaucoup de monde ressent cette injustice. Je me suis senti investi », a-t-il également déclaré.
Il nie toutefois toute préméditation et assure que son geste était spontané.

À lire aussi :   Emmanuel Macron : sorti de prison, son gifleur affirme n'avoir « aucun regret »

Notons que les policiers ont en effet découvert lors de perquisitions menées au domicile du second suspect, Arthur C., un exemplaire de Mein Kampf – le journal écrit par le dictateur allemand Adolf Hitler entre 1924 et 1925 – ainsi que plusieurs armes, .

--
Publicité 3vision-group

Cliquer ici pour les autres groupes👆

Abonne toi à la chaine Youtube

Laisser votre commentaire